Monde

112 manières d'écrire Kadhafi

Temps de lecture : 2 min

Au-delà de la crise politique, le dictateur libyen suscite également une querelle orthographique autour de son nom parmi les lecteurs de l'Irish Times. Alors Gadafy, Gaddafi ou Kadhafi?

Dans le quotidien irlandais, la version traditionellement utilisée depuis 1971 est: «Muammar Gadafy». L'Irish Times explique qu'il s'agit là «d'une translittération directe de l'arabe».

Mais dans la presse anglo-saxonne, il y a autant de médias que d'alternatives orthographiques. Du Guardian qui écrit «Gaddafi» au LA Times qui écrit «Kadafi» ou par exemple Slate.com qui utilise «Qaddafi», il existe une infinité de variantes. Comme la première lettre arabe de son nom ne correspond à aucune lettre ou son dans l'alphabet latin (utilisé par l'anglais ou le français), on recense des centaines de versions. En France en revanche, les médias semblent s'accorder sur une seule orthographe: Kadhafi.

Selon un rapport d'ABC News cité par l'Irish Times, il existerait 112 orthographes différentes dans la langue anglaise et le vieux dictateur libyen possède sans doute autant de tenues vestimentaires si l'on se fie à la galerie photo publiée par The Vanity Fair.

Photo: Kadhafi au gala pour le 41e anniversaire de la révolution libyenne, à Tripoli, le 1er septembre 2010. REUTERS/Ismail Zitouny

Newsletters

Les annexions en Ukraine, un succès tactique de Poutine qui se retournera contre lui

Les annexions en Ukraine, un succès tactique de Poutine qui se retournera contre lui

L'annexion de quatre régions n'est pour la Russie qu'une victoire en trompe-l'œil. Le maximalisme du président russe aura un coût stratégique.

Au Québec, des élections provinciales qui ne font pas rêver

Au Québec, des élections provinciales qui ne font pas rêver

Le paysage politique de cette province canadienne a profondément changé en une décennie. Le système a laissé place à un fractionnement partisan et à un flou idéologique croissant. Avec, en ligne de mire, la relégation historique du Québec?

L'extrême droite indienne boycotte Bollywood

L'extrême droite indienne boycotte Bollywood

La consolidation du nationalisme hindou et de la haine anti-musulmans sous l'égide du parti au pouvoir, le Bharatiya Janata, a marqué un changement culturel. L'extrême droite s'attaque désormais à la plus grosse industrie de divertissement indienne.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio