Boris Johnson, ces images qui ont fait de lui un clown
Monde

Boris Johnson, ces images qui ont fait de lui un clown

C'est un coup de tonnerre au Royaume-Uni: Boris Johnson laisse sa place. Ce jeudi 7 juillet, il a annoncé qu'il quittait sa fonction de chef du Parti conservateur et qu'il restait Premier ministre jusqu'à ce qu'un nouveau dirigeant conservateur soit désigné. Un départ qui lui pendait au nez, tant l'homme d'État était fragilisé ces derniers temps par des démissions à la chaîne dans son gouvernement, sans compter les affaires qui ont ébranlé son mandat, avec, en tête, le Partygate.

Du côté de ses détracteurs, on sabre le champagne. Le moins que l'on puisse dire, c'est que des détracteurs, il en a beaucoup outre-Manche. Depuis son arrivée au pouvoir en 2019 (et même avant, en tant que maire de Londres), Boris Johnson n'a cessé d'être raillé, moqué. En cause? Les scandales qui le suivent, bien sûr, mais aussi ses bourdes à répétition, ses ratés, ses gaffes, ses mises en scène parfois ridicules et ses expressions pas moins risibles.

D'un point de vue capillaire, Boris Johnson (BoJo pour les intimes) n'a jamais su convaincre. Ses cheveux blond platine ébouriffés (ici le 23 octobre 2019 devant le 10 Downing Street) sont sûrement aussi connus et critiqués que les frasques de l'homme. Signe d'une pensée non conventionnelle pour les uns, lui conférant une allure de bouffon gênant pour les autres, ses coupes de cheveux fantasques l'ont souvent décrédibilisé auprès de l'opinion publique.
Tolga Akmen / AFP

D'un point de vue capillaire, Boris Johnson (BoJo pour les intimes) n'a jamais su convaincre. Ses cheveux blond platine ébouriffés (ici le 23 octobre 2019 devant le 10 Downing Street) sont sûrement aussi connus et critiqués que les frasques de l'homme. Signe d'une pensée non conventionnelle pour les uns, lui conférant une allure de bouffon gênant pour les autres, ses coupes de cheveux fantasques l'ont souvent décrédibilisé auprès de l'opinion publique.

Cantinier, boxeur, contrôleur de brocolis, fermier, testeur de bière: le Premier ministre britannique a toujours eu le don de la mise en scène. Rien de très anormal pour un politicien en campagne, comme ici, le 7 novembre 2019, à l'usine de Tayto Crisps, en Irlande du Nord. Pourtant, BoJo a toujours eu ce petit truc en plus, cette pose atypique, ce regard indescriptible, qui rendent à coup sûr la scène décalée et cocasse. Une véritable marque de fabrique.
Daniel Leal / Pool / AFP

Cantinier, boxeur, contrôleur de brocolis, fermier, testeur de bière: le Premier ministre britannique a toujours eu le don de la mise en scène. Rien de très anormal pour un politicien en campagne, comme ici, le 7 novembre 2019, à l'usine de Tayto Crisps, en Irlande du Nord. Pourtant, BoJo a toujours eu ce petit truc en plus, cette pose atypique, ce regard indescriptible, qui rendent à coup sûr la scène décalée et cocasse. Une véritable marque de fabrique.

Boris Johnson, c'est aussi un professionnel des scènes burlesques à potentiel viral. Le 29 juillet 2021, en plein mémorial en l'honneur des policiers britanniques morts dans l'exercice de leurs fonctions, l'homme d'État tente par exemple d'ouvrir son parapluie. Mais, rafales de vent obligent, le Premier ministre britannique se retrouve à livrer une bataille acharnée avec ce dernier, qui ne cesse de se retourner. La scène, au cœur d'un événement des plus solennels, se transforme alors en un véritable sketch, où même le prince Charles assis à côté de lui se met à rire des mésaventures du Premier ministre.
Christopher Furlong / Pool / AFP

Boris Johnson, c'est aussi un professionnel des scènes burlesques à potentiel viral. Le 29 juillet 2021, en plein mémorial en l'honneur des policiers britanniques morts dans l'exercice de leurs fonctions, l'homme d'État tente par exemple d'ouvrir son parapluie. Mais, rafales de vent obligent, le Premier ministre britannique se retrouve à livrer une bataille acharnée avec ce dernier, qui ne cesse de se retourner. La scène, au cœur d'un événement des plus solennels, se transforme alors en un véritable sketch, où même le prince Charles assis à côté de lui se met à rire des mésaventures du Premier ministre.

«Bojo the clown». Ce surnom qui lui colle à la peau, l'homme d'État n'a cessé de l'alimenter avec ses grimaces à répétition, comme ici, le 16 mai 2022, lors d'une visite chez le fabricant d'armes Thales à Belfast. Un vrai régal pour les photographes de presse, qui s'en donnent à coeur joie.
Liam McBurney / Pool / AFP

«Bojo the clown». Ce surnom qui lui colle à la peau, l'homme d'État n'a cessé de l'alimenter avec ses grimaces à répétition, comme ici, le 16 mai 2022, lors d'une visite chez le fabricant d'armes Thales à Belfast. Un vrai régal pour les photographes de presse, qui s'en donnent à coeur joie.

Parmi ses grimaces récurrentes, on retrouve cette espèce de moue atypique, qui ne déçoit jamais. Une mimique d'enfant boudeur qui lui permet de se fondre parfaitement dans le décor d'une école, comme ici, lors d'une visite à l'Académie de l'Église d'Angleterre de Westbury-On-Trym à Bristol, le 15 octobre 2021. BoJo et la rentrée des classes. 
Steve Parsons / Pool / AFP

Parmi ses grimaces récurrentes, on retrouve cette espèce de moue atypique, qui ne déçoit jamais. Une mimique d'enfant boudeur qui lui permet de se fondre parfaitement dans le décor d'une école, comme ici, lors d'une visite à l'Académie de l'Église d'Angleterre de Westbury-On-Trym à Bristol, le 15 octobre 2021. BoJo et la rentrée des classes. 

Dans la cour des grands, Boris Johnson n'a pas été plus à l'aise. Le 24 mars 2022 par exemple, lors de la photo de famille du sommet de l'OTAN, le Britannique a vécu un moment de solitude qui a entraîné nombre de moqueries sur les réseaux. Alors que tous les autres dirigeants discutaient entre eux, Bojo se tenait seul, mains dans les poches, à chercher du regard compassion et discussion. Une vidéo devenue, là encore, virale.
John Thys / AFP 

Dans la cour des grands, Boris Johnson n'a pas été plus à l'aise. Le 24 mars 2022 par exemple, lors de la photo de famille du sommet de l'OTAN, le Britannique a vécu un moment de solitude qui a entraîné nombre de moqueries sur les réseaux. Alors que tous les autres dirigeants discutaient entre eux, Bojo se tenait seul, mains dans les poches, à chercher du regard compassion et discussion. Une vidéo devenue, là encore, virale.

Se prêter à l'exercice de communication politique à travers le sport, notamment ici, le 7 décembre 2019, dans le nord-ouest de l'Angleterre, n'a pas non plus été une grande réussite pour l'homme d'État. Comme en politique, Boris Johnson a finalement terminé sur le banc de touche.
Toby Melville / Pool / AFP

Se prêter à l'exercice de communication politique à travers le sport, notamment ici, le 7 décembre 2019, dans le nord-ouest de l'Angleterre, n'a pas non plus été une grande réussite pour l'homme d'État. Comme en politique, Boris Johnson a finalement terminé sur le banc de touche.

Des graines comme vous n'en avez jamais vues
Grand Format

Des graines comme vous n'en avez jamais vues

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022
Grand Format

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 19 au 25 novembre 2022

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio