France

Le débat politique télévisé, un antidote à la psychose ambiante?

Gaël Villeneuve, mis à jour le 25.11.2013 à 14 h 20

Notre lien social tirerait profit de débats plus nombreux, mieux mis en valeur et moins empesés sur les grandes chaînes de télévision.

François Hollande à Des paroles et des actes, le 11 avril 2012. REUTERS/Thomas Samson/Pool.

François Hollande à Des paroles et des actes, le 11 avril 2012. REUTERS/Thomas Samson/Pool.

Le corps politique français vivrait-il en ce moment une période de psychose? Probablement. La psychose, rappelons-le, c’est cette folie au cours de laquelle les pulsions, les souffrances sont impossibles à formuler en mots. Dès lors, les mots laissent place aux actes et à la violence.

 Aujourd’hui, force nous est de constater que la question sociale est bien trop peu symbolisée. On détruit des édifices, on bloque les routes, on tire sur les médias, on s’en prend aux symboles, aux représentants, on formule des discours racistes… dont les mots traduisent moins la colère que l’impossibilité bête de la formuler.

Et nos concitoyens, interrogés par les sondeurs, promettent pour beaucoup de voter aux extrêmes. Pour des personnalités autoritaires, bien décidées à régner en silence!

D’où vient ce déficit de parole politique, ce manque de «coups de gueule» salutaires qui pourraient nous éviter bien des coups de poings? Paradoxe: alors que la France n’a jamais disposé d’autant de médias pour débattre en tout pluralisme, nos concitoyens y ont rarement aussi peu investi leur colère. Comment les médias peuvent-ils s’imposer à nouveau en catalyseurs de nos passions?

Recueillir la symbolisation de nos problèmes

Les débats politiques à la télévision ont un rôle éminent à jouer dans ce domaine. Plus remuantes que les monologues des invités du 20 heures, moins précises, quoique plus ouvertes, que les interviews politiques, ces émissions accueillent des paroles contradictoires sur les problèmes d’actualité. En ce sens, elles constituent une «autre scène» de la vie politique.

Ce concept freudien, qui désigne les moments —comme le rêve, par exemple— où le sujet symbolise le réel, résume particulièrement bien la formule du débat. Qui, regardant un échange lors de ces émissions, ne s’est jamais surpris à se dire: «On croit rêver»?

Le débat politique à la télévision partage bien avec d’autres scènes, comme l’Assemblée Nationale par exemple, ce privilège ambigu de recueillir la symbolisation de nos problèmes, de nos impossibilités, de nos aspirations en tant que peuple. Comme elle, il accueille aussi bien les candidats à la fonction suprême que les acteurs de passage, les valeurs de la gauche comme celles de la droite. Plus qu’elle, il agit sous les feux des regards.

En témoignent les scores d’audience des émissions françaises: près de 5 millions de téléspectateurs en 2011 pour le débat des primaires socialistes, près de 18 millions l’année suivante pour le débat entre les finalistes de la présidentielle —soit à peu près le score obtenu par le match France-Ukraine de cette semaine, autre temps fort du feuilleton national!

Ces chiffres-là sont certes exceptionnels, car corrélés à l’excitation politique des élections présidentielles. Mais tout de même: si l’excitation retombe bel et bien hors élection, l’intérêt se maintient tout de même. L’émission Des Paroles et Des Actes attire entre 2 et 3 millions de téléspectateurs en prime time face aux divertissements des autres chaînes. Quant au plus confidentiel Mots Croisés, il maintient autour du poste environ 1 million de téléspectateurs éveillés tard un jour de semaine.

Une «autre scène» devenue bien rare

Les Français s’intéressent à la parole politique. Ils vont la chercher là où elle se trouve. Même quand elle est rare, même diffusée tard.

Car elle est devenue bien rare, cette «autre scène» politique. La plupart de ces émissions ont été supprimées au cours des années 1990, d’autres ont été reléguées en seconde —voire en troisième— partie de soirée, sous la pression d’une audience qui s’impose aux chaînes publiques comme privées.

La plupart des élus préfèrent fréquenter les émissions de divertissement, ou talk-shows, où on leur réserve un accueil apolitique et confortable.

Pour le reste, on trouve encore quelques débats sur les chaînes du câble, sur les médias d’information en continu: des formats courts, très polémiques, structurés sur des réparties rapides. Utiles et souvent plaisants, vite réalisés, vite consommés, ils laissent entendre ce que pourrait être le renouveau du débat télévisé en prime time sur les grandes chaînes, au service des réflexions et des colères françaises. Car il faudrait plus de débat sur les trois premières chaînes!

L’audiovisuel historique, et son versant public en particulier, est supposé servir l’intérêt général, en contrepartie des moyens formidable de diffusion qui lui sont attribués par la puissance publique[1]. L’actuel ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg s’était engagé en 2010 à obtenir de TF1 des efforts sur la diffusion d’émissions politiques à la télévision. Et si c’était le moment de s’en souvenir?

Rappelons que l’enquête Mediapolis, coordonnée par le Cevipof et l’Institut français de presse, nous a appris que la télévision restait la fenêtre principale par laquelle la politique entre dans les foyers. Face à l’impressionnante ascension d’Internet et de la presse gratuite, malgré les doutes et les critiques envers ses journalistes, les téléspectateurs y trouvent encore leur compte.

Eviter le syndrome de Versailles

Ce service public du débat politique, s’il devait exister, devrait éviter cette erreur bien française: s’organiser régulièrement autour d’un personnage illustre, dont les autres participants semblent être les invités… Ce syndrome de Versailles, dérive télévisuelle de notre monarchie républicaine, a pour conséquence de faire primer l’image sur la parole. On constitue le spectacle politique à grands frais, on y impose décorum et grande solennité. Conséquence? On n’y invite plus que des hauts personnages, ce qui rétrécit d’autant le cercle potentiel des porteurs de parole.

Disons-le: on ne doute pas ici du sérieux des contradicteurs, on ne sous-estime pas le potentiel ludique des incrustations de tweets de téléspectateurs. On regrette simplement que le théâtre politique français empèse à ce point ses chemises… regardons chez nos voisins, qui ne s’embarrassent pas de ces détails! Les émissions Question Time, de la BBC anglaise, ou le débat Maybrit Illner, sur la ZDF allemande, sont diffusées plus tôt, plus régulièrement et sans tout ce décorum. On voit la perche à l’image, on entend le bruit de fond, un député bégaye et cherche ses mots, et alors? Il suffit de remarquer que ces émissions offrent —avec leurs défauts— la parole à un panel important d’invités, qui se fâchent et s’interpellent publiquement. Comme partout, ces lieux bruissent du vent mauvais de la xénophobie ambiante. Eux disposent en revanche de plus de temps pour mettre des mots sur ces problèmes.

Une question pour finir: aucun responsable des trois grandes premières chaînes ne s’est-il aperçu qu’un rendez-vous politisé pourrait prévenir, à long terme, la baisse tendancielle de son audience? Face aux milliers de canaux de divertissements qui s’offrent à son public, la télévision ne parviendra à rien en rivalisant de distraction.

Par contre, elle peut jouer la carte de l’institution: face à ses concurrents éparpillés dans leurs niches, elle rassemble. Elle fédère, autour d’une offre citoyenne exclusive.

Dans cette période de morcellement social, loin des réseaux sociaux qui rassemble ceux qui se ressemblent, la télévision gagne à se présenter comme un lien qui connecte sans discrimination les millions de téléspectateurs français. Ainsi, pour que la psychose politique ambiante cesse de marquer des points, libérons la parole! En commençant par la télévision.

Gaël Villeneuve

[1] Contrairement à une croyance répandue, les conditions arrêtées par l’Etat à la privatisation de TF1 n’ont jamais constitué un chèque en blanc au concessionnaire: le décret n°87-43 du 30 janvier 1987 fixant le cahier des charges imposé au cessionnaire de TF1 impliquait en particulier, en son annexe 10, que la chaîne privatisée est supposé programmer et faire diffuser «régulièrement des magazines d'information politique». Revenir à l'article

Gaël Villeneuve
Gaël Villeneuve (6 articles)
Docteur en sciences politiques
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte