CultureCulture

La recette magique des blockbusters américains en quelques graphiques

Julien Jégo, mis à jour le 05.05.2014 à 12 h 27

Un public qui découvre la 3D en 1951 | source : The National Archives UK

Un public qui découvre la 3D en 1951 | source : The National Archives UK

The Amazing Spider-Man 2 sorti à la fin avril, le nouveau Godzilla qui arrive dans les salles le 14 mai, le dernier X-Men qui déboule la semaine suivante: ça y'est la saison 2014 des blockbusters est bel et bien lancée. 

On risque donc de recevoir notre dose annuel d'explosions, de course-poursuites et de fusillades. Tout le monde connaît la recette mais ces super-productions attirent toujours autant de spectateurs.

Le journaliste de Five Thirty Eight, Walt Hickey, a justement décidé de se pencher sur les pratiques en vigueur dans la plupart des blockbusters américains. Il s'appuie pour cela sur la base de données du site de référence en matière de cinéma, IMDb (Internet Movie DataBase). Il s'est ensuite concentré sur les films à gros budgets répertoriés comme étant des blockbusters et datant d'après 1975. Rien de bien surprenant dans ses résultats mais ils ont le mérite de dresser un portrait global de cette spécialité.

Première chose qui ressort de l'étude de Walt Hickey, la majorité de ces films (46%) sont classés dans le genre «action», suivie de près par les films d'aventure (42%). Viennent ensuite le thriller et la comédie (32% chacun). Il met également en lumière la proportion de films qui sont tirés de comics: les histoires de super-héros représentent dorénavant plus de 30% du total de ces productions, un chiffre qui a explosé depuis depuis 2004 et la sortie du tout premier X-Men.

Le journaliste s'intéresse aussi au coeur des blockbusters: les scènes d'actions et les explosions en tout genre. On retrouve dans un tiers des films au moins une scène de poursuite ou de chute vertigineuse du héros. 

En matière d'explosion, les cascadeurs et les mannequins en mousse se retrouvent désintégrés dans la moitié des films depuis 2010, tout comme les voitures qui conservent une place de choix, pulvérisées dans 46 % des cas. Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour réaliser votre film hollywoodien. Il ne reste plus qu'à trouver un bon banquier.

Retrouvez l'ensemble des infographies ici
Julien Jégo
Julien Jégo (22 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte