Santé

Que se passe-t-il si on arrête de se laver?

Temps de lecture : 3 min

[L'Explication #94] On s'expose à sentir la pétoule, mais pas seulement.

Renoncer à se laver, c'est avant tout créer un paradis pour les bactéries. | jesse orrico via Unsplash
Renoncer à se laver, c'est avant tout créer un paradis pour les bactéries. | jesse orrico via Unsplash

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Le monde se divise en deux catégories: ceux qui ne manquent jamais de prendre leur douche quotidienne (ou régulière), et les autres. Les réfractaires de la savonnette. Les timides du gel douche. Bref, celles et ceux qui évitent tant que possible la case nettoyage, jusqu'à ce que la nécessité les pousse finalement à s'y plier.

Que vous soyez dans l'une ou dans l'autre de ces catégories, vous vous êtes sûrement déjà demandé ce qui se passerait si vous arrêtiez du jour au lendemain de vous laver. Fini le casse-tête des produits pour le corps hors de prix, finies ces minutes à réfléchir à la vie sous un déluge d'eau chaude, finis les tapis de douche trempés, les cheveux mouillés et la serviette en forme de tour de Pise sur la tête. Place aux bactéries.

Car oui, renoncer à se laver, c'est avant tout créer un paradis pour les bactéries. Et des bactéries qui vous lâchent des gaz dessus, en plus.

Gaz de bactéries

Vous vous en doutez: ne plus se laver a de multiples conséquences. D'abord, vous augmentez vos points communs avec un illustre roi de France, Louis XIV, qui ne se serait baigné que deux fois dans toute sa vie. Ensuite, vous sentirez probablement la pétoule à plusieurs mètres.

Sans douche, votre odeur en prendra un sacré coup. Ce phénomène n'est pas dû à la transpiration, comme on pourrait le penser, mais plutôt à la prolifération des bactéries qui viennent s'en délecter. S'il y a dans le lot des bactéries bénéfiques, ce sont bien les mauvaises qui finissent par confortablement s'installer sur votre corps et... vous péter dessus.

Ces bactéries émettent en effet des gaz qui sont, en bout de course, responsables de l'odeur fétide qui s'échappe d'un corps non lavé. Une seule bactérie pourrait même émettre jusqu'à trente odeurs nauséabondes! Un argument de poids pour la team douche.

Ce n'est pas tout. Ces bactéries sont aussi responsables de maladies comme la diarrhée et la grippe. Nichées sur votre peau non lavée, elles sont prêtes à s'infiltrer dans votre organisme via vos yeux, votre nez et votre bouche. Elles n'attendent que ça et redoutent le jour où un savon sans pitié viendra les déloger.

Vous n'êtes toujours pas convaincu? Voici un autre argument pour ne pas tenter l'expérience du mois sans douche. Se lancer pareils défis, c'est aussi exposer sa peau à de petites lésions qui grattent, démangent, voire à des plaques marrons et des maladies dermatologiques, acné et psoriasis en tête, entraînées par un dérèglement de la diversité bactérienne de votre corps. Le risque est d'autant plus grand chez les personnes atteintes de maladies de peau chroniques.

Et les cheveux dans tout ça? La mode de ne plus se laver la tête fait de temps à autre le tour des réseaux sociaux. Encore une fois, si l'expérience peut s'avérer bénéfique, elle n'est pas sans risque si on l'applique sur une très longue durée. Ne plus se laver les cheveux du tout –ni les rincer de temps à autre–, c'est s'exposer à terme à une puanteur du cuir chevelu, envahi de bactéries. Sur une période se comptant en années, cette crasse risque d'obstruer les follicules pileux, causant la chute des cheveux. Chauve qui pue.

Un juste milieu

Ne pas se laver du tout, c'est donc nuire à son hygiène, sans parler des relations sociales qui risquent elles aussi d'évoluer à vitesse grand V. Pour autant, on peut bien vivre sans se laver quotidiennement. Et c'est même recommandé.

Si l'on s'est attardé sur un cas extrême où l'on ne se laverait plus, il existe aussi l'autre versant du problème: celles et ceux qui se lavent trop. Les adeptes du décapage corporel qui fondent sous la douche matin, midi et soir.

«Décapé» n'est pas un mot choisi au hasard: c'est littéralement ce que fait le savon sur votre peau lors d'une douche. Et à le faire trop souvent, on finit par dissoudre le gras de l'épiderme, qui joue un rôle de barrière protectrice intercellulaire. La peau est fragilisée, son équilibre perturbé, et elle devient sèche et irritable. On s'expose alors à des démangeaisons, des rougeurs, voire de l'eczéma.

Tout n'est en fait qu'une question de modération, de bon sens. Si l'on pratique une activité physique quotidienne, il est recommandé de se laver tous les jours. Dans le cas contraire, se laver un jour sur deux n'est pas insensé, à condition de ne pas oublier de se passer un petit coup de savon sur les mains et le visage quotidiennement et, si possible, sur les zones génératrices d'odeurs.

Vous n'êtes toujours pas convaincu? Vous avez décidé de vous lancer malgré tout le défi de ne plus jamais vous laver pour battre les records? Autant vous dire que le chemin sera long et bien crasseux. Il faudra tenir des décennies, comme Amou Haji, l'homme surnommé «le plus sale du monde», mort à 94 ans en octobre 2022. L'Iranien ne s'était pas lavé pendant plus d'un demi-siècle.

L'Explication
La taille du verre a-t-elle une influence sur le goût du vin?

Épisode 93

La taille du verre a-t-elle une influence sur le goût du vin?

Qui a inventé la grève?

Épisode 95

Qui a inventé la grève?

Newsletters

Pourquoi le trajet domicile-travail vous fait (malgré tout) du bien

Pourquoi le trajet domicile-travail vous fait (malgré tout) du bien

Ce peut être un plus insoupçonné pour votre santé mentale.

Morsure de chauve-souris, fuite de laboratoire... Ce qu'on sait aujourd'hui de l'origine du Covid-19

Morsure de chauve-souris, fuite de laboratoire... Ce qu'on sait aujourd'hui de l'origine du Covid-19

Loin d'être un domaine réservé aux conspirationnistes, la recherche des origines de la pandémie met en lumière des failles dans notre système sanitaire.

Il faut cesser de parler de «pervers narcissique» à tort et à travers

Il faut cesser de parler de «pervers narcissique» à tort et à travers

Sur TikTok, nombre d'experts autoproclamés dressent le portrait-robot de la personne atteinte de TPN. Mais la réalité est un peu plus complexe que cela.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio