Sports

Cinq articles à lire avant les adieux d'Alex Ferguson à Old Trafford

Temps de lecture : 2 min

Un fan de Manchester United porte un maillot floqué Ferguson, le 8 mai 2013. REUTERS/Nigel Roddis.
Un fan de Manchester United porte un maillot floqué Ferguson, le 8 mai 2013. REUTERS/Nigel Roddis.

Si vous êtes fan de Manchester United —et donc inconsolable—, sans doute regarderez-vous, ce dimanche après-midi à 17h, le dernier match d’Alex Ferguson à Old Trafford contre Swansea City, quatre jours après l’annonce de sa retraite.

Voici, en attendant, cinq des meilleurs articles publiés sur le sujet ces derniers jours.

1. Places à 1.000 livres et tee-shirt du Parrain

Le Guardian consacre un article à l’avant-match, où il nous explique notamment le merchandising intensif qui règne autour de cette dernière, pour laquelle des tickets se revendent 1.000 livres au marché noir:

«La variété des produits dérivés Fergie était impressionnante —des drapeaux, des bannières, un tee-shirt pastichant l’affiche du Parrain avec les fils des marionnettes. Tous élaborés depuis l’annonce-surprise mercredi de la retraite de l’entraîneur d’United à la fin de la saison.»

2. «L'entraîneur adverse va passer dans mon bureau»

Slate.com a republié une interview accordée par Ferguson en 2012 au magazine spécialisé britannique The Blizzard, et réalisée par le journaliste français Philippe Auclair, auprès de qui il déplore que la presse soit plus intéressée par ce que l’entraîneur va dire après le match que par le match lui-même:

«Quand vous vous asseyez et parlez du match en lui-même, parfois, c’est beaucoup plus intéressant… L’entraîneur de l’équipe visiteuse va passer dans mon bureau et boire un verre, et nous pourrons parler du match —de ce qui s’est passé pendant le match— d’une façon rationnelle, contrôlée, ce qui est fantastique. Cela n’arrive plus beaucoup, et c’est une déception, parce qu’il est bien plus intéressant de discuter de ce qui s’est passé durant le match que de ce qui s’est passé après.»

3. «Je me souviens de Ferguson»

Fan de Manchester United, Marc Beaugé de SoFoot s’est livré à un bel exercice à la Pérec en évoquant ses meilleurs souvenirs de Ferguson:

«Je me souviens… que tu viras, un jour, un reporter de ton bureau parce qu'il avait comparé ton autorité naturelle à celle de Margaret Thatcher, cette folle que tu haïssais.»

«Je me souviens… que tu as refusé Zidane, parce que tu ne le trouvais pas assez bon pour jouer sur un côté à United.»

«Je me souviens… que, chaque Noël, pendant l'adolescence, je t'envoyais une bouteille de vin français et que tu répondais toujours d'un petit mot, écrit à la main.»

4. «Il était toujours là»

Jonathan Birchall, du site Goal, rend aussi un joli hommage à Ferguson et à la façon dont il a accompagné ses années d’enfance, les soirs de Ligue des champions :

«Nous regardions des joueurs et des endroits qu’un enfant de sept ans ne pouvait connaître qu’au travers du football. […] Nous regardions des victoires convaincantes et des défaites à cause de la règle du but à l’extérieur. […] Nous regardions les joueurs aller et venir, les maillots changer et Old Trafford s’agrandir. […] Mais Sir Alex Ferguson était toujours là.»

5. Appelez-le «Sir»

Autre hommage, celui du journaliste Richard Farley, de NBC, qui a consacré un beau post d’adieu à Ferguson:

«En tant qu’Américain, je me retiens normalement d’appeler Ferguson "Sir Alex", mais huit heures avant son dernier match à Manchester, je ne peux pas penser à un hommage plus approprié. Vous n’avez pas à sacrifier aux honneurs britanniques pour réussir à faire de "Sir" autre chose, même pour un seul jour. Utilisez-le pour reconnaître son succès. Utilisez-le pour reconnaître son influence. Mais dimanche, dites surtout "Sir Alex" pour reconnaître qu’une icône dit au revoir à Old Trafford.»

Newsletters

Au moins 174 morts dans un mouvement de foule après un match de foot en Indonésie

Au moins 174 morts dans un mouvement de foule après un match de foot en Indonésie

Il s'agit de l'une des catastrophes les plus meurtrières survenues dans un stade de football.

Les plus jeunes hooligans de notre époque ont à peine 10 ans

Les plus jeunes hooligans de notre époque ont à peine 10 ans

On assiste à une augmentation du nombre d'enfants arrêtés pour des faits de violence ou des comportements dangereux, dans les stades ou en périphérie de ceux-ci.

Mondiaux de cyclisme: les inégalités dans le sport commencent quand on met les femmes en classe éco

Mondiaux de cyclisme: les inégalités dans le sport commencent quand on met les femmes en classe éco

Classe business pour les hommes, éco pour les femmes. Au-delà de l'évidente injustice, ce choix opéré par la Fédération française de cyclisme pour se rendre en Australie illustre une certaine vision du sport féminin ancrée dans l'inconscient collectif.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio