Monde

La santé, thème d’une prochaine exposition universelle?

Bernard Kouchner, mis à jour le 26.11.2013 à 14 h 12

Une tribune de Bernard Kouchner en faveur de la candidature d'Izmir à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020.

Izmir / ValterGouveia.com via FlickrCC License by

Izmir / ValterGouveia.com via FlickrCC License by

Rien n’est plus révélateur des inégalités de ce monde que la comparaison des niveaux de santé. Rien n’est plus insupportable que les différences dans l’accès aux soins. En cette période d’effroi devant les crises multiples, rien ne serait plus simple et plus urgent que d’organiser la face positive de la mondialisation. La ville turque d’Izmir a fait ce choix. Candidate à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020, elle a décidé d’œuvrer à rendre possible l’idéal de «santé pour tous».

Il est temps qu’une Exposition universelle, rendez-vous planétaire et vitrine internationale du savoir et du progrès, se penche sur cette problématique sensible, humaine, compréhensible pour toutes les familles de cette planète. 

Santé pour tous, assurance maladie universelle, un espoir pour les plus pauvres. La santé est un enjeu universel, qui parle de soi-même.

D’immenses progrès restent à faire. Les pays pauvres souffrent toujours de maladies primaires, d’un accès aux soins limité, d’un manque d’information et très souvent d’une privation de nourriture et d’eau potable, entraînant notamment une mortalité infantile et maternelle élevée.

D’après les données de l’OMS, 6,9 millions d’enfants de moins de 5 ans sont morts en 2011, principalement de maladies évitables, et 800 femmes meurent chaque jour à cause de complications liées à la grossesse, principalement dans les régions en développement.

Quant aux pays riches, malgré leurs capacités de recherche et d’innovation et leurs systèmes de soins modernes, ils font également face à des défis majeurs. Confrontés au vieillissement des populations, ils doivent repenser en profondeur leur mode de fonctionnement et leur système de santé et endiguer la spirale infernale de la hausse des dépenses de santé. Ils doivent en outre gérer l’impact sanitaire de leurs nouveaux modes de vie, affronter des maladies nouvelles et la hausse des maladies chroniques comme le diabète.

La santé est un droit fondamental, inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les Objectifs de développement pour le Millénaire définis par l’ONU.

Il est urgent de passer du droit aux prérogatives, des objectifs aux réalisations. Il est urgent de réunir les pays, les institutions internationales, les ONG, les entreprises et les scientifiques autour de la problématique de la santé.

Il est urgent de tirer profit de l’interdépendance croissante du monde, de mutualiser les connaissances, les ressources et les expériences.

Il est urgent de créer une plateforme mondiale de la santé, exposant au grand jour les dernières avancées et créant de nouvelles opportunités de trouver des solutions de santé.

Bref, il est urgent de placer la problématique de la santé au cœur d’une Exposition universelle.

Qui est plus légitime qu’Izmir pour organiser une telle exposition? La culture de la santé est ancrée dans son histoire. Ville thermale, berceau de la médecine et de la pharmacie dont les pères respectifs, Hippocrate et Galien, en ont été d’illustres habitants, Izmir est également la ville qui a abrité le premier hôpital psychiatrique du monde. La santé et le bien-être de ses habitants ont toujours été au cœur de ses préoccupations. Au fil du temps, Izmir a su rester une référence en matière de santé, encourageant la recherche, s’appuyant sur des centres de santé très modernes et favorisant l’accès aux soins pour tous. Mais surtout, son exigence en matière de qualité de vie a traversé les âges. A Izmir, on croit aux vertus du sport et à la nourriture saine et on les encourage. A Izmir, on veille à la qualité de l’environnement. Aujourd’hui, la ville détient l’espérance de vie la plus élevée de Turquie. A l’heure où le lien entre santé et mode de vie n’a jamais paru aussi évident, Izmir fait figure d’exemple.

Qui est mieux placé que la Turquie pour porter ce projet de santé? Le pays a fait de la santé l’une de ses priorités, mettant au point un modèle d’accès aux soins juste, de qualité et durable, qui a fait ses preuves: ces dix dernières années, l’accès aux soins est passé de 60% à 97% dans le pays. Choisir la Turquie, plateforme de paix au milieu des tourmentes du Moyen-Orient, serait aussi, une option géopolitique d’avenir.

Coopération internationale, mise en commun des connaissances et des expériences, soutien à la recherche et à l’innovation, accès aux soins de qualité, sensibilisation et éducation des populations, promotion d’un mode de vie plus sain... A malades sans frontières, santé pour tous. Soutenons la candidature d’Izmir 2020.

Bernard Kouchner

Bernard Kouchner
Bernard Kouchner (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte