France

Le FN est un parti d’extrême droite... qui élimine la gauche au premier tour des élections

Laurent Bouvet, mis à jour le 07.10.2013 à 18 h 07

Au PS, on sait se rassurer: à Brignoles, comme à Villeneuve-sur-Lot ou dans les deux circonscriptions des Français de l’étranger, le cas est à chaque fois particulier...

Marine Le Pen, 25 juin 2013. REUTERS/Philippe Wojazer

Marine Le Pen, 25 juin 2013. REUTERS/Philippe Wojazer

Ce texte a été initialement publié sur le blog de Laurent Bouvet

Le Parti socialiste possède un sens infaillible du timing. Une grande réunion publique, regroupant dirigeants, ministres et experts, était en effet organisée samedi 5 octobre au gymnase Japy à Paris sur le thème «La République face aux extrémismes» alors même que le débat médiatique relancé par Marine Le Pen quelques jours plus tôt sur le fait de savoir si le Front national est un «parti d’extrême droite» battait son plein.

Et ce, tout juste un jour avant le premier tour de la cantonale partielle de Brignoles, qui a vu l’élimination de la gauche du second tour et le FN qualifié face à l’UMP avec 40% des voix.

Les différents orateurs du meeting de Japy ont d’ailleurs tous constaté, prenant leur courage à deux mains, que le FN était bel et bien un parti d’extrême droite. Et le PS pour appuyer ce constat a même édité des badges –oui, des badges!– rappelant la chose aux quelques citoyens inattentifs auxquels ça avait échappé.

Signe s’il en est qu’il s’agit de mobiliser le parti en vue du désormais incontournable «combat culturel» contre le FN… Rien d’étonnant à cela, rétorqueront les observateurs les plus aigus de la vie socialiste puisque c’est Harlem Désir lui-même, spécialiste ès-qualité de cette mobilisation contre le FN depuis trente ans, qui est aujourd’hui le premier secrétaire du PS.

Evidemment pour Brignoles, la mobilisation générale ayant été décrétée le samedi après-midi dans le XIe arrondissement de Paris, elle n’a pas pu produire ses effets dès le dimanche dans le Var –même avec l’aide des «moyens 2.0» du «combat culturel». Les badges ne sont visiblement pas parvenus à temps aux militants socialistes qui faisaient campagne sur place pour le candidat communiste qu’ils soutenaient.

Heureusement, au PS, on sait se rassurer: à Brignoles, comme à Villeneuve-sur-Lot ou dans les deux circonscriptions des Français de l’étranger qui étaient détenues par la gauche et qui ont connu des législatives partielles ces derniers mois, le cas est à chaque fois particulier. Aucune généralisation possible, aucune responsabilité collective.

Lors des prochains scrutins, les cas particuliers seront très nombreux…

Malheureusement, ce refus de regarder en face les résultats se fracassera dans quelques mois sur le mur de la réalité électorale. En mars prochain lors des municipales, puis en juin aux Européennes et en 2015 lors des élections départementales et régionales, ces cas si particuliers dont on nous explique rue de Solferino qu’il ne faut pas en tirer de leçons d’ensemble, seront si nombreux qu’il sera impossible alors de dresser la liste des fauteurs de défaite comme on se plaît généralement à le faire.

L’entêtement des électeurs à se détourner des candidats de gauche se donnera alors pour ce qu’il est: massif et profond. Le FN gagnera cette fois directement malgré les triangulaires, les appels au «front républicain» et… la distribution de badges du PS.

Il sera temps alors, pour l’innombrable cohorte de spécialistes du combat trentenaire contre le FN que comptent le PS et la gauche, de nous expliquer comment ils en sont arrivés là, comment ce combat d’une vie politique, la leur, a pu échouer aussi lourdement, à hauteur de leur cynisme et de leur inconsistance.

Bien sûr, ils feront à nouveau tourner leurs vieux moulins à prière pour expliquer que le FN est d’extrême droite, que ce sont la droite et les médias qui sont responsables. Ils accuseront aussi, une fois de plus, le peuple d’avoir mal voté ou de n’avoir pas voté pour eux. Leurs journaux se couvriront d’éditoriaux à coup de «No pasarán» et autres «Enclos» pour dire leur impuissant aveuglement en même temps que leur haine des électeurs fautifs. Ils cloueront à nouveau au pilori ceux qui auront osé leur tenir tête. Comme d’habitude.

Mais cette fois ceux-là seront vaincus, clairement, nettement et espérons-le définitivement, leur défaite électorale révélant enfin leur défaite politique de longue date. Une autre histoire pourra peut-être dès lors commencer.

Laurent Bouvet

Laurent Bouvet
Laurent Bouvet (40 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte