Culture

Wes Anderson rend hommage à Fellini

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la publicité de Wes Anderson pour Prada.

Evidemment, c'est une publicité pour Prada. Wes Anderson est l'un des réalisateurs de génie que la marque s'est offert pour réaliser quelques spots publicitaires déjantés. Mais le dernier court métrage qu'il signe est aussi un hommage à Federico Fellini –et le logo Prada n'est visible que quelques secondes, sur une combinaison de pilote automobile.

Le court raconte l'accident d'un pilote américain (Jason Schwartzman, indispensable à l'univers d'Anderson) lors d'une des étapes de la course. Il se retrouve dans un village italien qui s'avère être celui dont il est originaire, et où vit encore l'un de ses ancêtres: Castello Cavalcanti.

Comme l'explique Slate.com, «les clins d'oeil à Fellini (réalisateur qui était lui-même auteur de publicités) sont nombreux» –Wes Anderson le reconnaît d'ailleurs comme l'un de ses maîtres dans une série de documentaires récente: la Wes Anderson Collection. Il y explique notamment qu'il s'en est inspiré pour son travail sur la caricature.

Ici, note Slate.com, la statue dans laquelle fonce la voiture en est un parfait exemple.

«Elle semble s'être envolée directement de La Dolce Vita, de même que le paparazzo à moto, et que la course de voiture elle-même, manifestement un hommage à Amarcord


A gauche: La Dolce Vita; à droite Castello Cavalcanti. ©Slate.com

A travers le nom du court métrage, Wes Anderson rend également hommage au réalisateur Alberto Cavalcanti, dont il est fan.

Ce super court métrage rattrape le bien moins bon réalisé en avril dernier, pour un parfum Prada (avec cette chère Léa Seydoux). Et rappelle tout le talent que Wes Anderson mettait dans celui réalisé pour American Express en 2006 où il rendait hommage, à l'époque, à La Nuit Américaine, de François Truffaut.

Newsletters

Swingjugend, la jeunesse du swing qui a défié Hitler

Swingjugend, la jeunesse du swing qui a défié Hitler

Ou comment la musique peut devenir une arme de résistance aux totalitarismes.

«Aftersun», tendres et vifs éclats de mémoire

«Aftersun», tendres et vifs éclats de mémoire

Le premier film de Charlotte Wells invoque avec émotion et dynamique de très simples souvenirs de vacances hantés d'une question trouble, et affirme d'emblée la présence irréfutable d'une cinéaste.

L'épisode 3 de «The Last of Us» est tout simplement miraculeux

L'épisode 3 de «The Last of Us» est tout simplement miraculeux

«Long Long Time» prouve toute l'ambition et l'intelligence de la nouvelle série HBO.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio