Une semaine dans le monde en 7 photos, du 29 octobre au 4 novembre 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 29 octobre au 4 novembre 2022

Bousculade mortelle dans une rue de Séoul, élection présidentielle au Brésil, victoire de Benyamin Netanyahou aux législatives en Israël… La semaine du 29 octobre au 4 novembre en images.

L'ancien président brésilien (2003-2011) et candidat du Parti des travailleurs (PT) de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva, agite un drapeau national à côté de son épouse Rosângela et du candidat gouverneur de l'État de São Paulo Fernando Haddad, lors d'un rassemblement électoral à São Paulo, samedi 29 octobre 2022. Après une campagne amèrement conflictuelle, Lula l'a emporté contre le président d'extrême droite Jair Bolsonaro. Cette semaine, les partisans de ce dernier ont bloqué les principales autoroutes pour marquer leur refus d'accepter la défaite de leur leader. Jair Bolsonaro a finalement rompu le silence lors d'une courte déclaration faite au palais présidentiel, à Brasilia. Il n'a pas félicité son adversaire ni évoqué clairement la victoire de ce dernier, mais il s'est engagé à «respecter la Constitution», reconnaissant ainsi à demi-mot sa défaite.
Carl De Souza / AFP

L'ancien président brésilien (2003-2011) et candidat du Parti des travailleurs (PT) de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva, agite un drapeau national à côté de son épouse Rosângela et du candidat gouverneur de l'État de São Paulo Fernando Haddad, lors d'un rassemblement électoral à São Paulo, samedi 29 octobre 2022. Après une campagne amèrement conflictuelle, Lula l'a emporté contre le président d'extrême droite Jair Bolsonaro. Cette semaine, les partisans de ce dernier ont bloqué les principales autoroutes pour marquer leur refus d'accepter la défaite de leur leader. Jair Bolsonaro a finalement rompu le silence lors d'une courte déclaration faite au palais présidentiel, à Brasilia. Il n'a pas félicité son adversaire ni évoqué clairement la victoire de ce dernier, mais il s'est engagé à «respecter la Constitution», reconnaissant ainsi à demi-mot sa défaite.

Le personnel médical prend en charge une personne sur une civière dans le quartier d'Itaewon, à Séoul, samedi 29 octobre 2022. Une bousculade lors de la soirée d'Halloween a causé la mort de 156 personnes. Cette nuit-là, des dizaines de milliers de gens se sont engouffrés dans une ruelle étroite, se bousculant et s'écrasant. Environ 100.000 personnes étaient attendues pour cette soirée, la première du genre depuis le début de la pandémie de Covid-19, mais, en raison du caractère non officiel de l'événement, ni la police ni les autorités locales n'ont géré la foule de manière active. 
Jung Yeon-Je / AFP

Le personnel médical prend en charge une personne sur une civière dans le quartier d'Itaewon, à Séoul, samedi 29 octobre 2022. Une bousculade lors de la soirée d'Halloween a causé la mort de 156 personnes. Cette nuit-là, des dizaines de milliers de gens se sont engouffrés dans une ruelle étroite, se bousculant et s'écrasant. Environ 100.000 personnes étaient attendues pour cette soirée, la première du genre depuis le début de la pandémie de Covid-19, mais, en raison du caractère non officiel de l'événement, ni la police ni les autorités locales n'ont géré la foule de manière active

Mamiko Moda et sa compagne Satoko Nagamura posent avec leur fils en tenant un certificat d'union homosexuelle, après une conférence de presse au bâtiment du gouvernement métropolitain de Tokyo, mardi 1er novembre 2022. La mairie de Tokyo a remis ce jour-là ses premiers certificats d'union à des personnes de même sexe qui vivent ou travaillent dans la capitale japonaise. Cette mesure est attendue depuis longtemps dans l'archipel, le seul pays du G7 à ne pas reconnaître les unions LGBT+. Les certificats de la ville de Tokyo permettent aux partenaires d'être traités comme des couples mariés pour certains services publics liés au logement, à la santé ou à la protection sociale.
Yuichi Yamakazi / AFP

Mamiko Moda et sa compagne Satoko Nagamura posent avec leur fils en tenant un certificat d'union homosexuelle, après une conférence de presse au bâtiment du gouvernement métropolitain de Tokyo, mardi 1er novembre 2022. La mairie de Tokyo a remis ce jour-là ses premiers certificats d'union à des personnes de même sexe qui vivent ou travaillent dans la capitale japonaise. Cette mesure est attendue depuis longtemps dans l'archipel, le seul pays du G7 à ne pas reconnaître les unions LGBT+. Les certificats de la ville de Tokyo permettent aux partenaires d'être traités comme des couples mariés pour certains services publics liés au logement, à la santé ou à la protection sociale.

Des aurores boréales tapissent le ciel de Tromsø, dans le nord de la Norvège, mercredi 2 novembre 2022. Cette ville de 80.000 habitants est connue pour être un endroit privilégié où observer ce phénomène naturel. Au début de l'hiver, le jour ne se lève jamais sur Tromsø, c'est donc une période propice pour les admirer.
Rune Stoltz Bertinussen / NTB / AFP

Des aurores boréales tapissent le ciel de Tromsø, dans le nord de la Norvège, mercredi 2 novembre 2022. Cette ville de 80.000 habitants est connue pour être un endroit privilégié où observer ce phénomène naturel. Au début de l'hiver, le jour ne se lève jamais sur Tromsø, c'est donc une période propice pour les admirer.

L'ancien Premier ministre israélien et chef du parti Likoud Benyamin Netanyahou s'adresse à ses partisans aux côtés de sa femme Sara, au siège de la campagne, à Jérusalem, mercredi 2 novembre 2022, après la fin du vote pour les élections législatives. Avec ses alliés d'extrême droite, le chef du Likoud a remporté 64 des 120 sièges de la Knesset. En face, le bloc du Premier ministre sortant, le centriste Yaïr Lapid, a remporté 51 sièges. Ces élections législatives, les cinquièmes en trois ans et demi, se sont tenues dans un pays divisé politiquement, qui peine à faire naître des coalitions ou à les maintenir. En 2021, le Premier ministre sortant avait rallié une coalition hétéroclite (droite, gauche, centre et un parti arabe) pour mettre un terme au règne de Benyamin Netanyahou, le plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire d'Israël, au pouvoir de 1996 à 1999 et de 2009 à 2021.
Ronaldo Schemidt / AFP

L'ancien Premier ministre israélien et chef du parti Likoud Benyamin Netanyahou s'adresse à ses partisans aux côtés de sa femme Sara, au siège de la campagne, à Jérusalem, mercredi 2 novembre 2022, après la fin du vote pour les élections législatives. Avec ses alliés d'extrême droite, le chef du Likoud a remporté 64 des 120 sièges de la Knesset. En face, le bloc du Premier ministre sortant, le centriste Yaïr Lapid, a remporté 51 sièges. Ces élections législatives, les cinquièmes en trois ans et demi, se sont tenues dans un pays divisé politiquement, qui peine à faire naître des coalitions ou à les maintenir. En 2021, le Premier ministre sortant avait rallié une coalition hétéroclite (droite, gauche, centre et un parti arabe) pour mettre un terme au règne de Benyamin Netanyahou, le plus pérenne des chefs de gouvernement de l'histoire d'Israël, au pouvoir de 1996 à 1999 et de 2009 à 2021.

Le président américain Joe Biden prend la parole lors d'un rassemblement organisé par le Parti démocrate du Nouveau-Mexique, au centre communautaire Ted M. Gallegos, à Albuquerque, jeudi 3 novembre 2022. Mardi 8 novembre, les Américains seront appelés à renouveler l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat. Ces élections de mi-mandat se tiennent deux ans après l'arrivée au pouvoir du président en exercice et font souvent figure de référendum concernant le locataire de la Maison-Blanche.
Saul Loeb / AFP

Le président américain Joe Biden prend la parole lors d'un rassemblement organisé par le Parti démocrate du Nouveau-Mexique, au centre communautaire Ted M. Gallegos, à Albuquerque, jeudi 3 novembre 2022. Mardi 8 novembre, les Américains seront appelés à renouveler l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat. Ces élections de mi-mandat se tiennent deux ans après l'arrivée au pouvoir du président en exercice et font souvent figure de référendum concernant le locataire de la Maison-Blanche.

Des partisans de l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan participent à une manifestation et bloquent une route principale de Peshawar, jeudi 4 novembre 2022, au lendemain d'une tentative d'assassinat de l'homme d'État. L'ex-Premier ministre, 70 ans, a été la cible de tirs alors qu'il était en campagne à travers le pays pour demander la tenue d'élections anticipées après son éviction en avril dernier. Il est hors de danger, mais cette attaque risque d'aggraver un peu plus la crise politique et l'instabilité que traverse le Pakistan depuis six mois.
Abdul Majeed / AFP

Des partisans de l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan participent à une manifestation et bloquent une route principale de Peshawar, jeudi 4 novembre 2022, au lendemain d'une tentative d'assassinat de l'homme d'État. L'ex-Premier ministre, 70 ans, a été la cible de tirs alors qu'il était en campagne à travers le pays pour demander la tenue d'élections anticipées après son éviction en avril dernier. Il est hors de danger, mais cette attaque risque d'aggraver un peu plus la crise politique et l'instabilité que traverse le Pakistan depuis six mois.

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar
Grand Format

En images, les gestes de protestation lors de la Coupe du monde au Qatar

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 novembre au 2 décembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 26 novembre au 2 décembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio