Culture

S.O.S Bill Murray

Temps de lecture : 2 min

Un discours du pince-sans-rire Bill Murray aux Scream Awards –qui récompensent les films fantastiques, d'horreur et de science-fiction–, cela nous aurait suffi. Mais Bill Murray, qui acceptait le prix de meilleur film d'horreur pour Bienvenue à Zombieland, et le prix du meilleur caméo pour son apparition dans le film, a donné son discours dans son costume de S.O.S Fantômes, sur fond de générique emblématique. «Je suis désolé, je ne cherche à rien dire en portant cette tenue», a-t-il tout de suite dit –détruisant l'espoir de nombreux fans du film qui ne cessent d'espérer une suite–, «c'était juste la seule chose de propre que j'avais».

L'acteur a commencé par remercier «les vivants» (les autres acteurs de Bienvenue à Zombieland, le réalisateur), avant de rapidement passer aux «morts-vivants, les gens spéciaux, ceux qui sont morts, qui, techniquement, ne sont plus parmi nous, brûlés ou enterrés, mais qui continuent de vivre» (comme John Belushi ou Rodney Dangerfield), et de finir par remercier le public.

Même si un S.O.S Fantômes 3 n'en est qu'au stade des rumeurs, le film mythique est toujours aussi vivant. En mai dernier, le groupe d'improvisation Improv Everywhere a recréé la première scène de S.O.S Fantômes dans la salle de lecture de la bibliothèque de New York :

En savoir plus:

Newsletters

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

«Les Envoûtés» au risque des fantômes de l'amour

À la fois élégiaque et violent, le nouveau film de Pascal Bonitzer flirte avec le fantastique pour mieux raconter les vertiges et les angoisses de l'attraction entre deux êtres.

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Quelles histoires trans le cinéma peut-il raconter?

Avec la sortie en salle, le 11 décembre, de «Lola vers la mer» de Laurent Micheli, la question de la représentation des personnes trans à l'écran se pose à nouveau.

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Quand les gays devaient draguer dans les toilettes publiques

Les pouvoirs publics ont longtemps tenté d'endiguer l'homosexualité masculine, ouvrant une longue tradition de rencontres en extérieur, dans les vespasiennes en particulier.

Newsletters