tous les podcasts

Avortement: un droit à protéger


Matilde Meslin

Dans cette playlist, des podcasts reviennent sur l'histoire du droit à l'IVG et interrogent sur sa fragilité.

Avortement: un droit à protéger

Manifestation étudiante en faveur du droit à l'avortement le 26 mai 2022 à New York. | Spencer Platt / Getty Images North America / AFP

 

«N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.» Lorsqu'elle écrit ces mots en 1949 dans son ouvrage Le Deuxième Sexe, Simone de Beauvoir ne se doute pas qu'en 2022, les États-Unis reviendraient sur le droit à l'avortement en pleine pandémie mondiale. C'est pourtant bien ce qu'il se passe outre-Atlantique, comme l'explique Laurence Nardon dans un épisode récent de New Deal.

Plus qu'une simple querelle politique, la remise en cause du droit à l'IVG pourrait mettre la vie de nombreuses femmes en danger, celles-ci ne pouvant plus être accueillies dans des structures médicales. «C'était une vraie boucherie», se souvient la comédienne Catherine Arditi dans un épisode de Magma. À 19 ans, avant la loi Veil, elle avait avorté avec l'aide d'une «faiseuse d'anges». Quelque temps plus tard, elle signait le manifeste des 343 publié dans le Nouvel Observateur. Dans Vulgaire, Marine Baousson et Pauline Delabroy-Allard racontent (avec humour) l'histoire de ce texte majeur dans le droit à l'avortement en France.

Même si aujourd'hui, les femmes ne se passent plus les noms de médecins qui acceptent de pratiquer des avortements illégalement comme avant 1975 –ce que raconte une nonagénaire dans Mamie Francine–, l'accès à l'interruption volontaire de grossesse en France reste compliqué, notamment à cause de la clause de conscience. C'est ce qu'a découvert la journaliste Johanna Bedeau pendant le tournage du documentaire Avortement, le pouvoir du médecin qu'elle a réalisé pour France Culture. Elle en parle au micro de Sans Algo.

À lire sur le même sujet: Au Texas, la course contre la montre des cliniques pratiquant l'IVG

Dans 18 mois après #MeToo, la dessinatrice Pénélope Bagieu s'étonne du parcours de la combattante que représente encore l'avortement, même au XXIe siècle: «Le fait que ce soit compliqué d'avorter en France comme si on était dans l'Alabama, c'est pas quelque chose qu'on met beaucoup en avant.» Pourtant, dans certains cas, mettre fin à une grossesse est une nécessité. Dans celui de Coline, qui témoigne au micro de Transfert, ce fut une question de vie ou de mort.