Monde

Le tabac de Philip Morris produit par des enfants

Temps de lecture : 2 min

Le géant du tabac Philip Morris, qui produit des cigarettes de marque Marlboro ou Chesterfield dans plus de 150 pays, achète chaque année plus de 1.500 tonnes de tabac en provenance des fermes des états d’Asie Centrale, notamment du Kazakhstan. Les conditions de travail des ouvriers y seraient plus que précaires. The Independent fait état d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch accablant pour la firme. Devant l'évidence, Philip Morris a été contraint d'admettre que des enfants travaillaient effectivement dans ces fermes. D'après le rapport, les conditions de travail «s’apparentent à du travail forcé» .

Beaucoup de travailleurs migrants venus des pays frontaliers voient leur passeports confisqués ou leurs heures supplémentaires non rémunérées. Mais le rapport est plus accablant encore concernant le travail des enfants. 72 enfants, dont certains âgés de 10 ans, travailleraient dans ces fermes, s'exposant à de graves dangers pour leur santé.

Car travailler dans une ferme à tabac, c’est être confronté à une quantité de nicotine équivalente à celle inhalée par un fumeur qui consommerait 36 cigarettes par jour. On comprend alors pourquoi certains sont atteints de la «maladie du tabac vert» qu'ils contractent quand la nicotine est absorbée par la peau. Plus fragiles en raison de leur petite taille, les enfants sont alors sujets à des nausées ou des vomissements.

Mais l'entreprise joue les bons élèves. Exprimant sa reconnaissance envers le travail fourni par Human Rights Watch, elle a également répété son opposition «au travail des enfants et à toutes les autres formes d’abus». Depuis les premières accusations formulées par l’ONG en octobre 2010, le conglomérat s’est rapproché des ONG sur place et a engagé le dialogue avec le gouvernement local.

Si Human Rights Watch reconnaît les efforts de Philip Morris, elle précise tout de même que l'entreprise doit aller plus loin:

«On a poursuivi nos recherches et il apparaît clairement qu’ils n’ont pas encore mis en application toutes leurs promesses».

Photo: Why have you abandoned us? / Mendhak via Flickr CC License by

Newsletters

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

Houtman Abrolhos, l'archipel qui fut le théâtre d'un naufrage sanglant

​​​​​​​Au XVIIe siècle, cet archipel constitué de plus d'une centaine d'îlots déserts servit de refuge aux naufragés du Batavia, un navire de commerce. En attendant le sauvetage, l'un des survivants massacra ses compagnons d'infortune.

Sous la menace d'une peine de prison après avoir sauvé un raton laveur

Sous la menace d'une peine de prison après avoir sauvé un raton laveur

Et ce n'est pas la nouvelle la plus triste.

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

En Italie, le plus petit restaurant du monde ne propose qu'une seule table

Le temple du romantisme ou le royaume du kitsch?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio