Santé

À quoi servent les pastilles d'iode en cas d'attaque nucléaire?

Temps de lecture : 4 min

[L'Explication #50] Disons-le d'emblée: ça ne sert à rien d'en prendre maintenant.

Les pastilles d'iode vendues sur internet sont des arnaques. | Hal Gatewood via Unsplash
Les pastilles d'iode vendues sur internet sont des arnaques. | Hal Gatewood via Unsplash

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Le 27 février dernier, en pleine invasion de l'Ukraine, Vladimir Poutine brandit la menace nucléaire dans une allocution à la télévision russe. Le mot nucléaire fait peur et réagir sur les réseaux sociaux. En prévision, certains tentent de se procurer des pastilles d'iode sans forcément en connaître leur utilisation et les effets d'un tel traitement.

«Au moins une personne par jour vient nous voir pour acheter des pastilles d'iode», nous assure un pharmacien parisien. Toujours la même réponse: «Ce sont des stocks d'État, délivrés sur arrêté préfectoral.» Pourtant, sur internet, bon nombre de sites proposent des pastilles d'iode à l'achat. Attention aux arnaques, ce ne sont pour la plupart que des compléments très peu chargés en iode qui aident l'organisme à lutter contre la fatigue, le manque de concentration ou le stress.

Saturer et protéger la thyroïde

En cas d'attaque nucléaire, ou d'explosion d'une centrale nucléaire, de l'iode radioactif peut être libéré dans l'air. Il se retrouve alors presque inévitablement dans le corps humain, inhalé par les voies respiratoires ou consommé via des aliments contaminés. Avec pour principal danger le développement d'un cancer de la thyroïde.

Cette glande, en forme de papillon, se situe à la base du cou et a pour fonction principale de produire deux hormones, la triiodothyronine et la thyroxine. La thyroïde est capable de stocker l'iode jusqu'à saturation, dans le cas d'un iode stable –celui présent dans notre alimentation quotidienne.

En cas d'accidents nucléaires, où l'air serait chargé d'iode radioactif, les autorités recommandent de prendre de l'iode stable à toute personne vivant à moins de vingt kilomètres du choc.

Ces fameux comprimés d'iodure de potassium –communément appelés pastilles d'iode– protègent la glande thyroïdienne en la saturant d'iode stable (iode 129). Ainsi, la thyroïde ne peut plus absorber l'iode radioactif. Mais il est important de souligner que ce médicament n'est pas un remède miracle et qu'il ne vise qu'un organe: la thyroïde.

Un intérêt préventif quasi nul

Les pastilles d'iode sont des comprimés qui préviennent la menace, mais dans des cas précis. D'après un ensemble de pharmaciens, il faudrait en ingérer deux heures –dans le meilleur des cas– avant un accident nucléaire ou une catastrophe. Si l'explosion a lieu et que vous n'avez pas pu vous y préparer, il faudrait alors en prendre six à douze heures après l'exposition à l'iode radioactif. Après six heures, son efficacité sera alors de 50% puisque de l'iode radioactif aura eu le temps de se déposer sur la thyroïde. Au-delà de vingt-quatre heures, leurs effets secondaires sont plus graves que les bénéfices attendus, précise l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

Cependant, il ne sert à rien d'en consommer dès à présent pour «préparer» votre glande thyroïdienne à la menace d'une bombe. «L'efficacité des pilules d'iode ne tient pas dans la longueur, c'est un médicament préventif mais sur une plage horaire très courte au final», assure Jacques Guillet, médecin nucléaire.

Selon les pharmaciens, les pilules d'iode sont des traitements à prendre sur la durée. «Deux heures après ingestion, son efficacité n'est plus que de 80%; après quatre heures, il ne reste plus que 40%», précise l'un d'eux. L'iode 129 a un maximum d'efficacité de vingt-quatre heures.

De plus, ces comprimés sont loin d'assurer une protection entière du corps. Loin des affirmations douteuses de certains sites «spécialisés», les pilules d'iode ne sont pas le remède qui vous sauvera. «Ce traitement ne protège contre rien d'autre que l'iode radioactif. Son seul but est de saturer la glande thyroïdienne en iode stable et d'empêcher celui radioactif de se fixer dessus», analyse Jacques Guillet. En plus de l'inhalation de l'iode radioactif, l'alimentation et l'irradiation sont la cause de nombreuses maladies. Les iodes radioactifs peuvent pénétrer dans l'organisme quand on respire de l'air contaminé ou quand on mange des aliments ou des liquides contaminés. Ensuite, la thyroïde les concentre.

La contamination s'effectue en plusieurs étapes d'après le spécialiste. Tout d'abord, lorsque des retombées radioactives sont dans l'air, on parle d'irradiation externe. Lorsque ces derniers se déposent sur la peau, c'est une contamination externe. Quand ils entrent par les voies respiratoires, c'est une contamination interne. La thyroïde est protégée si les pastilles d'iode sont consommées à temps, mais les autres organes et même notre peau peuvent être touchés.

Rapport risque/bénéfice

En France, l'iode stable n'est pas disponible librement. Et c'est plutôt une bonne chose. S'il était accessible facilement, les gens pourraient en ingérer sans même connaître ses risques. D'après la CRIIRAD (Commission de recherche et d'information), le rapport risque/bénéfice devient défavorable pour les personnes de plus de 40 ans notamment. Bien qu'en France, aucun document ne mentionne une limite d'âge, l'association assure que le risque de cancer diminue alors que le risque d'effets secondaires associés à l'iodure de potassium augmente, comme les problèmes cardio-vasculaires.

En revanche, pour les personnes atteintes d'hyperthyroïdie –dérèglement qui produit un excès d'hormones thyroïdiennes– il n'y a pas de risques majeurs à consommer des pastilles d'iode. Mais il reste important de prendre rendez-vous avec son médecin traitant avant toute consommation médicamenteuse.

En conclusion, le médecin nucléaire se joint à la pensée des pharmaciens: il n'y a aucune utilité à prendre dès à présent des pastilles d'iode si vous ne vivez pas à moins de vingt kilomètres d'une centrale nucléaire. En réalité, les risques sont plus nombreux que les avantages. «Un apport excessif et régulier en iode peut entraîner des dysfonctionnements de la thyroïde mais également certains effets indésirables, notamment au niveau cardiaque ou rénal», rapporte l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) à Libération. D'où la nécessité d'attendre que ces pastilles soient recommandées et régulées sur le marché par l'État, comme à l'époque avec les masques chirurgicaux.

L'Explication
Que se passerait-il si une bombe nucléaire tombait sur Paris?

Épisode 49

Que se passerait-il si une bombe nucléaire tombait sur Paris?

À quel point nos éponges sont-elles des nids à microbes?

Épisode 51

À quel point nos éponges sont-elles des nids à microbes?

Newsletters

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

Le Tour 2022 arrive en France… Vingt-et-une étapes cette année, au cours desquelles les coureurs parcourront plus de 3.400 kilomètres. Voici l'estimation de l'incroyable quantité d'énergie qu'ils vont brûler.

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

La situation épidémique actuelle en France suscite des inquiétudes pour l'été à venir. Il est donc temps de prendre des mesures.

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Touchée par une forme agressive de la maladie, Jasmin David s'est tournée vers un hôpital spécialisé en dernier recours.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio