Culture

Les défenseurs du «jour des morts» ont eu raison de Disney

Temps de lecture : 2 min

La Catrina, l'une des figures les plus populaires de la fête des morts au Mexique. Via Wikimedia Commons.
La Catrina, l'une des figures les plus populaires de la fête des morts au Mexique. Via Wikimedia Commons.

Disney s’est fait des ennemis: les fidèles attachés au jour des morts, la fête traditionnelle mexicaine d'origine pré-hispanique, qui fera bientôt l'objet d'un film par le studio d'animation. Le studio a voulu déposer la marque «Dia de los muertos» (soit jour des morts en espagnol), ce qui n'a pas été très apprécié.

Disney avait ainsi déposé plus de dix demandes auprès du U.S. Patent and Trademark Office —l'instance administrative chargée d'émettre des brevets et des marques déposées—, dont certaines pour des jouets, des céréales ou des bijoux, rapporte le Los Angeles Times. Tout cela en prévision du film à venir, encore dépourvu de titre.

Mais la pétition lancée pour empêcher le groupe de breveter la fête des morts a eu raison de ces velléités. En 24 heures environ, près de 20.000 signatures avaient été amassées et Disney retirait sa demande.

«Nos traditions spirituelles sont destinées à tous, pas à être déposées et exploitées par des entreprises comme Disney», a expliqué l’initiatrice de la pétition, Grace Sesma. «Je suis profondément offensée, et consternée qu’une entreprise comme Walt Disney, qui se tourne vers la famille, se permette de réclamer la propriété de quelque chose qui se trouve être l’héritage légitime du peuple du Mexique.»

L'équipe présente derrière ce long-métrage est celle qui avait fait le succès de Toy Story 3: le réalisateur Lee Unkrich et la productrice Darla K. Anderson.

Newsletters

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

«Hot Skull» sur Netflix: pourquoi la métaphore du virus transmis par la parole sonne si juste

La série turque décrit une épidémie dont le vecteur est le langage. Un phénomène inimaginable et qui pourtant paraît déjà presque là.

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Fabrice Hyber à la Fondation Cartier: l’école de tous les possibles

Avec La Vallée, l’artiste français casse les stéréotypes et fait de l’espace d’exposition une école dont les tableaux noirs sont des œuvres, déployant les méandres de sa pensée. Du 8 décembre 2022 au 30 avril 2023.

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

«Nos frangins» d'hier et d'aujourd'hui, une grande famille

Associant archives et reconstitution, Rachid Bouchareb raconte l'histoire de deux jeunes Arabes tués par des policiers il y a trente-cinq ans, avec le présent en ligne de mire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio