Culture

Les joueurs de World of Warcraft victimes d'un massacre à grande échelle

Temps de lecture : 2 min

World of Warcraft DVD + Manual / Juan Pablo Olmo via FlickrCC License by
World of Warcraft DVD + Manual / Juan Pablo Olmo via FlickrCC License by

Un véritable e-génocide! La mort s’est abattue sur les capitales du jeu en ligne World of Warcraft, rapporte la BBC. Des joueurs semblent avoir trouvé un bug permettant de créer un personnage de niveau 1 (c’est-à-dire d’une puissance totalement risible, le niveau maximum étant 90) capable de tuer instantanément tout monstre ou joueur, même allié.

Les personnages du jeu sont répartis en deux factions ennemies et il est impossible d’attaquer un membre de sa propre faction. Lorsque ces personnages de niveau 1 se sont rendus dans les capitales surpeuplées du jeu et ont commencé à tuer systématiquement tout ce qui bouge, personne n’a pu les stopper, puisqu’ils appartenaient à la même faction que leurs victimes.

Les capitales se sont ainsi remplies de cadavres sans que personne ne puisse rien y faire. WoW Insider publie une capture d'écran et une vidéo du massacre sur son site, voici ce à quoi ressemblait Orgrimmar, la capitale de la faction «la Horde» après le carnage:

Blizzard, la société qui a créé World of Warcaft ainsi que d’autres licences au succès planétaire (Warcraft I, Warcraft II et Warcraft III, Diablo I, Diablo II et Diablo III, Starcraft I et Starcraft II) prend le problème au sérieux et a déjà résolu le bug, rapporte WoW Insider:

«Plus tôt ce matin, certains royaumes (serveurs, NDLR) ont été affectés par l’exploitation d’un bug dans le jeu, entraînant la mort de personnages joueurs et de personnages non joueurs dans des villes majeures. Ce bug a été corrigé et ne devrait donc plus réapparaître. Il est maintenant possible de s’aventurer dans les villes majeures et ailleurs en Azeroth (le nom du monde de World of Warcraft, NDLR) en toute sécurité.

Comme toute exploitation de bug, nous prenons cette perturbation très au sérieux et conduisons une enquête approfondie. Si vous avez des informations sur cet incident, envoyez un e-mail à [email protected] Nous nous excusons pour le dérangement occasionné et apprécions votre compréhension.»

Dans le jargon, on appelle ce phénomène un «bug exploit». World of Warcraft possède un univers et un contenu jouable extrêmement vastes, les bugs ne sont donc pas rares et sont rapidement corrigés par Blizzard.

Parfois ce sont des bugs mineurs sans grande influence sur l’expérience de jeu. Mais ce peut aussi être un bug majeur qui va rendre un personnage surpuissant, grandement faciliter le jeu et désavantager les autres joueurs. C’est là qu’on parle de bug exploit: lorsqu’un joueur exploite un bug de manière délibérée pour faciliter son aventure au lieu de signaler le problème aux développeurs. WoW Insider rappelle que les «bugs exploiters» risquent d’être bannis du jeu s'ils se font attraper, ce qui correspond à une mort sociale pour les accros à World of Warcraft.

World of Warcraft est ce que l’on appelle un jeu de rôle massivement multijoueur (MMORPG) qui rassemble une communauté de plus de 10 millions de joueurs dans le monde, rappelle la BBC. La quatrième extension du jeu, Mists of Pandaria, est sortie fin septembre et a déjà été vendue à plus 2,7 millions d’exemplaires, selon Digital Spy.

Newsletters

Karen Carpenter, batteuse et chanteuse géniale, victime de son image parfaite

Karen Carpenter, batteuse et chanteuse géniale, victime de son image parfaite

Morte à 32 ans il y a quarante ans, la moitié du duo The Carpenters a incarné une certaine idée de l'Amérique tout en entretenant le mystère sur son anorexie mentale. Sa disparition a levé le voile sur ce sujet alors tabou.

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Bien qu'il semble s'agir d'un accident, les procureurs pourraient avoir de bonnes raisons d'accuser l'acteur de négligence aggravée, après son tir mortel sur le tournage du film «Rust» en octobre 2021.

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

La fluidité de genre se dégageant de certains personnages de mangas animés a ému nombre d'adolescents qui, désormais adultes, se définissent comme non binaires.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio