Culture

Marvin Gaye, abattu par son père dans un ultime geste destructeur

Temps de lecture : 6 min

Il n'y a pas beaucoup de musiciens qui représentent aussi bien la soul music que Marvin Gaye. Le 1er avril 1984, le chanteur était abattu dans la maison familiale par celui qu'il a toujours détesté aimer.

Immortalisé ici en 1966, Marvin Gaye est alors au début de sa carrière musicale, qui a subitement pris fin le 1er avril 1984, à la veille de son 45e anniversaire. | J. Edward Bailey via Wikimedia Commons
Immortalisé ici en 1966, Marvin Gaye est alors au début de sa carrière musicale, qui a subitement pris fin le 1er avril 1984, à la veille de son 45e anniversaire. | J. Edward Bailey via Wikimedia Commons

Il est un peu plus de 12h30. Frankie Gay et sa femme Irene ont bien entendu des coups de feu. Mais ce sont des cris qui les alertent sur la gravité de la situation. Ils sortent de leur petite maison et voient la mère de Frankie, Alberta, se précipiter vers eux en état de choc. Elle s'écroule dans leurs bras et a tout juste le temps de leur dire que son autre fils, Marvin, s'est fait tirer dessus par son père, Marvin Gay Sr., avant de s'évanouir.

Frankie court vers la maison voisine, croise son père assis calmement sur le perron, plonge dans l'obscurité de l'intérieur et monte à l'étage. Dans une chambre, il trouve Marvin allongé sur le sol, la poitrine en sang, encore capable de lui parler. Frankie se précipite près de lui, lui prodigue des premiers soins rudimentaires, et entend son frère lui dire: «J'ai eu ce que je voulais. Je n'étais pas capable de le faire moi-même, alors je l'ai obligé à le faire.»

Les secours ont été prévenus par des voisins. Lorsqu'ils arrivent à la maison familiale située au 2101 South Gramercy Place, dans le quartier de West Adams à Los Angeles, Marvin, monstre sacré de la soul, star du genre et du label Motown, est en mauvais état. Il sera déclaré mort au California Hospital Medical Center à 13h. Son père est quant à lui embarqué sans heurt par les autorités.

Un gilet pare-balles sur scène

Marvin Gaye est mort à l'âge de 44 ans ce 1er avril 1984, tué par son géniteur. Personnalité tourmentée empreinte de violence, crooner noir et voix sidérante, producteur et arrangeur génial, il est notamment connu pour ses albums What's Going On (1971), Let's Get It On (1973), ou encore I Want You (1976), ainsi que pour des singles en pagaille comme «Ain't No Moutain High Enough» (1967) ou «I Heard It Through The Grapevine» (1968).

Il y en a bien d'autres. Mais ces exemples suffisent à illustrer le statut et la stature du chanteur. Au crépuscule de sa vie, pourtant, il a perdu de sa superbe. Depuis le milieu des années 1970, Marvin Gaye cumule addiction à la cocaïne, problèmes financiers et accès de colère destructeurs.

Sa santé mentale décline, en rien arrangée par sa relation à son père, Marvin Gay Sr. Un pasteur de l'Église pentecôtiste prétendant posséder des dons de guérisseur, d'une grande violence envers ses enfants, capable de les terroriser puis de les tabasser avec une ceinture, adepte d'un code moral strict qu'il n'applique qu'aux autres.

Marvin Gaye dira d'ailleurs que vivre avec son père était comme «vivre avec le Tout-Puissant». La virulence des relations entre les deux hommes, envenimée par la jalousie qu'éprouve le père pour le talent, puis le succès de son fils, est immense.

L'addiction de Marvin Gaye n'est un secret pour personne. Déjà, en 1981, il était parti se mettre au vert à Ostende, en Belgique, où il avait vécu pendant dix-huit mois. Alternant entre les moments d'abstinence et d'autres où sa consommation dépassait parfois l'entendement, il était cependant parvenu à redresser un temps la barre et à revenir avec un nouvel album, Midnight Love, emmené par son plus gros succès commercial, le single «Sexual Healing».

Problème pour le chanteur: il faut repartir en tournée. En 1983, il achève le «Sexual Healing Tour», durant lequel il a sévèrement relancé sa consommation de cocaïne, au point de monter parfois sur scène avec un gilet pare-balles, persuadé, paranoïaque, que quelqu'un en veut à sa vie. Il termine cette tournée dans un état physique et psychique déplorable. Et les difficultés ne vont aller qu'en s'accumulant.

Une violence extrême

En août 1983, Marvin Gaye décide d'aller habiter à Los Angeles, dans la maison qu'il a offerte à ses parents et où résident alors deux de ses sœurs ainsi que sa mère, qui se remet d'une opération chirurgicale. Il emménage donc au 2101 South Gramercy Place pour tenter de remonter la pente, peut-être. Mais rien n'y fait.

Comme le raconte l'auteur Frédéric Adrian dans sa biographie, Marvin Gaye, il a bien quelques ébauches de chansons en stock, mais la musique ne semble pas être un projet immédiat. Lorsqu'il demande au chanteur Barry White de lui composer des morceaux et que celui-ci, honoré, s'exécute, il ne prend pas la peine d'aller les écouter. Il n'est pas en état de faire grand-chose.

Même la pression mise par le label Columbia, qui lui rappelle qu'il a signé un contrat l'obligeant à fournir un album tous les neuf mois, n'y change rien. Il doit 300.000 dollars de pensions alimentaires à ses anciennes compagnes, de l'argent au fisc, est au bord de la banqueroute, rattrapé par de sombres histoires de violences conjugales. Car si Marvin Gaye aimait chanter son amour pour les femmes, il était également un homme violent. Il a une relation avec une certaine Deborah Derrick, avec qui les disputes prennent régulièrement des tournures colériques et physiques.

Dans la maison familiale, Marvin Gaye passe le plus clair de son temps dans sa chambre, dans la pénombre, totalement addict. Pendant sa période de réclusion, le soulman parvient tout de même à assurer quelques concerts caritatifs ou télévisés. La dernière fois qu'il monte sur scène, c'est le 28 décembre 1983, au Hollywood Palladium de Los Angeles.

Un mois plus tôt, son père, qui vivait momentanément à Washington, leur ville d'origine, décide de s'installer également dans la maison californienne, amenant avec lui son alcoolisme et sa relation turbulente avec Marvin. L'atmosphère se charge vite, forçant les deux sœurs à quitter les lieux, lassées des disputes presque quotidiennes.

Frankie et Irene, eux, vivent à côté, dans une autre maison. Ils sont témoins de la descente aux enfers du chanteur, qui fait deux tentatives de suicide: l'une en sautant d'une voiture en marche, sans trop de gravité; l'autre en menaçant de se tirer une balle dans la tête, devant des amis forcés de le désarmer.

À Noël, il offre à son père un revolver de calibre 38, pour que ses parents se protègent des intrusions. En janvier 1984, sa copine Deborah Derrick, enceinte, emménage dans la maison. Elle tient quelques semaines, puis part en laissant les deux hommes presque en guerre ouverte. Le 1er avril 1984, celle-ci va prendre une terrible et ultime tournure.

La promesse funèbre

C'est la veille du 45e anniversaire de Marvin Gaye, mais personne ne semble être d'humeur à préparer quoi que ce soit. Aux alentours de 12h15, le père de Marvin s'active à chercher un courrier égaré, crie à Alberta, située dans une chambre à l'étage, en lui demandant où il se trouve. Marvin est dans la chambre collée à celle de sa mère, comme à son habitude, et répond à son père qu'il n'a qu'à monter pour demander calmement.

Marvin Sr. monte donc et hurle sur Alberta, ce qui pousse Marvin à se lever, en peignoir et hors de lui, et à aller prendre la défense de sa mère. Il ordonne à son père de quitter la pièce et finit par le pousser, probablement à le frapper, jusqu'à le faire sortir de force. La scène est extrêmement violente. Marvin retourne dans sa chambre.

Son père, lui, redescend les escaliers. Plusieurs fois dans sa vie, il avait promis à des proches que si l'un de ses enfants le touchait, il le tuerait. Il remonte quelques minutes plus tard, entre dans la chambre et pointe le calibre 38 en direction de Marvin. Aucun des deux ne parle. Le silence est seulement brisé par une première détonation qui atteint le chanteur à l'épaule gauche et le fait s'écrouler à terre en criant. Son père se rapproche, vise la poitrine et tire le coup fatal.

Alberta, elle, s'enfuit en hurlant. Elle laisse Marvin Sr. redescendre, sortir de la maison, balancer l'arme sur la pelouse et s'asseoir calmement sous le porche en attendant son sort. Quelques secondes plus tard, Frankie Gay entre dans la maison pour trouver son frère presque mort et recueillir ses dernières paroles.

Marvin Gaye voulait mourir. Même s'il est impossible d'affirmer qu'il ait frappé son père pour que celui-ci mette ses menaces à exécution par principe, il y est finalement parvenu. Marvin Gay Sr. a bien sûr plaidé coupable d'homicide volontaire. Il a été condamné à six ans de prison avec sursis et cinq ans de probation, sans être incarcéré, sa vie s'arrêtant en 1998 à cause d'une pneumonie. Il avait 84 ans.

Marvin Gaye est quant à lui définitivement entré au panthéon de la musique américaine. Il est, avec Stevie Wonder, The Temptations, Diana Ross ou les Jackson Five, entre autres, l'un des piliers du label Motown et de la soul music en général.

True crimes en do mineur
Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

Épisode 22

Qui a tué Al Jackson Jr., l'un des plus grands batteurs de la soul music?

David Akeman, star de la country tuée dans sa cabane

Épisode 23

David Akeman, star de la country tuée dans sa cabane

Newsletters

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Tir mortel sur un tournage: pourquoi Alec Baldwin pourrait être reconnu coupable

Bien qu'il semble s'agir d'un accident, les procureurs pourraient avoir de bonnes raisons d'accuser l'acteur de négligence aggravée, après son tir mortel sur le tournage du film «Rust» en octobre 2021.

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

«J'adorais Shun, surtout parce que j'étais incapable de savoir si c'était une fille ou un garçon»

La fluidite de genre se dégageant de certains personnages de mangas animés a ému nombre d'adolescents qui, désormais adultes, se définissent comme non binaires.

Paco Rabanne, architecte sans fil ni aiguille

Paco Rabanne, architecte sans fil ni aiguille

Connu pour ses robes de métal et ses prédictions douteuses, cet architecte de formation, également designer de mobilier et parfumeur visionnaire, a inventé une mode pionnière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio