Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 juin 2022
Santé / Monde

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 11 au 17 juin 2022

Canicule dans le sud de l'Europe, violences au Mozambique et famine au Yémen... La semaine du 11 au 17 juin en images.

Une femme est assise à côté d'enfants souffrant de malnutrition, allongés sur un lit dans un centre médical spécialisé, dans le village de Hays, dans la province occidentale de Hodeïda, ravagée par la guerre au Yémen, le 11 juin. Le conflit oppose depuis huit ans les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, à un gouvernement internationalement reconnu et soutenu par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite voisine. Plus des deux tiers des 29 millions de Yéménites dépendent de l'aide humanitaire et la guerre a fait des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés.
Khaled Ziad / AFP

Une femme est assise à côté d'enfants souffrant de malnutrition, allongés sur un lit dans un centre médical spécialisé, dans le village de Hays, dans la province occidentale de Hodeïda, ravagée par la guerre au Yémen, le 11 juin. Le conflit oppose depuis huit ans les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran, à un gouvernement internationalement reconnu et soutenu par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite voisine. Plus des deux tiers des 29 millions de Yéménites dépendent de l'aide humanitaire et la guerre a fait des centaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

Un agent de santé réalise un prélèvement naso-pharyngé sur un homme pour le tester pour le Covid-19, à Pékin le 13 juin. L'ombre des variants BA.4 et BA.5 plane sur l'été. Ces deux nouveaux sous-lignages d'Omicron ont été identifiés pour la première fois en Afrique du Sud et sont devenus en mai les variants prédominants dans ce pays. La France, depuis quelques semaines, connaît un rebond épidémique avec de nouvelles contaminations.
Noel Celis / AFP

Un agent de santé réalise un prélèvement naso-pharyngé sur un homme pour le tester pour le Covid-19, à Pékin le 13 juin. L'ombre des variants BA.4 et BA.5 plane sur l'été. Ces deux nouveaux sous-lignages d'Omicron ont été identifiés pour la première fois en Afrique du Sud et sont devenus en mai les variants prédominants dans ce pays. La France, depuis quelques semaines, connaît un rebond épidémique avec de nouvelles contaminations.

Des familles déplacées d'Impire, un village du district de Metuge (province de Cabo Delgado), au Mozambique, fuient, le 14 juin, des insurgés armés qui ont attaqué leur communauté deux jours plus tôt. Au moins sept personnes ont été tuées, dont quatre décapitées, et 10.000 autres ont été jetées sur les routes après de récentes attaques djihadistes dans le nord-est du pays. Ces violences touchent désormais des zones relativement épargnées jusque-là, provoquant un nouveau déplacement massif de la population. Le Mozambique est en proie, depuis 2017, à des violences qui ont déjà fait près de 4.000 morts et forcé environ 800.000 personnes à fuir.
Alfredo Zuniga / AFP

Des familles déplacées d'Impire, un village du district de Metuge (province de Cabo Delgado), au Mozambique, fuient, le 14 juin, des insurgés armés qui ont attaqué leur communauté deux jours plus tôt. Au moins sept personnes ont été tuées, dont quatre décapitées, et 10.000 autres ont été jetées sur les routes après de récentes attaques djihadistes dans le nord-est du pays. Ces violences touchent désormais des zones relativement épargnées jusque-là, provoquant un nouveau déplacement massif de la population. Le Mozambique est en proie, depuis 2017, à des violences qui ont déjà fait près de 4.000 morts et forcé environ 800.000 personnes à fuir.

Des membres de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) aident des migrants à débarquer de l'un de leurs canots de sauvetage après avoir été récupérés en mer alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, sur la plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 15 juin. Le gouvernement de Boris Johnson avait le projet d'expulser des demandeurs d'asile vers le Rwanda, mais cela a été bloqué par la Cour européenne des droits de l'homme. L'exécutif britannique présente cet accord avec le pays d'Afrique de l'Est comme un moyen de décourager les traversées illégales de la Manche, qui ne cessent d'augmenter malgré les promesses répétées de Boris Johnson de contrôler l'immigration. Depuis le début de l'année, plus de 10.000 migrants ont illégalement traversé la Manche pour atteindre les côtes britanniques sur de petites embarcations. Un chiffre en hausse par rapport aux années précédentes.
Ben Stansall / AFP

Des membres de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) aident des migrants à débarquer de l'un de leurs canots de sauvetage après avoir été récupérés en mer alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, sur la plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 15 juin. Le gouvernement de Boris Johnson avait le projet d'expulser des demandeurs d'asile vers le Rwanda, mais cela a été bloqué par la Cour européenne des droits de l'homme. L'exécutif britannique présente cet accord avec le pays d'Afrique de l'Est comme un moyen de décourager les traversées illégales de la Manche, qui ne cessent d'augmenter malgré les promesses répétées de Boris Johnson de contrôler l'immigration. Depuis le début de l'année, plus de 10.000 migrants ont illégalement traversé la Manche pour atteindre les côtes britanniques sur de petites embarcations. Un chiffre en hausse par rapport aux années précédentes.

Des ordures et des déchets huileux flottent dans un port de Banda Aceh, en Indonésie, le 16 juin. L'exploitation du nickel, surnommé le «métal du diable», dont le pays est de loin le premier producteur mondial, suscite l'intérêt des États et des industriels. Mais cette exploitation minière menace les écosystèmes marins. L'Indonésie dispose pourtant l'un des plus riches écosystèmes marins en matière de coraux, de mangroves et de biodiversité.
Chaideer Mahyuddin / AFP

Des ordures et des déchets huileux flottent dans un port de Banda Aceh, en Indonésie, le 16 juin. L'exploitation du nickel, surnommé le «métal du diable», dont le pays est de loin le premier producteur mondial, suscite l'intérêt des États et des industriels. Mais cette exploitation minière menace les écosystèmes marins. L'Indonésie dispose pourtant l'un des plus riches écosystèmes marins en matière de coraux, de mangroves et de biodiversité.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, le président français Emmanuel Macron, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre italien Mario Draghi et le président roumain Klaus Iohannis posent pour une photo devant le palais Mariinsky, à Kiev, le 16 juin. C'est la première fois que les dirigeants de ces trois pays de l'Union européenne se rendent à Kiev depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février. Ils ont tenté de gommer les tensions avec le président ukrainien et lui ont assuré qu'ils soutenaient sa demande d'obtention du statut de candidat à l'Union européenne. Tous ont aussi appelé l'Organisation des Nations unies à piloter les tractations en cours pour tenter d'éviter une crise alimentaire mondiale.
Sergei Supinsky / AFP

Le chancelier allemand Olaf Scholz, le président français Emmanuel Macron, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre italien Mario Draghi et le président roumain Klaus Iohannis posent pour une photo devant le palais Mariinsky, à Kiev, le 16 juin. C'est la première fois que les dirigeants de ces trois pays de l'Union européenne se rendent à Kiev depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février. Ils ont tenté de gommer les tensions avec le président ukrainien et lui ont assuré qu'ils soutenaient sa demande d'obtention du statut de candidat à l'Union européenne. Tous ont aussi appelé l'Organisation des Nations unies à piloter les tractations en cours pour tenter d'éviter une crise alimentaire mondiale.

Une arête de poisson gît sur une rive asséchée de la Loire, à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), le 16 juin. Après un mois de mai aux températures record, la France connaît une canicule d'une précocité inédite, avec des pics de chaleur prévus au-delà de 40°C ce week-end –ce que subit déjà l'Espagne depuis plusieurs jours. Vingt-cinq départements français ont été placés en vigilance orange canicule jeudi 16 juin et douze en vigilance rouge, soit un tiers du pays. Les scientifiques estiment que la multiplication, l'intensification et l'allongement des canicules sont à imputer au réchauffement climatique.
Loic Venance / AFP

Une arête de poisson gît sur une rive asséchée de la Loire, à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), le 16 juin. Après un mois de mai aux températures record, la France connaît une canicule d'une précocité inédite, avec des pics de chaleur prévus au-delà de 40°C ce week-end –ce que subit déjà l'Espagne depuis plusieurs jours. Vingt-cinq départements français ont été placés en vigilance orange canicule jeudi 16 juin et douze en vigilance rouge, soit un tiers du pays. Les scientifiques estiment que la multiplication, l'intensification et l'allongement des canicules sont à imputer au réchauffement climatique.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues
Grand Format

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio