Égalités / Life

Si les Trois Grâces étaient trois mannequins d'aujourd'hui, à quoi ressembleraient-elles? Ces GIF prouvent notre culte de la minceur

Temps de lecture : 2 min

Raphaël, Les Trois Graces via Wikimedia Commons CC License By
Raphaël, Les Trois Graces via Wikimedia Commons CC License By

A quoi ressembleraient les peintures des siècles passés si on leur appliquait les standards de «beauté» actuels? Lauren Wade, l’éditrice photo du site Takepart.com, a retouché des classiques de la peinture. La photographe, qui admet avoir elle-même été amenée à retoucher de très nombreuses photos, explique la raison de son travail:

«Tout au long de l’histoire, les peintres, de Titien à Rubens en passant par Gauguin, ont trouvé de la beauté chez des femmes qui ne seraient jamais entrées dans une taille 0.»

En passant des tableaux de grands maîtres à Photoshop tel qu'elle le ferait pour des photos de top d'aujourd'hui, Lauren Wade nous permet de visualiser quels sont nos critères de beauté actuels. Adieu les rondeurs des femmes peintes par Degas, Raphaël, Botticelli ou Gauguin. Place au culte de la minceur.

Titien, Danaé avec Eros, 1544 - via Takepart.com - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Degas, La Toilette, 1884 - via Takepart.com - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Gauguin, Deux femmes tahitiennes, 1899 - via Takepart.com - Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Raphaël, Les Trois Grâces (1504-1505) via Takepart.com Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Newsletters

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À Washington, les anti-IVG préparent «l'après-Roe»

À l'occasion de l'annuelle «Marche pour la vie», les mouvements anti-avortement ont appelé le Congrès à voter des lois «pro-life».

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Tous ces films réalisés par des femmes que les César ont oubliés

Une seule cinéaste dans la catégorie «meilleur film», aucune pour la meilleure réalisation: une fois encore, les récompenses du cinéma français s'apprêtent à laisser les femmes de côté.

«J'avais été élevée pour ça»: au Mexique, ces fillettes indigènes vendues par leurs familles

«J'avais été élevée pour ça»: au Mexique, ces fillettes indigènes vendues par leurs familles

Marina vient d'une communauté où les filles sont mariées entre 12 et 18 ans. Elle qui a dit non a été expulsée.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio