Politique

TF1, «sincèrement désolé» d'avoir diffusé un faux témoignage, deux journalistes mis à pied

Temps de lecture : 2 min

Jean-Pierre Pernaut avait présenté des excuses au nom de TF1, pendant le journal de la mi-journée lundi, pour le faux témoignage que la chaîne avait diffusé le 23 juin. Ce mardi, on a appris que les deux journalistes qui avaient réalisé le sujet étaient mis à pied.

Le journal avait consacré un reportage au «contrat de responsabilité parentale» (CRP) créé dans les Alpes-Maritimes pour lutter contre l’absentéisme scolaire. Ce dispositif, proposé par le député UMP des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, avait été très critiqué et n’était entré en vigueur que dans son département en janvier dernier.

Le sujet de TF1 cherchait donc à illustrer le fonctionnement de ce contrat dans les Alpes-Maritimes. Les premières images montrent une femme qui se dit «désemparée» de voir son enfant rater les cours: engagée dans un contrat de responsabilité parentale, elle demande conseil à l’Ecole des Parents qui va de pair avec le CRP. Elle explique (avec un sourire en coin): «J'ai un enfant qui ne va plus à l'école, qui commence à sécher et je suis un peu inquiète

Capture d'écran du reportage maintenant supprimé de Dailymotion

Problème: cette femme n’a pas d’enfant, et est surtout attachée de presse au conseil général du département, présidé par... Eric Ciotti, comme l’a révélé le lendemain à France Info Jacques Victor, président du groupe communiste de ce même conseil général.

Après cette révélation pour le moins embarrassante, Eric Ciotti a affirmé ne pas avoir été mis au courant, ajoutant que la fausse mère –travaillant en réalité pour lui– était intervenue «à la demande de TF1». Ce que Jean-Pierre Pernaut dément: il affirme que ce faux témoignage a été réalisé «à la demande des journalistes de NMTV [NDLR: une filiale de Nice Matin] qui assurent la correspondance de TF1 dans la région», comme l’avait déjà annoncé la directrice de l’information de TF1, Catherine Nayl.

L'attachée de presse a présenté sa démission du conseil général samedi. Jean-Pierre Pernaut affirme que TF1 a également «demandé au groupe de presse [NMTV] d’en tirer les conséquences auprès de ses collaborateurs». Le présentateur a ajouté que «c’est la première fois dans l’histoire de nos journaux» que se produit un tel «manquement inadmissible au sérieux, à l’éthique et à la déontologie de l’information». Tout en déclarant que le subterfuge n’était pas décelable par la rédaction de TF1, il a demandé aux téléspectateurs d’«accepter [leurs] excuses».

Les deux journalistes du groupe NMTV ont été mis à pied, rapporte l'AFP ce mardi 28 juin. Frédéric Touraille, directeur général de Nice Matin et gérant de NMTV, a indiqué qu'il les rencontrerait mercredi 6 juillet pour avoir une explication sur leur comportement et qu'ils (lui) donnent les raisons et (lui) précisent les circonstances de ce qui s'est passé.

Correction du 27 juin 2011: La personne ayant prétendu être mère de famille dans le reportage était attachée de presse au conseil général des Alpes Maritimes et non au conseil régional comme cela avait été écrit par erreur.

(Article mis à jour le 28 juin avec la mise à pied des journalistes)

Newsletters

Où en sont les «gilets jaunes» à l'heure du déconfinement?

Où en sont les «gilets jaunes» à l'heure du déconfinement?

Au-delà de la nécessité d'improviser de nouvelles formes de mobilisation, la crise sanitaire a été l'occasion de réfléchir à la suite à donner au mouvement contestataire.

Politique pestacle

Politique pestacle

La France, en manque de confiance, déprime

La France, en manque de confiance, déprime

La défiance vis-à-vis des institutions est un trait structurel de la société française, un trait stable et déjà ancien.

Newsletters