Monde

Condamné pour fraude fiscale, Uli Hoeness va purger sa peine dans la prison d'Hitler

Temps de lecture : 2 min

La prison de Landsberg am Lech. REUTERS/Michael Dalder.
La prison de Landsberg am Lech. REUTERS/Michael Dalder.

Le parquet de Munich n'ayant pas fait appel, le président du Bayern Munich, Uli Hoeness, va donc bien devoir purger une peine de trois ans et demi de prison ferme pour fraude fiscale. Il devra bientôt quitter sa villa du lac de Tegernsee pour la prison de Landsberg am Lech, au sud-ouest de la Bavière. C'est là qu'Adolf Hitler fut détenu pendant 264 jours après sa tentative de putsch en 1923, fait remarquer l'hebdomadaire Focus, et qu'il a dicté plusieurs chapitres de Mein Kampf.

C'est aussi là que furent enfermés de nombreux criminels nazis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, suite au procès de Nuremberg. Les Alliés américains surnommaient le pénitencier la «War Criminal Prison No. 1», rappelle le quotidien bavarois Augsburger Allgemeine. Plus de 250 criminels de guerre y furent exécutés jusqu'en 1951.

L'hebdomadaire Die Welt am Sonntag donne la parole à d'anciens détenus célèbres qui ont eux aussi croupi derrière les barreaux de la prison de Landsberg am Lech. L'un d'eux, le reporter et homme d'affaires allemand Michael Graeter, 72 ans, condamné au début des années 2000 à neuf mois de prison pour organisation frauduleuse d'insolvabilité, raconte avoir été lui-même détenu dans l'ancienne cellule du dictateur:

«Dans la cellule dans laquelle on m'a placé, là se trouvait monsieur Hitler autrefois, comme les gardiens me l'expliquèrent avec fierté.»

Michael Graeter décrit la prison comme un «Alcatraz bavarois» et la surnomme «Hôtel quatre barreaux», les cellules n'ayant pas de portes mais des grilles à travers lesquelles les gardins peuvent observer les prisonniers en permanence.

Bâtie au début du siècle, la prison où Hoeness va devoir purger sa peine est de style art nouveau et «ressemble à une forteresse», comme le fait remarquer l'hebdomadaire Stern. Elle peut accueillir 554 détenus, dont plus des trois quarts sont placés dans des cellules individuelles.

Hoeness y partagera le quotidien d'une trentaine d'assassins, comme s'en délecte le tabloïd Bild, qui rapporte les propos d'un médecin pénitentiaire, Joe Bausch, selon qui le détenu pourrait être face à «un danger qu'il ne faut pas sous-estimer»:

«Celui qui fait quelque chose à monsieur Hoeness pourrait devenir célèbre en une nuit.»

Lors de sa détention, le président du FC Bayern aura un compte bancaire à sa disposition, sur lequel il ne pourra pas déposer plus de 150 euros par mois. Une somme bien dérisoire en comparaison aux 28,5 millions d'euros qu'il a dissimulés au fisc allemand.

Newsletters

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

La guerre en Ukraine «ne sera pas de longue durée», assure Bernard-Henri Lévy

L'essayiste pense que les experts qui affirment que le conflit va s'enliser se trompent.

Manifestations en Chine: sous pression, le pouvoir semble hésiter

Manifestations en Chine: sous pression, le pouvoir semble hésiter

Après l'incendie d'un immeuble qui a fait dix victimes à Ürümqi, dans l'ouest du pays, les mouvements de protestation contre les restrictions strictes liées au Covid-19 se multiplient face à un Xi Jinping en apparence imperturbable.

On croyait le français de Louisiane mort, le voilà qui ressuscite

On croyait le français de Louisiane mort, le voilà qui ressuscite

Couramment parlé jusqu'au début du XXe siècle dans cet État américain, le français local a peu à peu disparu, avalé par la langue anglaise. Mais aujourd'hui, il est enseigné à 5.500 enfants et jouit à nouveau d'une certaine popularité.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio