Culture

Les 10 plus gros flops de l'histoire du cinéma

Temps de lecture : 2 min

Un morceau de l'affiche de Speed Racer (2008)
Un morceau de l'affiche de Speed Racer (2008)

Nous vous en parlions il y a quelques jours, John Carter, nouvelle grosse production Disney, est dans les choux.

La compagnie s'attend en effet à perdre 200 millions de dollars pour un bide monumental déjà prédit avant même sa sortie par Michael Atlan sur Slate.fr... Un flop financier qui pourrait placer John Carter haut dans la liste des plus gros échecs de l'histoire du cinéma, dont le Guardian a dressé la liste.

On y retrouve Pluto Nash (2001), comédie de science-fiction avec Eddie Murphy, des avatars de Top Gun comme Furtif (2005), qui a accumulé 111,7 millions de dollars de pertes, ou un autre film Disney récent, Milo sur Mars. «Ni amusant ni intelligent», ce film d'animation en 3D qui aurait pu devenir l'un des plus gros coups de l'année enregistre finalement 140,5 millions de dollars de pertes.

C'est à L'Île aux pirates (1995) que revient la palme du plus gros bide: avec 147,2 millions de dollars de pertes, il est parvenu également à couler sa société de production, Carolco Pictures.

>> Consulter l'infographie du Guardian.

Newsletters

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Claude Vivier, compositeur majeur poignardé en pleine gloire par un tueur fou

Tué de dix-sept coups de couteau en 1983 par un certain Pascal Dolzan, le musicien québécois est l'une des trois victimes d'une virée macabre en ayant fait deux autres.

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Orwell et Huxley ont-ils un peu trop bien anticipé l'entreprise du XXIe siècle?

Surveillance de masse, novlangue managériale, rééducation au bonheur... Si certaines techniques de management ont de faux airs de dystopie, les romans «1984» et «Le Meilleur des mondes» ne sont pas toujours invoqués à bon escient.

Qu'est-ce que voulait dire «être pauvre» jusqu'au XIXe siècle?

Qu'est-ce que voulait dire «être pauvre» jusqu'au XIXe siècle?

«La Violence au village», dirigé par Yves-Marie Bercé, et «Vivre pauvre», de Laurence Fontaine, analysent l'évolution de la misère, des réactions des pouvoirs publics et l'autodéfense rurale.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio