Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 mars 2022
Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 12 au 18 mars 2022

Guerre en Ukraine, séisme au Japon et manifestations contre le coût de la vie au Sri Lanka... La semaine du 12 au 18 mars en images.

Un berger peul conduit ses moutons près d'un puits d'eau de fortune, creusé dans le lit d'une rivière asséchée à la périphérie du village de Madina Torobe, dans la région de Matam, le 12 mars. Certains bergers marchent pendant des heures pour trouver de l'eau pour leurs animaux. L'accès à l'eau potable dans les régions du nord-ouest du Sénégal est un problème constant. Pendant les mois de novembre à août, aucune pluie ne tombe, les rivières et les lacs naturels s'assèchent. Toutes les zones ne disposent pas de puits d'eau potable et de l'eau sale sort des rares robinets.
John Wessels / AFP

Un berger peul conduit ses moutons près d'un puits d'eau de fortune, creusé dans le lit d'une rivière asséchée à la périphérie du village de Madina Torobe, dans la région de Matam, le 12 mars. Certains bergers marchent pendant des heures pour trouver de l'eau pour leurs animaux. L'accès à l'eau potable dans les régions du nord-ouest du Sénégal est un problème constant. Pendant les mois de novembre à août, aucune pluie ne tombe, les rivières et les lacs naturels s'assèchent. Toutes les zones ne disposent pas de puits d'eau potable et de l'eau sale sort des rares robinets.

Des résidents font la queue pour effectuer des tests de détection des acides nucléiques à Shenzhen, dans la province méridionale du Guangdong en Chine, le 14 mars. La cité méridionale, qui rassemble des milliers d'usines de grands noms de la technologie, avait été placée dimanche en confinement total à la suite du dépistage de cas de Covid. Les restrictions ont depuis été levées. 
STR / AFP

Des résidents font la queue pour effectuer des tests de détection des acides nucléiques à Shenzhen, dans la province méridionale du Guangdong en Chine, le 14 mars. La cité méridionale, qui rassemble des milliers d'usines de grands noms de la technologie, avait été placée dimanche en confinement total à la suite du dépistage de cas de Covid. Les restrictions ont depuis été levées. 

Du sable du Sahara a recouvert la neige, dans la station de ski de Piau-Engaly, dans le sud de la France, le 15 mars. Des voitures oranges, des couloirs de métro poussiéreux, un horizon bouché et jaunâtre: une fine couche de sable du Sahara est tombée dans la nuit du 14 mars sur Madrid et une bonne partie de l'Espagne, avant de remonter vers la France. Le désert du Sahara est durablement marqué par les retombées des essais nucléaires effectués dans les années 1960. Le sable, porté ces derniers jours par les vents jusqu'en France, contient du césium 137, un élément radioactif.
Bastien Arberet / AFP

Du sable du Sahara a recouvert la neige, dans la station de ski de Piau-Engaly, dans le sud de la France, le 15 mars. Des voitures oranges, des couloirs de métro poussiéreux, un horizon bouché et jaunâtre: une fine couche de sable du Sahara est tombée dans la nuit du 14 mars sur Madrid et une bonne partie de l'Espagne, avant de remonter vers la France. Le désert du Sahara est durablement marqué par les retombées des essais nucléaires effectués dans les années 1960. Le sable, porté ces derniers jours par les vents jusqu'en France, contient du césium 137, un élément radioactif.

Des migrants attendent un bus à Calais, dans le nord de la France, le 16 mars, pour regagner leurs camps de fortune après une tentative de traversée ratée. Tandis que les Ukrainiens sont mis à l’abri, des centaines de Kurdes, Afghans ou Érythréens restent à la rue à Calais, à Paris et ailleurs. En Méditerranée, les naufrages continuent. Début mars, une cinquantaine de migrants ont disparu dans le naufrage de leur embarcation au large de la Libye. 
Sameer Al-Doumy / AFP

Des migrants attendent un bus à Calais, dans le nord de la France, le 16 mars, pour regagner leurs camps de fortune après une tentative de traversée ratée. Tandis que les Ukrainiens sont mis à l’abri, des centaines de Kurdes, Afghans ou Érythréens restent à la rue à Calais, à Paris et ailleurs. En Méditerranée, les naufrages continuent. Début mars, une cinquantaine de migrants ont disparu dans le naufrage de leur embarcation au large de la Libye. 

Le sol d'un supermarché est jonché de marchandises tombées par terre à Shiroishi, dans la préfecture de Miyagi, le 17 mars, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,4 a secoué l'est du Japon la nuit précédente. L’électricité a été rétablie pour les deux millions de foyers temporairement privés de courant par ce séisme qui a fait au moins un mort et 160 blessés. Aucune anomalie n'a été détectée à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et l'alerte tsunami a été levée. 
Charly Triballeau / AFP

Le sol d'un supermarché est jonché de marchandises tombées par terre à Shiroishi, dans la préfecture de Miyagi, le 17 mars, après qu'un tremblement de terre de magnitude 7,4 a secoué l'est du Japon la nuit précédente. L’électricité a été rétablie pour les deux millions de foyers temporairement privés de courant par ce séisme qui a fait au moins un mort et 160 blessés. Aucune anomalie n'a été détectée à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et l'alerte tsunami a été levée. 

Un combattant se trouve dans un appartement endommagé d'un immeuble résidentiel qui a été touché par les débris d'une roquette abattue à Kiev le 17 mars. Les bombardements continuent sur plusieurs fronts en Ukraine. La capitale a repris lentement vie jeudi après la levée d'un couvre-feu imposé depuis mardi soir. Elle s'est vidée d’au moins la moitié de ses 3,5 millions habitants. Plus de trois millions d’Ukrainiens ont pris la route de l'exil, en grande majorité vers la Pologne. 
Fadel Senna / AFP

Un combattant se trouve dans un appartement endommagé d'un immeuble résidentiel qui a été touché par les débris d'une roquette abattue à Kiev le 17 mars. Les bombardements continuent sur plusieurs fronts en Ukraine. La capitale a repris lentement vie jeudi après la levée d'un couvre-feu imposé depuis mardi soir. Elle s'est vidée d’au moins la moitié de ses 3,5 millions habitants. Plus de trois millions d’Ukrainiens ont pris la route de l'exil, en grande majorité vers la Pologne. 

Des policiers tentent d'arrêter des manifestants qui protestent contre la hausse du coût de la vie, devant le bureau du président Gotabaya Rajapaksa, à Colombo, le 18 mars. Confronté à une crise sans précédent, le Sri Lanka accepte de se tourner vers le Fonds monétaire international pour trouver une solution à la crise économique et financière. Essence, médicaments, nourriture... les habitants manquent de tout. À court de devises, l'île ne peut plus financer ses importations.
Ishara S. Kodikara / AFP

Des policiers tentent d'arrêter des manifestants qui protestent contre la hausse du coût de la vie, devant le bureau du président Gotabaya Rajapaksa, à Colombo, le 18 mars. Confronté à une crise sans précédent, le Sri Lanka accepte de se tourner vers le Fonds monétaire international pour trouver une solution à la crise économique et financière. Essence, médicaments, nourriture... les habitants manquent de tout. À court de devises, l'île ne peut plus financer ses importations.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues
Grand Format

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio