New York: la vie avant le crack
Société / Monde

New York: la vie avant le crack

Dans les années 1980, Jamel Shabazz parcourait les rues de son New York natal pour photographier les jeunes noirs qu'il rencontrait. Vingt ans plus tard, le photographe s'est rendu compte que ces images optimistes et insouciantes racontaient en réalité une époque révolue, celle qui précédait les ravages de l'épidémie de crack et de la guerre contre la drogue. En 2005, il publie un premier livre sur le sujet, A Time Before Crack, récemment remanié et réédité chez powerHouse.

«Le but de ce projet était principalement de fournir à la génération actuelle un aperçu de la vie à New York avant que l'épidémie de crack ne frappe la ville. Beaucoup de jeunes nés dans les années 1990 et 2000 n'avaient vraiment aucune idée de ce qu'était la vie alors. J’ai donc voulu apporter une lumière sur un sujet brûlant. Les femmes sur cette photo sont toutes des lycéennes locales avec qui je me suis lié d'amitié et que j'ai encadrées. À l'époque, les femmes se vantaient d'être féminines et distinguées dans leur comportement. Il était très courant dans les années 1980 de voir des femmes porter des chaussures à talon pour aller au lycée. Aujourd'hui, je suis toujours un ami proche de chacune d'elles.»
«Fly Girls». Midtown. Circa 1985. | Jamel Shabazz

«Le but de ce projet était principalement de fournir à la génération actuelle un aperçu de la vie à New York avant que l'épidémie de crack ne frappe la ville. Beaucoup de jeunes nés dans les années 1990 et 2000 n'avaient vraiment aucune idée de ce qu'était la vie alors. J’ai donc voulu apporter une lumière sur un sujet brûlant. Les femmes sur cette photo sont toutes des lycéennes locales avec qui je me suis lié d'amitié et que j'ai encadrées. À l'époque, les femmes se vantaient d'être féminines et distinguées dans leur comportement. Il était très courant dans les années 1980 de voir des femmes porter des chaussures à talon pour aller au lycée. Aujourd'hui, je suis toujours un ami proche de chacune d'elles.»

«Pour ce livre, débuté en janvier 2021, j'ai sélectionné des images de mes vastes archives qui étaient directement liées au sujet. Dans mon processus de création, j'ai sélectionné des images d'anciens revendeurs de crack ou des individus directement touchés par l'épidémie. Pour protéger leur identité, il n'y a pas de légendes, car ce n'était pas mon intention d'exposer ou de blesser qui que ce soit.»
«Deep Thinker», quartier Flatbush de Brooklyn, en 1981. | Jamel Shabazz

«Pour ce livre, débuté en janvier 2021, j'ai sélectionné des images de mes vastes archives qui étaient directement liées au sujet. Dans mon processus de création, j'ai sélectionné des images d'anciens revendeurs de crack ou des individus directement touchés par l'épidémie. Pour protéger leur identité, il n'y a pas de légendes, car ce n'était pas mon intention d'exposer ou de blesser qui que ce soit.»

«Le projet a radicalement changé au fil du temps. Mon concept initial était de n'inclure que vingt nouvelles images au précédent livre et un nouveau texte. Mais l'éditeur m'a informé qu'il n'avait plus les photographies originales du premier tirage, et nous avons donc dû tout recommencer.»
«Fly Girls», quartier Flatbush de Brooklyn, 1981. | Jamel Shabazz

«Le projet a radicalement changé au fil du temps. Mon concept initial était de n'inclure que vingt nouvelles images au précédent livre et un nouveau texte. Mais l'éditeur m'a informé qu'il n'avait plus les photographies originales du premier tirage, et nous avons donc dû tout recommencer.»

«La grande majorité des photographies du livre ont été réalisées avec un appareil photo Canon AE 1, 35 mm. J'ai utilisé une combinaison de film couleur et noir et blanc. Les photographies ont été réalisées principalement dans Brooklyn et Manhattan, de 1980 à 1986. Comme celle-ci, prise dans le quartier Downtown de Brooklyn en 1982. Je l'aime bien car elle représente pour moi l'époque où, à New York, un grand nombre de femmes étaient arrêtées et incarcérées.»
«Busted», quartier Downtown de Brooklyn, en 1982. | Jamel Shabazz

«La grande majorité des photographies du livre ont été réalisées avec un appareil photo Canon AE 1, 35 mm. J'ai utilisé une combinaison de film couleur et noir et blanc. Les photographies ont été réalisées principalement dans Brooklyn et Manhattan, de 1980 à 1986. Comme celle-ci, prise dans le quartier Downtown de Brooklyn en 1982. Je l'aime bien car elle représente pour moi l'époque où, à New York, un grand nombre de femmes étaient arrêtées et incarcérées.»

«Mon travail a été bien accueilli par divers publics à la fois ici dans ce pays et, étonnamment, dans de nombreux pays en dehors des États-Unis. Ceux qui sont les plus enthousiastes sont ceux qui figurent dans mon travail et qui viennent montrer ces images à leurs enfants. Cependant, il y a eu une certaine déception car la qualité de la première version du livre –aujourd'hui difficilement trouvable– était bien meilleure, en ce qui concerne la qualité du papier utilisé et la vivacité des couleurs.»
«The Brothers». | Jamel Shabazz

«Mon travail a été bien accueilli par divers publics à la fois ici dans ce pays et, étonnamment, dans de nombreux pays en dehors des États-Unis. Ceux qui sont les plus enthousiastes sont ceux qui figurent dans mon travail et qui viennent montrer ces images à leurs enfants. Cependant, il y a eu une certaine déception car la qualité de la première version du livre –aujourd'hui difficilement trouvable– était bien meilleure, en ce qui concerne la qualité du papier utilisé et la vivacité des couleurs.»

«Cette photographie a été prise dans une station de métro du quartier Brownsville de Brooklyn en 1981. Pour moi, elle représente un jeune enfant pris au milieu d'un monde incertain. Dans ses yeux, vous voyez la peur et le désir d'être sauvé de son environnement actuel. Malheureusement je ne le reverrai jamais. À de rares exceptions près, je connais la plupart des histoires derrière chaque personne photographiée. Toutes ont été victimes de la vente ou de l'utilisation de crack. Certains jeunes hommes ont passé plus de trois décennies en prison en raison de la guerre contre la drogue et de leur implication dans le trafic. Malheureusement, il existe un certain nombre de photographies de personnes qui sont devenues dépendantes et qui ont enduré des épreuves très difficiles pendant une grande partie des années 1980 et 1990. La bonne nouvelle est que tous ceux qui étaient dépendants à l'époque se sont complètement rétablis, mais font maintenant face au stress post-traumatique qui accompagnait ce mode de vie destructeur.»
«Manchild». | Jamel Shabazz

«Cette photographie a été prise dans une station de métro du quartier Brownsville de Brooklyn en 1981. Pour moi, elle représente un jeune enfant pris au milieu d'un monde incertain. Dans ses yeux, vous voyez la peur et le désir d'être sauvé de son environnement actuel. Malheureusement je ne le reverrai jamais. À de rares exceptions près, je connais la plupart des histoires derrière chaque personne photographiée. Toutes ont été victimes de la vente ou de l'utilisation de crack. Certains jeunes hommes ont passé plus de trois décennies en prison en raison de la guerre contre la drogue et de leur implication dans le trafic. Malheureusement, il existe un certain nombre de photographies de personnes qui sont devenues dépendantes et qui ont enduré des épreuves très difficiles pendant une grande partie des années 1980 et 1990. La bonne nouvelle est que tous ceux qui étaient dépendants à l'époque se sont complètement rétablis, mais font maintenant face au stress post-traumatique qui accompagnait ce mode de vie destructeur.»

«Errol était un ami proche des mines qui a été brutalement assassiné dans les années 1980. Il d’abord été un photographe prometteur de mon quartier, mais il avait posé l'appareil photo pour se lancer dans le trafic de drogue. Je considère mon rôle à l'époque comme étant quasiment de l'alchimie. J'avais la capacité de figer le temps.»
«Errol». Brooklyn, en 1980. | Jamel Shabazz

«Errol était un ami proche des mines qui a été brutalement assassiné dans les années 1980. Il d’abord été un photographe prometteur de mon quartier, mais il avait posé l'appareil photo pour se lancer dans le trafic de drogue. Je considère mon rôle à l'époque comme étant quasiment de l'alchimie. J'avais la capacité de figer le temps.»

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 janvier 2023
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 14 au 20 janvier 2023

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 7 au 13 janvier 2023
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 7 au 13 janvier 2023

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio