Monde

Pourquoi Charles III a failli ne pas s'appeler Charles III

Temps de lecture : 3 min

[L'Explication #76] Les Charles et le trône font rarement bon ménage.

La reine Elizabeth II et le prince Charles marchent derrière la couronne impériale d'État le 11 mai 2021, lors de l'ouverture officielle du Parlement à Londres. | Richard Pohle / Pool / AFP
La reine Elizabeth II et le prince Charles marchent derrière la couronne impériale d'État le 11 mai 2021, lors de l'ouverture officielle du Parlement à Londres. | Richard Pohle / Pool / AFP

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Stupeur outre-Manche et dans le monde: la reine Elizabeth II vient de s'éteindre, à l'âge de 96 ans. Son état de santé s'etait dégradé ce jeudi 8 septembre, comme l'ont indiqué ses médecins. Il y a quelques jours encore, bien qu'affaiblie, elle se tenait debout, canne en main et souriante pour nommer la nouvelle Première ministre Liz Truss. Aujourd'hui, le monde pleure sa disparition.

Après plus de soixante-dix ans de règne, beaucoup aimaient à la croire immortelle –comme notre Michel Drucker national. Mais depuis plusieurs années déjà, elle prépare minutieusement sa succession pour éviter, entre autres, un remue-ménage encore plus grand au moment de rendre son dernier souffle. L'ordre de succession est clair: la priorité de l'accès au trône est au premier né du souverain en titre.

Après avoir attendu son couronnement toute sa vie, le prince Charles, fils aîné d'Elizabeth II et du prince Philip, devient donc roi. Vive le roi Charles III! Et pourtant, cette appellation royale n'était pas la plus évidente.

Malédiction tenace

Le nouveau patron de Buckingham Palace, aujourd'hui âgé de 73 ans, fait comme sa mère et conserve son prénom de naissance pour son règne. Il est désormais le roi Charles III. Le problème, c'est qu'une drôle de malédiction colle à la peau des rois Charles. S'attribuer pareil nom le jour du sacre, c'est commencer son règne avec un sacré boulet au pied.

L'héritage des Charles est en effet un tantinet lourd. Prenez Charles Ier par exemple. L'homme a régné en pleine Grande Rébellion (1642 à 1651), avec un résultat peu reluisant. Il finit jugé, puis exécuté le 30 janvier 1649 à Whitehall, près de Westminster. La monarchie est abolie et une «République» est instaurée, avec Oliver Cromwell à sa tête. Une fin funeste pour le premier Charles du nom.

Charles II, le fils de Charles Ier, n'a pas eu meilleur destin. Les malheurs se sont enchaînés sous son règne: une épidémie de peste tout d'abord, puis un incendie ravageur en 1666, connu sous le nom de grand incendie de Londres, a fini de maudire le nom des rois Charles. Pour couronner le tout, il meurt d'une crise d'apoplexie.

Une fois ces paramètres pris en compte, on aurait pu comprendre que le nom de Charles III ne tente guère l'actuel prince. D'autant que le protocole royal l'autorise à changer de nom, si tant est qu'il adopte l'un de ses prénoms secondaires, comme l'ont fait avant lui les rois Édouard VII et Édouard VIII (Albert et David). Et pourtant, c'est bien Charles III qu'il a choisi.

Philip, George ou... Arthur?

S'il avait opté pour un autre prénom, Charles aurait eu trois possibilités: Philip, George ou Arthur. Le roi Arthur? Voilà un prénom légendaire, qui serait venu donner un coup de peps à la monarchie britannique! Sûrement un tantinet trop funky pour le prince.

En devenant George VII (oui, il y en a eu six autres avant, mais pas de malédiction à l'horizon), Charles aurait rendu un bel hommage à son grand-père, le roi George VI. Mieux encore, c'eut été l'occasion de rendre un dernier hommage à sa mère, fille aînée de George VI. Un ultime clin d'œil à celle qui aura marqué près d'un siècle d'histoire.

Philip n'était pas non plus à exclure. Charles aurait alors été le premier du nom, s'il l'avait choisi. Là encore, prendre ce nom royal aurait été une forme d'hommage à un être cher: son père, le prince Philip, décédé le 9 avril 2021 à Windsor, au Royaume-Uni, et mari d'Elizabeth II.

Il faudra encore patienter un peu avant de voir le couronnement du nouveau souverain. Une longue période de deuil est d'abord prévue, elle durera probablement quelques mois. À titre d'exemple, la reine Elizabeth II n'avait été couronnée que le 2 juin 1953, seize mois après le décès de son père (le 6 février 1952), le roi George VI.

L'Explication
Quelle est la température idéale à avoir chez soi?

Épisode 75

Quelle est la température idéale à avoir chez soi?

Pourquoi la France a-t-elle vendu la Louisiane?

Épisode 77

Pourquoi la France a-t-elle vendu la Louisiane?

Newsletters

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

L'essayiste pense que les experts qui affirment que le conflit va s'enliser se trompent.

Manifestations en Chine: sous pression, le pouvoir semble hésiter

Manifestations en Chine: sous pression, le pouvoir semble hésiter

Après l'incendie d'un immeuble qui a fait dix victimes à Ürümqi, dans l'ouest du pays, les mouvements de protestation contre les restrictions strictes liées au Covid-19 se multiplient face à un Xi Jinping en apparence imperturbable.

On croyait le français de Louisiane mort, le voilà qui ressuscite

On croyait le français de Louisiane mort, le voilà qui ressuscite

Couramment parlé jusqu'au début du XXe siècle dans cet État américain, le français local a peu à peu disparu, avalé par la langue anglaise. Mais aujourd'hui, il est enseigné à 5.500 enfants et jouit à nouveau d'une certaine popularité.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio