Une semaine dans le monde en 7 photos, du 8 au 14 octobre 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 8 au 14 octobre 2022

Bombardements russes d'une ampleur inégalée depuis des mois en Ukraine, manifestations en Iran et sécheresse au Kenya… La semaine du 8 au 14 octobre en images.

Des objets sont incendiés dans les rues de Téhéran, en Iran, samedi 8 octobre 2022. Depuis mi-septembre et la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans interpellée par la police des mœurs, accusée d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique prévoyant notamment le port du voile pour les femmes, des hommes et des femmes manifestent dans le pays. Ce mouvement de contestation, le plus important depuis 2019, a fait des dizaines de morts, essentiellement parmi les manifestants mais aussi du côté des forces de sécurité, et plus d'un millier de personnes ont été arrêtées.
AFP

Des objets sont incendiés dans les rues de Téhéran, en Iran, samedi 8 octobre 2022. Depuis mi-septembre et la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans interpellée par la police des mœurs, accusée d'avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique prévoyant notamment le port du voile pour les femmes, des hommes et des femmes manifestent dans le pays. Ce mouvement de contestation, le plus important depuis 2019, a fait des dizaines de morts, essentiellement parmi les manifestants mais aussi du côté des forces de sécurité, et plus d'un millier de personnes ont été arrêtées.

Malefakome, 54 ans, pose devant des habitations du site des grottes de Kome, dans le district de Berea, au Lesotho, dimanche 9 octobre. Elle fait partie des quelques familles qui vivent encore dans ces cavités du nord du pays, occupées pour la première fois il y a environ deux cents ans par des tribus locales Basia et Bataung qui cherchaient à se protéger des conflits et du cannibalisme, alors qu'une grave sécheresse ravageait la région. À plus de 1.800 mètres d'altitude et environ 50 kilomètres de la capitale et seule grande ville du Lesotho, Maseru, la colonie est entourée de pâturages arides, où les bergers, drapés dans de longues couvertures de laine, sortent le bétail dans la brume matinale.
Marco Longari / AFP

Malefakome, 54 ans, pose devant des habitations du site des grottes de Kome, dans le district de Berea, au Lesotho, dimanche 9 octobre. Elle fait partie des quelques familles qui vivent encore dans ces cavités du nord du pays, occupées pour la première fois il y a environ deux cents ans par des tribus locales Basia et Bataung qui cherchaient à se protéger des conflits et du cannibalisme, alors qu'une grave sécheresse ravageait la région. À plus de 1.800 mètres d'altitude et environ 50 kilomètres de la capitale et seule grande ville du Lesotho, Maseru, la colonie est entourée de pâturages arides, où les bergers, drapés dans de longues couvertures de laine, sortent le bétail dans la brume matinale.

Une femme regarde par la fenêtre brisée d'un appartement après une frappe de missile, dans la ville de Dnipro, en Ukraine, lundi 10 octobre. Des bombardements russes meurtriers, d'une ampleur inégalée depuis des mois, ont frappé le pays lundi, provoquant la mort d'au moins dix-neuf personnes et détruisant de nombreuses infrastructures civiles, en réplique à l'attaque du pont de Crimée perpétrée le 8 octobre. Soixante-quinze missiles sont tombés sur l'ensemble du pays, touchant entre autres Kiev (pour la première fois depuis juin), Lviv, Ternopil et Dnipro. Les bombardements surviennent alors que Moscou enchaîne les revers depuis le début du mois de septembre en Ukraine, perdant du terrain dans le sud comme dans le nord-est. 
Dimitar Dilkoff / AFP

Une femme regarde par la fenêtre brisée d'un appartement après une frappe de missile, dans la ville de Dnipro, en Ukraine, lundi 10 octobre. Des bombardements russes meurtriers, d'une ampleur inégalée depuis des mois, ont frappé le pays lundi, provoquant la mort d'au moins dix-neuf personnes et détruisant de nombreuses infrastructures civiles, en réplique à l'attaque du pont de Crimée perpétrée le 8 octobre. Soixante-quinze missiles sont tombés sur l'ensemble du pays, touchant entre autres Kiev (pour la première fois depuis juin), Lviv, Ternopil et Dnipro. Les bombardements surviennent alors que Moscou enchaîne les revers depuis le début du mois de septembre en Ukraine, perdant du terrain dans le sud comme dans le nord-est. 

Des migrants portent un bateau de contrebande sur leurs épaules, alors qu'ils se préparent à embarquer sur la plage de Gravelines (Nord), près de Dunkerque, mercredi 12 octobre, pour tenter de traverser la Manche. Le nombre d'entrées irrégulières dans l'Union européenne a augmenté de 70% entre janvier et septembre 2022, par rapport à la même période en 2021, a annoncé l'agence européenne des frontières Frontex, jeudi. Au total, 228.240 entrées illégales ont été enregistrées au cours des neuf premiers mois de cette année, dont 33.380 rien qu'en septembre. Il s'agit du niveau le plus élevé depuis 2016. La route des Balkans continue d'être la plus empruntée, avec 106.396 entrées illégales en neuf mois, en hausse de 170% sur un an, a précisé l'agence dans un communiqué.
Sameer Al-Doumy / AFP

Des migrants portent un bateau de contrebande sur leurs épaules, alors qu'ils se préparent à embarquer sur la plage de Gravelines (Nord), près de Dunkerque, mercredi 12 octobre, pour tenter de traverser la Manche. Le nombre d'entrées irrégulières dans l'Union européenne a augmenté de 70% entre janvier et septembre 2022, par rapport à la même période en 2021, a annoncé l'agence européenne des frontières Frontex, jeudi. Au total, 228.240 entrées illégales ont été enregistrées au cours des neuf premiers mois de cette année, dont 33.380 rien qu'en septembre. Il s'agit du niveau le plus élevé depuis 2016. La route des Balkans continue d'être la plus empruntée, avec 106.396 entrées illégales en neuf mois, en hausse de 170% sur un an, a précisé l'agence dans un communiqué.

Le gardien Kiapi Lakupanai joue avec deux éléphanteaux au refuge de Reteti, dans le district de Samburu, au Kenya, mercredi 12 octobre. En raison de la grave sécheresse qui sévit actuellement dans le pays, le sanctuaire a été submergé par les opérations de sauvetage, et par l'afflux d'éléphanteaux orphelins et abandonnés: les rivières et les puits se sont asséchés, poussant leurs mères, épuisées, à les abandonner ou à les perdre. Les pâturages se sont transformés en poussière, causant la mort de plus de 1,5 million de têtes de bétail. Le Kenya subit une sécheresse d'une intensité inédite depuis quarante ans et la faim y touche au moins 4 millions de personnes, sur une population de plus de 50 millions d'habitants. Non seulement des millions de personnes sont au bord de la famine, mais la riche biodiversité de la région est également menacée.
Luis Tato / AFP

Le gardien Kiapi Lakupanai joue avec deux éléphanteaux au refuge de Reteti, dans le district de Samburu, au Kenya, mercredi 12 octobre. En raison de la grave sécheresse qui sévit actuellement dans le pays, le sanctuaire a été submergé par les opérations de sauvetage, et par l'afflux d'éléphanteaux orphelins et abandonnés: les rivières et les puits se sont asséchés, poussant leurs mères, épuisées, à les abandonner ou à les perdre. Les pâturages se sont transformés en poussière, causant la mort de plus de 1,5 million de têtes de bétail. Le Kenya subit une sécheresse d'une intensité inédite depuis quarante ans et la faim y touche au moins 4 millions de personnes, sur une population de plus de 50 millions d'habitants. Non seulement des millions de personnes sont au bord de la famine, mais la riche biodiversité de la région est également menacée.

Des touristes visitent les chutes d'Iguazú, parmi les plus grandes du monde, du côté brésilien de la frontière avec l'Argentine, près de Foz do Iguaçu, mercredi 12 octobre. Ces chutes d'eau enregistrent actuellement un débit dix fois supérieur à la normale, à la suite de fortes pluies dans l'État brésilien du Paraná. Il a atteint mercredi soir les 14,5 millions de litres d'eau par seconde, contre 1,5 million de litres par seconde habituellement.
Nelson Almeida / AFP

Des touristes visitent les chutes d'Iguazú, parmi les plus grandes du monde, du côté brésilien de la frontière avec l'Argentine, près de Foz do Iguaçu, mercredi 12 octobre. Ces chutes d'eau enregistrent actuellement un débit dix fois supérieur à la normale, à la suite de fortes pluies dans l'État brésilien du Paraná. Il a atteint mercredi soir les 14,5 millions de litres d'eau par seconde, contre 1,5 million de litres par seconde habituellement.

Une enfant est assis sur une pile de sacs, dans un camp de déplacés, le long des rives de l'Euphrate dans la province de Raqqa, au nord de la Syrie, jeudi 13 octobre. En guerre depuis onze ans, la Syrie compte près de 6,7 millions de déplacés internes en 2022 –le chiffre le plus élevé du monde–, qui s'apprêtent le plus souvent à affronter l'hiver dans des camps de fortune. Le pays fait aussi face, pour la première fois depuis 2009, à une terrible épidémie de choléra, une infection diarrhéique aiguë, révélatrice d'une véritable crise de l'eau: environ deux tiers des usines de traitement d'eau, la moitié des stations de pompage et un tiers des châteaux d'eau ont été endommagés par le conflit. Des recensements très partiels font état de plus de 10.000 cas suspects et une quarantaine de morts depuis fin août.
Delil Souleiman / AFP

Une enfant est assis sur une pile de sacs, dans un camp de déplacés, le long des rives de l'Euphrate dans la province de Raqqa, au nord de la Syrie, jeudi 13 octobre. En guerre depuis onze ans, la Syrie compte près de 6,7 millions de déplacés internes en 2022 –le chiffre le plus élevé du monde–, qui s'apprêtent le plus souvent à affronter l'hiver dans des camps de fortune. Le pays fait aussi face, pour la première fois depuis 2009, à une terrible épidémie de choléra, une infection diarrhéique aiguë, révélatrice d'une véritable crise de l'eau: environ deux tiers des usines de traitement d'eau, la moitié des stations de pompage et un tiers des châteaux d'eau ont été endommagés par le conflit. Des recensements très partiels font état de plus de 10.000 cas suspects et une quarantaine de morts depuis fin août.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 novembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio