Sports

Vivement lundi: la Coupe du monde

Temps de lecture : 2 min

Sauver la planète? Attends y a les arrêts de jeux. Honorer le concept du respect de la vie humaine et des libertés individuelles? Attends y a pénalty là.

Des hommes sont morts par milliers pour construire ces oasis de sponsors dans le désert? | Louison
Des hommes sont morts par milliers pour construire ces oasis de sponsors dans le désert? | Louison

Chaque samedi, Louison chronique un objet ou un événement de notre quotidien.

Le football, c'est un sport qui se joue à onze contre onze et à la fin c'est l'Allemagne qui gagne. Ou le Brésil. Ou la France. Ou la frontière ukraino-polonaise –qui sait. De toute façon, je n'ai pas l'intention de regarder le moindre match, ni le moindre tir au but bien mal cadré dans un stade bien trop climatisé.

La seule et unique raison qui me ferait regarder un instant cette coupe de l'immonde, ce serait un flashmob sur une pelouse bien trop verte de 200 figurants déguisés en mascottes des JO. Là, oui. Ne serait-ce que pour assister à la toute première fois où des clitoris, même en peluche, provoqueraient malaises et évanouissements chez une grande partie de la population du Qatar. Belle revanche de ces organes génitaux malmenés depuis des siècles par un boys' club rétrograde confondant petites lèvres et bouche de l'enfer. Mais je m'égare. Encore que.

Bref, revenons au football puisque de tout temps, les hommes se sont donnés plus d'énergie pour faire un poteau rentrant d'un coup de tête après corner que pour toute autre chose. Sauver la planète? Attends y a les arrêts de jeux. Honorer ce concept pourtant si satisfaisant du respect de la vie humaine et des libertés individuelles? Attends y a pénalty là. Des hommes sont morts par milliers pour construire ces oasis de sponsors dans le désert? Ouais mais regardez, Coca-Cola a fait un nouveau bouchon qui se dévisse sans se désolidariser du reste, comme ça les tortues marines et autres marsouins en rut pourront avaler l'intégralité de cette beauté du design plutôt que de s'y prendre à deux fois. Pas bête hein.

Franchement, chapi chapo à Coca d'avoir encore en réserve quelques putains d'idées brillantes, parce que je pensais qu'après s'être proposé comme partenaire de la COP27, y aurait comme un creux. Faut dire que niveau inspiration, après un tel coup de génie cynique, y en a que ça aurait laissé à sec comme une rivière en Ouganda sur le chemin de TotalEnergies.

Mais je m'égare à nouveau, et je ne suis pas loin, attention, de politiser le sport, alors que tout le monde sait que c'est un domaine si pur qu'à côté les nouveaux-nés ont l'air de piliers de bar PMU s'adonnant à la revente de crack pour arrondir leurs fins de mois.

Le sport n'est pas politique, c'est un président qui fait du jet ski qui l'a dit. Et la politique n'est pas un sport non plus. Ou alors c'est une putain de partie de jokari contre le bon sens, où la balle nous revient surtout à nous, et dans les dents, et qu'à force on va pouvoir tout manger à la paille. Alors qu'on ne tient même pas la raquette; c'est un comble.

C'est donc parti pour un mois à ne pas regarder la télé, ce qui tombe assez bien puisque je ne la regardais déjà pas, ce qui tombe assez bien puisque de télé je n'en ai pas. Et qu'en plus, y a la saison 5 de The Crown sur Netflix. Bref, un mois à ne pas m'intéresser à deux fois onze types qui préfèrent courir après un ballon pour du flouze qu'après un idéal pour la beauté du geste, vu que du flouze, ils en ont déjà plein.

Je me souviens de la finale France-Brésil en 1998. J'étais juste pubère, déjà peu optimiste sur mes congénères, même s'ils n'étaient pas huit milliards et pourtant ce soir-là, j'avoue, j'ai vécu comme beaucoup de monde un joli moment de joie collective comme j'en ai vécu peu d'autres depuis. C'est un putain de beau souvenir que cette nouvelle Coupe du monde, mirage à peine masqué d'une humanité qui fout le camp chez tout le monde, dans le port de Toulon ou ailleurs, vient un peu pourrir.

Le football, c'est un sport qui se joue à onze contre onze et à la fin c'est le pognon qui gagne.

Bordel, ça ferait un bon tweet ça.

Allez, vivement lundi.

Vivement lundi
Vivement lundi: le jour férié

Épisode 11

Vivement lundi: le jour férié

Vivement lundi: la corrida

Épisode 13

Vivement lundi: la corrida

Newsletters

Boycotter la Coupe du monde quand on est fan de foot: «Dès le début, il y avait des chances que je craque»

Boycotter la Coupe du monde quand on est fan de foot: «Dès le début, il y avait des chances que je craque»

Si les sondages avant le lancement du Mondial au Qatar annonçaient un boycott massif, les audiences de la compétition reine du football demeurent correctes. Cela s'explique notamment par le fait que tout le monde n'a pas réussi à tenir son engagement.

Footix

Footix

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

La Coupe du monde de football au Qatar déchaîne les polémiques depuis son attribution. Parmi elles, celle liée aux droits humains, bafoués au sein de l'émirat, et en particulier à l'homosexualité, illégale dans le pays. Mais au sein des stades ...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio