Monde

Pour les services secrets américains, il y a eu pire que l'affaire Snowden

Temps de lecture : 2 min

Spy pose. Anonymous9000 via Flickr CC License by.
Spy pose. Anonymous9000 via Flickr CC License by.

Le 6 août dernier, le site McClatchy révélait une attaque terroriste imminente contre les Etats-Unis. A l’origine de cette alerte, l’interception de messages entre Ayman al-Zawahiri, successeur de Ben Laden à la tête d’al-Qaida, et Nasser al-Wuhayshi, leader d’al-Qaida dans la péninsule arabique.

Une fuite hautement dommageable pour les services de renseignement américain, rapporte le New York Times.

Les analystes ont en effet noté une nette baisse dans l’usage terroriste des canaux de communication majeurs surveillés par les autorités. «Les interrupteurs n’ont pas été éteints, mais il y a eu une réelle baisse de qualité» dans les communications, explique au NYT un officiel des Etats-Unis.

Un phénomène d’autant plus remarquable qu’il contraste avec celui ayant suivi les révélations de l’affaire Snowden. Les analystes avaient alors remarqué qu’au lieu de rester silencieux et de changer de réseaux, les terroristes discutaient principalement des révélations.

L’affaire Snowden a toutefois eu des effets plus globaux sur la sécurité nationale, terrorisme inclus. Comme une meilleure connaissance des programmes de surveillance de la NSA par la Chine et la Russie ou des relations diplomatiques tendues avec Dilma Roussef, la présidente du Brésil, qui a récemment reporté sa visite à Washington.

«Cela a eu un effet immédiat, direct et implique des personnes spécifiques sur des communications spécifiques à propos d’évènement spécifiques», détaille un officier supérieur américain à propos de la fuite entre les deux leaders d’al-Qaida. Enrevanche, «cela prendra du temps de comprendre toutes les couches des révélations de Snowden. Il n’y a pas eu de baisse directe. La plupart de ces personnes pensent qu’ils ne sont pas impactés par ça, et ce sont des choses difficiles à comprendre pour eux», conclut-il.

Newsletters

Les coulisses de l'envoi de chars occidentaux à l'Ukraine

Les coulisses de l'envoi de chars occidentaux à l'Ukraine

Craignant, entre autres, de provoquer une escalade du conflit opposant Kiev à Moscou, le chancelier allemand Olaf Scholz refusait de livrer ces blindés.

Rougeole, coqueluche, tétanos… La vaccination reste la meilleure arme pour protéger les enfants

Rougeole, coqueluche, tétanos… La vaccination reste la meilleure arme pour protéger les enfants

Une meilleure couverture vaccinale mondiale, insuffisante par manque de volonté politique, pourrait sauver plusieurs centaines de milliers d'enfants. Démonstration par des chiffres concrets.

Avec son parking sous-marin interdit aux voitures, Amsterdam bichonne les cyclistes

Avec son parking sous-marin interdit aux voitures, Amsterdam bichonne les cyclistes

Cette nouvelle infrastructure n'est pas sans défaut, mais elle témoigne d'une volonté politique forte.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio