Monde

Voici les pays qui bloquent YouTube, Facebook et Twitter

Temps de lecture : 2 min

Carte de MotherJones
Carte de MotherJones

A la suite du blocage par le gouvernement turc, jeudi, de l’accès à YouTube dans le pays, quelques jours seulement après la tentative de bannissement de Twitter, MotherJones a entrepris de réaliser une carte des pays qui bloquent l’accès à Facebook, YouTube, ou Twitter.

Le site explique que La Turquie est loin d’être le seul pays à réprimer des agitations sociales en s’en prenant aux réseaux sociaux: la Chine, l'Iran, le Vietnam, la Corée du Nord, le Pakistan ou encore l'Érythrée ont fait de même.

La Chine avait bloqué Facebook, Twitter, et YouTube en 2009, juste après une manifestation pacifique de la minorité ouighour qui avait dégénéré en incidents violents et répression. «En septembre 2013, le gouvernement a décidé de lever la censure sur les sites étrangers, dans la zone de libre commerce de Shanghai, mais ces réseaux sociaux sont encore largement censurés sur l’ensemble du pays.»

L’Iran a aussi bloqué les réseaux après le soulèvement post-électoral en 2009. Au Vietnam, depuis septembre 2013, les utilisateurs de Facebook n’ont pas le droit de poster des contenus anti-gouvernementaux.

Le Pakistan a bloqué l’accès à Youtube après que le site a hébergé la vidéo «L’Innocence des musulmans», vidéo anti-Islam dont l’origine est floue, mais qui avait déclenché une série de manifestttions au Moyen-Orient en 2012.

En Turquie aussi, la censure des réseaux sociaux résulte des craintes du gouvernement de voir se diffuser des messages qui lui sont hostiles, et notamment ce mois-ci, alors que doivent se tenir des élections municipales ce weekend.

Newsletters

Les stratégies des supporters pour boire de la bière malgré tout au Qatar

Les stratégies des supporters pour boire de la bière malgré tout au Qatar

Pour quelques centilitres, ils sont disposés à faire des kilomètres.

À quoi joue Macron avec Poutine?

À quoi joue Macron avec Poutine?

La sortie du président français sur les «garanties de sécurité» qu'il faudrait fournir à Moscou s'ajoute à une liste déjà longue de déclarations controversées sur la conduite à tenir face au président russe.

Déçu

Déçu

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio