Monde

Pourquoi les médias parlent-ils tant d’Apple?

Temps de lecture : 2 min

Photo: Couverture du magazine Time
Photo: Couverture du magazine Time

Lundi 27 septembre, le Pew Research Center a publié une étude concernant la couverture médiatique des sujets «high-tech» aux États-Unis. Parmi les nombreux enseignements de l’enquête, un chiffre est particulièrement frappant: 15,1% des articles dans ce domaine concernaient Apple, contre 11,4% pour Google et environ 3% Microsoft.

Le site américain Wired, qui fait amende honorable, essaie de fournir un début d’explication à cette tendance. D’abord, explique Brian X. Chen, auteur de l’article, Apple déçoit rarement. La norme du secteur est en effet de tenir les journalistes au courant des innovations à venir bien avant leur sortie. Ce procédé, explique Wired, génère de l'attente auprès des consommateurs qui auront plus de chances d'être insatisfaits si le produit n'est pas à la hauteur des annonces. À l'inverse, Apple a fait du silence sur ses projets une marque de fabrique. Ainsi, explique le journaliste:

«Quand Steve Jobs finit par parler d’un nouveau produit, celui-ci est terminé et prêt à être vendu. Pour un journaliste, il est beaucoup plus simple (et bien moins vain) de parler de choses qui sont vraiment disponibles, d’objets réels que nous pouvons essayer, que de “produits imaginaires” qui pourraient bien ne jamais voir le jour.»

Deuxième point: le storytelling entourant les produits d’Apple est pour le journaliste diablement efficace. Lors de ses fameuses présentations, Steve Jobs utilise des mots percutants pour décrire un «univers» dont l’objet annoncé semble être la conséquence naturelle. Chen compare cette démarche à celle de Google, qui met en ligne des services comme Wave, sans qu’il soit évident pour le consommateur de comprendre à quel besoin ceux-ci répondent.

L’obsession d’Apple pour le design semble également jouer un certain rôle dans la frénésie médiatique entourant la marque. «Faites de jolis trucs et les journalistes pourront prendre de jolies photos pour leurs lecteurs», explique Wired.

La cohérence des produits facilite également le travail des professionnels des médias. iTunes vend de la musique, des vidéos et des applications pour Mac, iPhones, iPads et iPods. L’univers de la marque est clairement défini, ce qui permet aux journalistes d’être –presque– sûrs de se faire comprendre du lecteur.

Enfin, et c’est un point essentiel: le lectorat intéressé par le secteur high-tech est friand d’actualités relatives à Apple. Wired explique que le mot le plus recherché sur son site est «iPhone», et que les articles parlant de la marque sont à chaque fois très lus. Au royaume du «visiteur unique» et de la «page vue», Steve Jobs devient alors le meilleur ami du journaliste.

Photo: Couverture du magazine Time

Newsletters

La dépendance de l'Allemagne vis-à-vis de la Chine ne cesse de croître

La dépendance de l'Allemagne vis-à-vis de la Chine ne cesse de croître

Est-ce un phénomène transitoire, lié à la situation économique et géopolitique de l'Europe, ou un changement structurel?

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

Le naturisme en Allemagne doit beaucoup aux nazis

D'abord considérée d'un mauvais œil car assimilée aux associations marxistes, la nudité devient pour Hitler un moyen de promouvoir la virilité et la supériorité physique de la race aryenne.

Venise rame pour imposer son idée d'entrée payante

Venise rame pour imposer son idée d'entrée payante

La mairie de la cité des Doges peine à mettre en place son projet de taxe d'entrée pour les touristes. Encore repoussée de six mois, elle ne permettrait de toute manière pas de réellement lutter contre les conséquences du tourisme dans la ville.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio