Jean-Michel Frodon

Jean-Michel Frodon

875 articles

Critique de cinéma, notamment pour Le Monde, Jean-Michel Frodon a dirigé les Cahiers du Cinéma. Il anime le blog Projection publique qui reprend ses articles de Slate, et collabore régulièrement avec la revue espagnole Caiman, le site chinois cinephilia.net et l'émission «Affinités Culturelles» le samedi de 6h à 7h sur France Culture. Auteur de nombreux ouvrages sur le cinéma, il est également enseignant à l'Ecole des Arts politiques de Sciences Po et à l'université de St Andrews (Ecosse).

«Juste sous vos yeux», une femme trouve son chemin

«Juste sous vos yeux», une femme trouve son chemin

Avec humour, tendresse et lucidité, le nouveau film de Hong Sang-soo accompagne son héroïne le long de rencontres où se révèlent, en douceur, les possibilités d'appartenir à un monde et de faire face à un destin.

L'irrévérencieuse vitalité d'«À propos de Joan»

L'irrévérencieuse vitalité d'«À propos de Joan»

Propulsé par la présence frémissante d'Isabelle Huppert, le film de Laurent Larivière compose en trois temps un portrait de femme habitée d'une pulsion de vie communicative.

«À vendredi, Robinson», une jeune brise et deux vagues longues

«À vendredi, Robinson», une jeune brise et deux vagues longues

Entre Jean-Luc Godard et le patriarche du cinéma iranien Ebrahim Golestan, Mitra Farahani déclenche une circulation de signes ludiques et mélancoliques, aux bifurcations et rebondissements imprévisibles, émouvants et savoureux.

Jean-Luc Godard, une lumière quand même dans le noir du temps

Jean-Luc Godard, une lumière quand même dans le noir du temps

Portée par la joie de l'invention même aux tréfonds de la mélancolie, l'œuvre multiforme du cinéaste traverse soixante-dix ans de notre histoire, en avant ou à côté, toujours en mouvement.

«Babi Yar. Contexte», moment-clé de la tragédie humaine

«Babi Yar. Contexte», moment-clé de la tragédie humaine

Composé d'images d'archives, le nouveau film de Sergei Loznitsa déploie une réflexion autour d'un gigantesque massacre durant la Seconde Guerre mondiale dont la résonance avec l'actualité est inévitable.

Festival de Venise 2022, résilience et fragments d'une Mostra

Festival de Venise 2022, résilience et fragments d'une Mostra

​Aperçus de belles rencontres au hasard de la programmation de la soixante-dix-neuvième édition (31 août-10 septembre) du festival né il y a quatre-vingt-dix ans.​

«Walden» et «Revoir Paris», guérir d'un passé tourmenté

«Walden» et «Revoir Paris», guérir d'un passé tourmenté

Le film de Bojena Horackova et celui d'Alice Winocour sont l'un et l'autre construits sur des allers-retours entre un passé traumatique et un présent perturbé. Avec deux idées très différentes quant à la manière d'en faire du cinéma.

«Avec amour et acharnement», vivant vertige de l'intime

«Avec amour et acharnement», vivant vertige de l'intime

Charnel et troublant, le film de Claire Denis capte la circulation des émotions d'une femme et un homme dont l'amour est traversé par les multiples signaux du monde, du passé, des zones d'ombre de chacune et chacun.

«Leila et ses frères», tous derrière et elle devant

«Leila et ses frères», tous derrière et elle devant

Le nouveau film de Saeed Roustaee construit autour d'une mémorable figure féminine un jeu de pouvoirs et d'influences, de manœuvres et de conflits qui fait d'une famille de Téhéran à la fois un miroir de la société et un espace de fiction intense.

«Rashōmon», le film qui a changé la face du monde… du cinéma

«Rashōmon», le film qui a changé la face du monde… du cinéma

Désormais reconnu comme un classique, le long-métrage d'Akira Kurosawa a joué un rôle décisif pour ouvrir à la reconnaissance internationale les cinémas ne venant ni d'Europe ni d'Amérique du Nord.

«Un été comme ça» ou les ombres et beautés du diable au corps

«Un été comme ça» ou les ombres et beautés du diable au corps

Le nouveau film de Denis Côté accompagne le parcours de trois femmes vivant des relations extrêmes avec leur sexualité, dans un lieu ouvert à de multiples expériences.

«Magdala» si seule en un monde si habité

«Magdala» si seule en un monde si habité

Le nouveau film de Damien Manivel réinvente la figure biblique de Marie Madeleine pour un cérémonial d'apparition de tous les êtres de nature, unis dans une élégie vibrante de vie malgré le deuil.

«La Nuit du 12», anatomie d'une enquête pour meurtre

«La Nuit du 12», anatomie d'une enquête pour meurtre

Le nouveau film de Dominik Moll joue le jeu de l'enquête policière tout en explorant les façons d'habiter le monde, selon des règles devenues opaques et disjointes.

«Peter von Kant» danse avec les flammes

«Peter von Kant» danse avec les flammes

Le nouveau film de François Ozon s'inspire de références multiples à la vie et à l'univers de Fassbinder pour déployer une fresque intime d'une poignante démesure.

L'épopée «Bandits à Orgosolo» et la fresque «Les Travaux et les Jours», aux franges du documentaire

L'épopée «Bandits à Orgosolo» et la fresque «Les Travaux et les Jours», aux franges du documentaire

Le film de Vittorio De Seta en Sardaigne et celui d'Anders Edström et C.W. Winter au Japon sont deux œuvres hors norme, deux expériences de cinéma romanesques et poétiques à partir d'une approche documentaire à la fois revendiquée et remise en jeu.

«Elvis», rock star luxueusement statufiée mais aplatie

«Elvis», rock star luxueusement statufiée mais aplatie

Baz Luhrmann déploie toutes les ressources de son savoir-faire d'homme de spectacle pour composer une évocation énergique mais millimétrée et simplificatrice.

Jean-Louis Trintignant, un homme pour l'éternité

Jean-Louis Trintignant, un homme pour l'éternité

L'acteur à la filmographie pléthorique est mort le 17 juin à l'âge de 91 ans. Il aura marqué le cinéma français par la singularité intense et mystérieuse de sa présence.

Brûlures et enchantements au soleil noir de «Ventura»

Brûlures et enchantements au soleil noir de «Ventura»

Le film de Pedro Costa, enfin disponible, chemine par les souterrains d'une mémoire blessée et d'un présent frémissant d'énergies charnelles et de violences contemporaines.

«The Earth Is Blue as an Orange» et «All Eyes Off Me»: deux lueurs en mouvement

«The Earth Is Blue as an Orange» et «All Eyes Off Me»: deux lueurs en mouvement

Le film de la cinéaste ukrainienne Iryna Tsilyk et celui de sa consœur israélienne Hadas Ben Aroya sont deux propositions de regarder différemment des situations aussi oppressantes qu'infiniment différentes l'une de l'autre.

Festival de Cannes, jour 12: «Showing Up», doux éclair avant la fin du show, et derniers éclats

Festival de Cannes, jour 12: «Showing Up», doux éclair avant la fin du show, et derniers éclats

Au dernier jour du festival et en attente du palmarès, éclairages sur quelques œuvres mémorables, dont le nouveau film de Kelly Reichardt et d'autres réalisations inspirées par l'histoire personnelle de leurs réalisateurs et réalisatrices.

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Festival de Cannes, jour 11: «Stars at Noon» et «Pacifiction», juste avant l'ouragan

Le film de Claire Denis et celui d'Albert Serra inventent chacun un univers torride et troublant, aux franges du thriller politique, de l'espionnage et du fantastique, qui donnent de manière chaque fois singulière son véritable sens à l'idée de cinéma queer.

Festival de Cannes, jour 10: fictions à tous les vents du présent

Festival de Cannes, jour 10: fictions à tous les vents du présent

Dans des registres très différents, «Tori et Lokita» des frères Dardenne, «Nos frangins» de Rachid Bouchareb et «Leila et ses frères» de Saeed Roustaee trouvent des réponses de cinéma pour raconter et interroger le monde contemporain.

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Festival de Cannes, jour 7: «R.M.N.» cartographie l'écheveau des replis et régressions de la vieille Europe

Le film de Cristian Mungiu déploie dans toute son ampleur un constat que décrivent aussi plusieurs autres films du festival, dont deux beaux films portugais étrangement similaires, «Alma Viva» et «Restos do Vento».

Festival de Cannes, jour 6: protéger et transformer

Festival de Cannes, jour 6: protéger et transformer

Deux initiatives annoncées ce week-end travaillent à associer le cinéma aux nécessaires modifications face à des fléaux très actuels, la montée en puissance des formes les plus brutales de censure et la domination de représentations qui contribuent à la destruction de la planète.

Festival de Cannes, jour 5: un âne mène le bal des modestes

Festival de Cannes, jour 5: un âne mène le bal des modestes

«Eo», «L'Envol», «Les Harkis», «Un beau matin», «Goutte d'or», «Yamabuki»: nombre des plus beaux films découverts en ce début de Festival ont en commun de jouer les jeux de la fiction, souvent de la fable ou du conte, parfois de l'histoire collective ou personnelle, sans s'appuyer sur les surenchères des effets de spectaculaire.

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin est un vertigineux et bouleversant affrontement entre Alice et Louis, qui se haïssent d'amour.

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Festival de Cannes, jour 2: Volodymyr Zelensky et Virginie Efira ont ouvert la 75e édition

Plus que la sympathique comédie «Coupez!», la cérémonie d'ouverture a offert un grand moment d'émotion, inscrit dans la réalité actuelle.

Festival de Cannes, jour 1: un enjeu stratégique

Festival de Cannes, jour 1: un enjeu stratégique

Alors que le cinéma se trouve à un tournant de son histoire, le rendez-vous annuel sur la Croisette qui débute ce 17 mai n'a jamais été aussi important.

«Utama», la vie et le soleil en face

«Utama», la vie et le soleil en face

Le film du jeune réalisateur bolivien Alejandro Loayza Grisi donne la force d'une fable intense et concrète à la simple histoire d'un couple de vieux paysans de l'Altiplano victime des effets du réchauffement climatique.

«Anatomy of Time», le balancier de l'histoire et l'horloge du cœur

«Anatomy of Time», le balancier de l'histoire et l'horloge du cœur

Le film de Jakrawal Nilthamrong voyage entre les époques pour mieux rendre sensibles les échos entre drames historiques et mouvements intimes.

Le grand poème en abîme d'«Il Buco»

Le grand poème en abîme d'«Il Buco»

Le nouveau film de Michelangelo Frammartino reconstitue une spectaculaire exploration souterraine pour mieux rendre sensible ce qui est partagé à la surface de la terre, et ce qui ne l'est pas.

«L'Hypothèse démocratique», tortueuse histoire d'un long chemin vers la paix

«L'Hypothèse démocratique», tortueuse histoire d'un long chemin vers la paix

Le cinéaste Thomas Lacoste assemble archives et témoignages pour donner à percevoir comment s'est, difficilement, douloureusement mais aussi parfois avec enthousiasme et bonheur, inventée la possibilité de sortir du conflit basque.

«Les Heures heureuses» et «Et j'aime à la fureur», images trouvées, vérités et émotions retrouvées

«Les Heures heureuses» et «Et j'aime à la fureur», images trouvées, vérités et émotions retrouvées

Construits à partir d'images tournées par d'autres, ces films témoignent, à propos de l'extraordinaire histoire de l'hôpital psychiatrique de Saint-Alban comme de la mémoire d'un fou de cinéma, des puissances du «cinéma de seconde main».

«I Comete» et «Qui à part nous»: deux fois un autre regard de cinéma

«I Comete» et «Qui à part nous»: deux fois un autre regard de cinéma

Chronique estivale d'un village corse ou récit au long cours aux côtés d'adolescents espagnols, les films de Pascal Tagnati et Jonas Trueba inventent de nouvelles façons de raconter, à partir de l'attention aux présences et aux moments.

«Toute une nuit sans savoir», le doux songe noir de l'oppression

«Toute une nuit sans savoir», le doux songe noir de l'oppression

Le premier film de la réalisatrice indienne Payal Kapadia invente des formes délicates et émouvantes pour invoquer les spectres de la violence politique et sociale dans son pays.

«Contes du hasard et autres fantaisies», bonheur à trois temps

«Contes du hasard et autres fantaisies», bonheur à trois temps

Émouvant, cruel et mélancolique, le nouveau film de Ryūsuke Hamaguchi associe trois courts récits pour confirmer la reconnaissance de son auteur comme cinéaste majeur d'aujourd'hui.

«Cyrano» n'est pas une histoire de nez

«Cyrano» n'est pas une histoire de nez

Tel un miroir déformant, à la fois ludique et révélateur, la transposition à grand spectacle chantant et dansant de la pièce de Rostand a le mérite de faire jouer les différences avec l'œuvre d'origine, peut-être pour mieux la comprendre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio