tous les podcasts

Hériter, c'est pas toujours un cadeau


Matilde Meslin

Trois histoires et le témoignage d'un notaire pour tout comprendre aux questions de successions.

Hériter, c'est pas toujours un cadeau
Romain Dancre via Unsplash

C'est peut-être l'un des sujets les plus tabous qui soient, à la croisée de celui de l'argent et de celui de la mort: l'héritage. On en parle peu, hormis dans des romans policiers où une vieille dame est assassinée pour cacher l'existence d'un testament caché. Et pourtant, un Français sur deux touchera un héritage au cours de sa vie, dans 87% des cas d'une valeur inférieure à 100.000 euros. Bien sûr, tout le monde rêve de toucher le pactole, idéalement grâce à la disparition d'un oncle d'Amérique qui a fait fortune, plutôt que d'un parent auquel on était attaché.

En 2002, Laurent touche plusieurs millions d'euros de la part de son père dont l'entreprise prospère. Une avance sur héritage sans deuil à faire, la situation idéale... pour les autres. «L'argent qu'on te donne ne t'appartient pas, comme tout ce qu'on te donne», explique Laurent, tout premier témoin de Thune. Il décide alors de monter sa propre affaire et gagner son argent pour avoir le sentiment de mériter sa fortune.

Morgane, elle, a carrément choisi de cacher son héritage au reste du monde. Lorsqu'à ses 17 ans, son père meurt dans un accident du travail, elle touche près de 700.000 euros de l'assurance, ainsi qu'une rente de plusieurs milliers d'euros par an qui lui permettent de devenir propriétaire d'un appartement parisien à 21 ans. Dans Richissime, la jeune trentenaire raconte son rapport à son héritage, auquel elle n'ose plus vraiment toucher, et surtout à son entourage à qui elle refuse de révéler le montant de son patrimoine.

À lire sur le même sujet: L'impôt sur les successions n'est pas aussi équitable qu'il n'y paraît

Pour Agnès, qui témoigne dans Transfert, l'héritage est double: il y a le terrain au bord de la mer que lui lègue son père à son décès, bien sûr. Mais il y a surtout les souvenirs des vacances passées ensemble à bord du petit bateau familial qui ressurgissent sans crier gare, et la lancent en quête de ce bateau perdu, le «petit bijou de la famille». Pour Agnès, l'héritage est un «moment structurant».

C'est ce que décrit le notaire François Ripart, interrogé dans Thune, qui dévoile les dessous de son métier et la façon dont se passent les successions sur le plan pratique et juridique. Un éclairage moins émotionnel que les trois histoires précédentes, mais bien plus utile.