Une semaine dans le monde en 7 photos, du 2 au 8 avril 2022
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 2 au 8 avril 2022

Massacre de Boutcha en Ukraine, manifestations contre le gouvernement au Pérou, et début du Ramadan pour les musulmans... La semaine du 2 au 8 avril en images.

Des corps gisent dans une rue de Boutcha, le 2 avril. Dans cette ville du nord de Kiev, en Ukraine, récemment libérée de l'occupation russe, des corps de civils exécutés froidement ont été retrouvés, certains les mains liés dans le dos, face contre terre, avec une balle dans la nuque. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est rendu lundi 4 avril à Boutcha, accuse Moscou de «crimes de guerre» et de «génocide».
Ronaldo Schemidt / AFP

Des corps gisent dans une rue de Boutcha, le 2 avril. Dans cette ville du nord de Kiev, en Ukraine, récemment libérée de l'occupation russe, des corps de civils exécutés froidement ont été retrouvés, certains les mains liés dans le dos, face contre terre, avec une balle dans la nuque. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est rendu lundi 4 avril à Boutcha, accuse Moscou de «crimes de guerre» et de «génocide».

Le peloton concourt lors du Tour des Flandres 2022, 272,5 km d'Anvers à Audenarde, le 3 avril. Le cycliste néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) a gagné cette course pour la deuxième fois, après 2020. Il devance son compatriote Dylan Van Baarle (Ineos Grenadiers) et le Français Valentin Madouas (Groupama-FDJ).
Vincent Kalut / Belga / AFP

Le peloton concourt lors du Tour des Flandres 2022, 272,5 km d'Anvers à Audenarde, le 3 avril. Le cycliste néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) a gagné cette course pour la deuxième fois, après 2020. Il devance son compatriote Dylan Van Baarle (Ineos Grenadiers) et le Français Valentin Madouas (Groupama-FDJ).

Des travailleurs et des volontaires regardent à l'intérieur d'un complexe où des résidents sont testés pour le coronavirus Covid-19, à Shanghai le 4 avril. Confrontée à un nouvelle vague épidémique, les autorités imposent depuis fin mars un confinement strict aux 26 millions d’habitants de la plus grande ville de Chine mais la politique zéro Covid est de moins en moins acceptée par la population. Dans le monde, la pandémie de Covid-19 a touché 496,3 millions de personnes et a fait au moins 6,2 millions de morts, selon les données compilées par l'université américaine Johns-Hopkins.
Hector Retamal / AFP

Des travailleurs et des volontaires regardent à l'intérieur d'un complexe où des résidents sont testés pour le coronavirus Covid-19, à Shanghai le 4 avril. Confrontée à un nouvelle vague épidémique, les autorités imposent depuis fin mars un confinement strict aux 26 millions d’habitants de la plus grande ville de Chine mais la politique zéro Covid est de moins en moins acceptée par la population. Dans le monde, la pandémie de Covid-19 a touché 496,3 millions de personnes et a fait au moins 6,2 millions de morts, selon les données compilées par l'université américaine Johns-Hopkins.

Les gens se heurtent à la police anti-émeute lors d'une manifestation contre le gouvernement du président péruvien Pedro Castillo, à Lima le 5 avril. Élu de justesse en juin 2021, le président de gauche Pedro Castillo est de plus en plus critiqué. Depuis douze jours, son gouvernement affronte la colère des chauffeurs routiers des agriculteurs, ainsi que d'une partie de la population en raison de l'inflation et de la hausse des prix des carburants, aggravée ces dernières semaines par la guerre en Ukraine.
Ernesto Benavides / AFP

Les gens se heurtent à la police anti-émeute lors d'une manifestation contre le gouvernement du président péruvien Pedro Castillo, à Lima le 5 avril. Élu de justesse en juin 2021, le président de gauche Pedro Castillo est de plus en plus critiqué. Depuis douze jours, son gouvernement affronte la colère des chauffeurs routiers des agriculteurs, ainsi que d'une partie de la population en raison de l'inflation et de la hausse des prix des carburants, aggravée ces dernières semaines par la guerre en Ukraine.

Des indigènes manifestant lors du campement Terra Livre, qui a lieu tous les ans, à Brasilia, le 6 avril. Cette manifestation de dix jours est organisée par les peuples des différentes tribus du Brésil pour appeler à une plus grande protection de leurs terres et de leurs droits. Cette année, ils expriment leur opposition au projet du président Jair Bolsonaro d'ouvrir leurs territoires aux activités minières, aux dépens de la culture indigène et de l'écosystème de la forêt amazonienne, premier poumon de notre planète. Ces indigènes représentent 0,2% des 212 millions de Brésiliens et leurs réserves occupent environ 13% du territoire du pays.
Carl De Souza / AFP

Des indigènes manifestant lors du campement Terra Livre, qui a lieu tous les ans, à Brasilia, le 6 avril. Cette manifestation de dix jours est organisée par les peuples des différentes tribus du Brésil pour appeler à une plus grande protection de leurs terres et de leurs droits. Cette année, ils expriment leur opposition au projet du président Jair Bolsonaro d'ouvrir leurs territoires aux activités minières, aux dépens de la culture indigène et de l'écosystème de la forêt amazonienne, premier poumon de notre planète. Ces indigènes représentent 0,2% des 212 millions de Brésiliens et leurs réserves occupent environ 13% du territoire du pays.

Des Syriens déplacés partagent un iftar collectif, le repas de la rupture du jeûne, pendant le Ramadan, près de la ville d'al-Bab dans le nord de la province syrienne d'Alep, le 7 avril. De la Syrie à la Tunisie, la flambée des prix rend les préparatifs du Ramadan moroses. La guerre en Ukraine provoque un perturbation des flux d’exportations qui exacerbe les problèmes d'inflation, de pénurie et de rationnement au Moyen-Orient comme en Afrique du Nord. 
Bakr Alkasem / AFP

Des Syriens déplacés partagent un iftar collectif, le repas de la rupture du jeûne, pendant le Ramadan, près de la ville d'al-Bab dans le nord de la province syrienne d'Alep, le 7 avril. De la Syrie à la Tunisie, la flambée des prix rend les préparatifs du Ramadan moroses. La guerre en Ukraine provoque un perturbation des flux d’exportations qui exacerbe les problèmes d'inflation, de pénurie et de rationnement au Moyen-Orient comme en Afrique du Nord

Le président français, candidat à sa réélection, Emmanuel Macron, est interviewé en direct sur RTL à Neuilly-sur-Seine, le 8 avril. Les Français voteront pour le premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 10 avril. L'étrange campagne, passée au second plan, d’abord derrière l’épidémie de Covid-19, puis derrière la guerre en Ukraine, prend fin cette semaine.
Ludovic Marin / AFP

Le président français, candidat à sa réélection, Emmanuel Macron, est interviewé en direct sur RTL à Neuilly-sur-Seine, le 8 avril. Les Français voteront pour le premier tour de l'élection présidentielle, dimanche 10 avril. L'étrange campagne, passée au second plan, d’abord derrière l’épidémie de Covid-19, puis derrière la guerre en Ukraine, prend fin cette semaine.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues
Grand Format

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio