tous les podcasts

La playlist à écouter au lieu de regarder la Coupe du monde de football


Mona Delahais

Un sélection de podcasts pour mettre en perspective cette 22e édition qui se déroule au Qatar.

La playlist à écouter au lieu de regarder la Coupe du monde de football
Abigail Keenan via Unsplash
Pour beaucoup c'est une aberration, pour d'autres un exploit. Cette année, la 22e édition de la Coupe du monde de football se tient au Qatar. Organisée tous les quatre ans par la FIFA (Fédération internationale de football), elle a suscité l'intérêt de 20 minutes avant la fin du monde. Dans cet épisode, la bande d'amis questionne les enjeux climatiques de cet événement, notamment. Entre bilan carbone déplorable et droits humains bafoués, ils réclament une décarbonation du ballon rond, dressent un sombre portrait du pays et vont jusqu'à interroger l'attribution de cette compétition sportive à cet État gazier.

Dans Deux ans au Qatar, la journaliste Camille Maestracci veut déconstruire la mauvaise image médiatique qui est faite du pays, elle qui y a habité pendant deux ans. «Bien entendu, tout n'est pas faux, mais souvent simplifié, et tourne autour des mêmes sujets: l'argent, le PSG, l'attribution de l'organisation de la Coupe du monde 2022 et les ouvriers qui meurent sur les chantiers», déplore-t-elle, avant de se demander de quels atouts dispose ce pays pour se sentir légitime d'organiser un tel événement.


En 2018, direction Moscou pour la 21e édition de la Coupe. Dans les gradins se trouve un fervent supporter qui témoigne de son expérience inédite au micro de Clémence Haquart, pour Magma. Avec une acuité visuelle très réduite, il relate comment ses autres sens, dont l'ouïe, sont amplifiés et lui permettent de vivre intensément un match. Une histoire dont on peut tirer une morale: le stade peut être un lieu où les normes sociétales ne s'appliquent pas, tandis que l'amour du foot et d'un club fédère.

À lire sur le même sujet: Ces compétitions internationales qui ont suscité des appels au boycott

En 2010, c'est en Afrique du Sud que se déroule la Coupe du monde. C'est une édition pas comme les autres pour la France, puisqu'elle est marquée par une grève d'entraînement de l'équipe nationale. Un scandale qui a remué toute la planète foot et sur lequel revient Le Fiasco de Knynsa, un podcast produit par So Foot.

Côté organisation, trente-six arbitres ont été désignés pour fouler le gazon cette année. Parmi eux, six femmes ont été sélectionnées, dont la Française Stéphanie Frappart. Elle a été la première femme à arbitrer un match de ligue 1, apprend-t-on dans Les attaquantes d'Europe 1 Studio. Elle raconte comment elle a gravi les échelons dans un milieu sexiste, qui intègre peu les femmes dans l'arbitrage central des matchs masculins. «Mais l'arbitre, ça reste l'arbitre. Quoi qu'il arrive, il aura toujours le mauvais rôle, conclut-elle, qu'on soit un homme ou une femme.» Au Qatar, l'égalité femmes-hommes n'existe pas, ni dans les stades ni en dehors, puisque les premières dépendent toujours légalement d'un tuteur masculin.