Monde

La semaine imaginaire de Sa Majesté la reine Elizabeth II, le retour

Temps de lecture : 2 min

Comme on n'a pas tous les jours 70 ans, surtout quand on en a plutôt 96, je range mon pyjama en pilou imprimé corgis et je file au balcon.

Que Dieu me laisse tranquille aussi un peu. Ce vendredi matin y avait messe en mon honneur et j'y suis pas allée. | Louison
Que Dieu me laisse tranquille aussi un peu. Ce vendredi matin y avait messe en mon honneur et j'y suis pas allée. | Louison

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Lundi 30 mai

Que Dieu me bénisse. Et je dis pas ça parce qu'avec cette douceur de la fin du mois de mai, les pollens sont aussi motivés à nous chatouiller les sinus que des CRS français un dimanche soir en Seine-Saint-Denis. Non, je dis ça car je suis la reine d'Angleterre et que parmi les avantages que ça offre, en dehors de la sécurité de l'emploi et d'un diagnostic gratuit de daltonisme à chaque ouverture de ma penderie, c'est que tout le monde me prend pour une sorte d'œuvre d'art, un portrait accroché au mur qui ne bougera jamais, imperturbable. Même avec une grosse part de tarte au citron et au gluten dans la tronche.

Mardi 31 mai

Que Dieu me protège. Oui, Dieu est un peu comme un Kevin Costner circa 1993, il prend soin de moi, où que j'aille. Oui, ça fait de moi la Whitney Houston de Dieu et d'un coup ça rend la monarchie un peu plus glamour, voire groovy. Et puis j'ai pas de risque de me noyer dans ma baignoire moi, puisque ma baignoire a une porte pour que je rentre dedans. Eh oui, ça a certains avantages d'avoir 96 ans. Si seulement l'orque qui s'était perdue dans la Seine ces derniers jours avait aussi pu regarder France 3 Normandie sur sa télé et se commander un élégant et discret collier de sécurité GPS pour ne pas se perdre et se noyer elle aussi. Comme quoi, jamais là quand il faut Kevin.

Mercredi 1er juin

Que Dieu me pardonne. Même si les Sex Pistols, même si Freddie Mercury, même si des gens encore vivants chantent à tire-larigot qu'il faut me sauver, là j'ai surtout envie de demander à Dieu pourquoi il ne sauve pas aussi les autres. Pourquoi les journalistes à peine trentenaires ne rentrent pas chez eux après leur mission, ou en tout cas qu'entre des planches de chêne recouvertes d'un drapeau tricolore. Pourquoi la liberté d'informer coûte-t-elle si cher qu'à côté de ça, l'accord financier pour éviter un procès à mon fils le prince Andrew ressemble à un ticket-restaurant? Tu sais quoi Dieu, I got the seum today.

Jeudi 2 juin

Que Dieu me pomponne. Oui, en pastel, en fluo, en robe à fleurs, en mise en pli imperturbable et testée en soufflerie, en chapeau vissé au scalp comme une ex-actrice à son titre de duchesse, en ourlet lesté de plomb pour pas qu'on voit mon royal derrière si le mistral se lève, en mi-bas de contention qui me rappellent que je serai mieux devant un épisode de Columbo et trois scones, ou l'inverse. Mais aujourd'hui démarrent les festivités de mon jubilé de platine, et comme on n'a pas tous les jours 70 ans, surtout quand on en a plutôt 96 en fait, je range mon pyjama en pilou imprimé corgis et je file au balcon. Louis, mon arrière-petit-fils m'a dit qu'il y aurait peut-être des gros navions.

Vendredi 3 juin

Que Dieu me laisse tranquille aussi un peu. Ce matin y avait messe en mon honneur et j'y suis pas allée. D'abord parce que les messes en l'honneur de quelqu'un ça s'appelle des enterrements et que par superstition je compte pas faire de répétition. Et aussi parce qu'avec le lundi de Pentecôte, on va avoir un week-end de trois jours et qu'en posant mon vendredi ça en faisait un de plus et pour se déconnecter, c'est plutôt pas mal quatre jours.

Quatre jours sur soixante-dix ans de règne franchement c'est de la miette de crumpet. Quatre jours sur cent de guerre en Ukraine ça fait de la plus grosse miette en revanche. De la miette qui reste bien en travers de la gorge. De la miette qui fait des bruits de larmes et d'obus quand on la mâche. Une miette qui fait plus de mal à l'âme et aux nerfs qu'un résultat sur Parcoursup. Une miette qu'il va falloir avaler pourtant. Comme le fait que c'est sûrement mon dernier jubilé. So long!

La semaine imaginaire
La semaine imaginaire d'Élisabeth Borne

Épisode 81

La semaine imaginaire d'Élisabeth Borne

La semaine imaginaire de la canicule

Épisode 83

La semaine imaginaire de la canicule

Newsletters

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

​​​​​​​Au XVIIe siècle, cet archipel constitué de plus d'une centaine d'îlots déserts servit de refuge aux naufragés du Batavia, un navire de commerce. En attendant le sauvetage, l'un des survivants massacra ses compagnons d'infortune.

Sous la menace d'une peine de prison après avoir sauvé un raton laveur

Sous la menace d'une peine de prison après avoir sauvé un raton laveur

Et ce n'est pas la nouvelle la plus triste.

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

Le temple du romantisme ou le royaume du kitsch?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio