Culture

Ce que le cinéma fait avec Internet

Temps de lecture : 4 min

SLATE, PARTENAIRE DE LA FEMIS - Du 28 au 31 mars, La fémis, la grande école des métiers du cinéma, a organisé un séminaire destiné à tous les élèves de l’école et également ouvert au public, sur le thème «Ce que le cinéma fait avec Internet». Sont intervenues des personnalités représentatives de toutes les facettes de la relation complexe entre cinéma et internet. Nous avons réorganisé en 5 «chapitres» les extraits des huit séances qui ont composé ces rencontres, intégralement filmées par les élèves de l’école.

Si les enregistrements ne montrent guère que des « têtes qui parlent » (celles des intervenants qui se sont succédés à la tribune), ces textes comporteront des liens permettant de visionner certains des éléments auxquels il est fait référence.

Introduction

Le premier chapitre est consacré à des extraits de la présentation générale des enjeux de la relation entre Internet et cinéma par l’organisateur du séminaire, Jean-Michel Frodon, critique cinéma pour Slate:

«Histoire d’amour, combat mortel ou mariage de raison, les relations du cinéma avec internet sont massives et contradictoires, inquiétantes et exaltantes, inévitables. Pour faire des films et pour les montrer, pour les financer, pour les promouvoir et pour en débattre, comme enjeu de scénario et comme forme de récit, le web travaille l’existence du cinéma d’aujourd’hui, travaillera plus encore celui de demain.

Durant quatre jours, créateurs, producteurs, diffuseurs, critiques et spécialistes présenteront à l’ensemble des élèves de l’école un état des lieux et réfléchiront avec eux aux développements possibles, aux choix, aux dangers et aux espoirs qui se dessinent, en France et dans le monde. Apprendre, comprendre, discuter, mais aussi voir et écouter les œuvres nées du Net ou conçues pour lui : ces quatre jours seront également une occasion d’explorer un univers visuel et narratif, d’essayer de discerner ensemble ce qui s’y joue, ce qui s’y annonce.

Cadrages

A partir d'un usage facétieurx mais éclairant d'une photo prise sur le tournage de Bullitt (ci-dessous), Alain Le Diberder, ancien directeur des Nouveaux Programmes à Canal + (à l’époque héroïque), ancien président de la Commission d’aide aux Nouveaux Médias du CNC, auteur de multiples ouvrages de référence sur les nouveaux médias, les jeux vidéo et les industries culturelles, créateur et dirigeant de la société BzzzBzz, actuellement en charge du développement d’une WebTV sur Allo-ciné, met en évidence les points saillants de l’histoire des relations du cinéma avec Internet, souligne le rôle prémonitoire du porno, explicite dangers et avantages de la piraterie en ligne, et montre combien Internet à modifié les relations des spectateurs aux films.

Production

Joël Ronez, responsable du pôle web d’Arte explicite les deux usages d’Internet par le cinéma, versant promotion et versant production.

Claire Leproust, directrice des développements numériques chez CapaTV, présente le webdocumentaire produit pour Médecins du monde.

Guillaume Blanchot, directeur du Multimedia au Centre national du cinéma, explicite l’action des pouvoirs publics pour accompagner la création à destination d’Internet, décrit l’état du paysage industriel et caractérise les nouveaux auteurs.

Mathieu Delozier et Emmanuel Dumont présente leur projet de webfiction «Surveillance» pour Canal+.

Sylvain Bourmeau, responsable de la rubrique culture sur Mediapart (à l’époque de son intervention) souligne la différence d’approche entre projets TV et artistes multimédia.

Scanner (Robin Rimbaud), plasticien sonore, évoque certains de ses usages du Net, et notamment de son site.

L’écrivain François Bon, à l’origine des sites Le Tiers Livre et Publie.Net souligne les effets de la disparition de la maitrise de la typographie par auteurs et éditeurs.

Kaori Kawakita, coréalistrice avec Alain Della Negra notamment de The Cat, the Reverend and the Slave, décrit comment Internet lui a permis de faire le lien entre sa démarche de plasticienne et son désir de documentaire.

Pour découvrir d’autres offres existantes en ligne :

Classement des webfictions les plus regardées sur Dailymotion

Festival en ligne de programmes web

Un usage ingénieux des possibilités d’Internet

De la physique

Des appels à projets créatifs

Les Contes

Les Proverbes

Promotion, distribution, piratage

Présentation de la plateforme VOD FilmoTV par Jean Ollé-Laprune, en soulignant notamment les fonctions d’éditorialisation et de programmation.

Jean-Luc Ormières, producteur et responsable du site VOD Universciné, souligne comment Internet bouleverse l’organisation générale du cinéma en France.

Rodolphe Buet, directeur général adjoint de Studio Canal, montre combien le phénomène affecte en profondeur le cinéma américain, et, en France, transforme la place d’un intervenant majeur comme Canal+.

Juan Paulo Branco décrit les contradictions et la faiblesse de résultat de la loi Hadopi.

Philippe Chantepie, chef du Département des études de la prospective et des statistiques du Ministère de la Culture, explicite l’approche de la théorie économique face aux effets du numériques sur les industries culturelles.

Ted Hope, figure de proue de la production indépendante aux Etats Unis depuis 20 ans, explicite le nouveau rapport entre créateurs et spectateurs permis par Internet (communication par Skype).

Ophélie Wiel, journaliste et enseignante basée à Bombay, décrit les effets d’Internet dans le cinéma indien, comme possible alternative à la domination sans partage de Bollywood. (communication par Skype).

Dennis Lim, responsable du site Moving Image Source du Museum of Moving Image de New York, décrit les effets d’Internet sur la critique aux Etats Unis. (communication par Skype).

Lucie Kalmar et Mathilde Henrot décrivent les avantages pour la diffusion et la promotion du cinéma d’auteur de leur site Festival Scope.

Régine Hatchondo, directrice générale d’Unifrance, explique les enjeux et les premiers effets du festival en ligne Myfrenchfilmfestival.

Relais critiques, festivals. Conclusions.

Présentation de leur site par Jean-Luc Lacuve (Ciné-Club de Caen), Joachim Lepastier (365 jours ouvrables) et Isabelle Regnier (Film Bazar), soit trois usages critiques très différents d’Internet. Eclairage d’I.Regnier sur la contribution d’Internet au cinéma militant.

Présentation par sa responsable, Vinca Van Eecke, du site du Festival de Cannes.

Présentation par Jérôme Paillard de l’utilisation d’Internet par le Marché du Film de Cannes, notamment via la plateforme Cinando.

Commentaire sur l’effet d’Internet sur la critique par JM Frodon

Conclusions (temporaires) par Raoul Peck, cinéaste et président de La fémis, et Jean-Michel Frodon.

Remerciement à tous les participants (y compris à ceux qui ne figurent pas dans ce montage final), à la coordinatrice de l’ensemble des opérations Laurence Berreur et à Jérôme Pocholle pour l’assistance technique.

Newsletters

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

Écriture inclusive: le retour du «péril mortel»?

[TRIBUNE] Les signataires de la tribune de Marianne grondent contre l'impertinence de celles et ceux qui osent se réapproprier leur langue, au lieu de participer à un mouvement qui ne s'arrêtera plus.

Freeze Corleone ou la petite mafia de l'antisémitisme

Freeze Corleone ou la petite mafia de l'antisémitisme

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je me contrefous de savoir si Freeze Corleone est un rappeur de génie ou un charlatan de chanteur.

Comment les séries en costumes sont devenues cool

Comment les séries en costumes sont devenues cool

Cette semaine dans Peak TV, on dépoussière les séries en costumes, de The Crown à Orgueil et préjugés en passant par Downton Abbey. Jusqu'à récemment, ces séries étaient formellement très classiques, et avaient même tendance à sentir un peu le...

Newsletters