France

Jeunesse, exprime-toi!

Ayons de l'audace!, mis à jour le 12.09.2013 à 21 h 21

Des réformes ambitieuses ont été mises en place depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir, mais il faut aller beaucoup plus loin. Et pour cela, les jeunes disposent d’une expertise et d’une réelle compétence qui doivent servir à la majorité.

Des partisans de François Hollande à la Bastille, le 6 mai 2012. REUTERS/Charles Platiau.

Des partisans de François Hollande à la Bastille, le 6 mai 2012. REUTERS/Charles Platiau.

2013 est une année charnière pour nous autres, jeunes de gauche! Alors que les spécialistes nous décrivent la jeunesse, non plus comme «un simple moment de transition» mais comme «un véritable nouvel âge de la vie» ou «un temps de la vie à part entière», soit un enjeu majeur pour l’avenir de notre nation, le sentiment d’abandon est grand: un quart des jeunes actifs est au chômage et la moitié des étudiants échouent en première année d’université. Jamais sous la Ve République les jeunes électeurs s’étaient aussi peu mobilisés qu’en juin 2012 pour renouveler l’Assemblée nationale!

Et force est de constater qu’il existe une véritable méfiance à l’égard des institutions liées à la politique. Pour autant, la nouvelle génération n’entend pas en déserter la scène! Plutôt que d’affirmer que les jeunes ne se sentent plus concernés par la chose publique, les temps de crise appellent à une meilleure prise en compte de leurs préoccupations.

Le rassemblement que nous portons est issu d’une jeunesse engagée à gauche. Nous avons eu à surmonter un paradoxe. Malgré nous, nous appartenons à la «génération Sarkozy»: nous nous sommes construits contre lui, mais finalement par rapport à lui.

Histoire politique de notre génération

La politique des grandes femmes et des grands hommes, nous ne la connaissions pas, hors des livres et des récits. Avant le 6 mai 2012, l’histoire politique de notre génération se résumait aux sorties xénophobes, aux «magouilles» —Clearstream, Karachi, Bettencourt—, à l’abaissement de la fonction présidentielle, au «bling-bling», au yacht de Bolloré, au Fouquet’s, aux Rolex.

Nous avons connu l’injustice du bouclier fiscal et les réponses simplistes à la délinquance. Nous avons connu la politique du bouc-émissaire, qu’il s’agisse des jeunes de quartiers ou de l’Europe.

C’est pour cette raison que nous avons décidé de créer un véritable dialogue —sincère et sans tabou— entre toutes celles et ceux de la jeune génération qui aspirent à un changement durable dans notre pays! L’ensemble des 42 rédacteurs de l'ouvrage Ayons de l'audace! L'Appel d'une jeunesse vigilante, composé paritairement de femmes et d’hommes, a été associé à la construction de cette œuvre commune, dans le respect de la diversité des opinions de chacun. Loin des idéologies figées et réductrices, nous nous sommes nourris des réflexions de diverses formations politiques, associatives, syndicales et citoyennes.

Une interrogation a guidé notre réflexion: qu’entendons-nous apporter à la dynamique collective au service de l’intérêt général?

Vigilants, exigeants et volontaires

Malgré nos différences, nous avons soutenu —au second tour de l’élection présidentielle— François Hollande: l’espoir, le changement, l’alternative. Nous voulons prendre part à l’Histoire, perpétuer le souffle du 6 mai 2012. Et à nos âges, nous avons plus que jamais le devoir d’être vigilants, exigeants et volontaires!

Vigilants. Notre culture politique —de la tragédie du 21 avril 2002 au sarkozysme finissant—, s’est résumée à une succession de médiocrités, de renoncements et d’abandons. Toutes ces lâchetés, ces tentatives permanentes de diviser les Français, nous répugnent. Certains, encore aujourd’hui, creusent la tombe de notre République. Nous refusons d’assister à son ensevelissement définitif et au bal des fossoyeurs!

Les enjeux qui nous attendent exigent une concertation accrue entre les différentes forces de progrès. Il faut s’organiser collectivement face aux dérives du système financier et ne pas perdre de vue que nous ne pourrons agir efficacement que si nous sommes unis! Ce qui nous rassemble se situe au-delà de nos personnes et de nos intérêts. La gauche a besoin de notre apport constructif et désintéressé, elle doit pouvoir compter sur ce que nous sommes ensemble!

Exigeants. Nous voulions en finir avec le sarkozysme —cette « tentative permanente d’adaptation opportuniste aux réalités » qui, fort heureusement, appartient désormais au passé. Pendant dix longues années, notre génération n’a que trop subi la navrante succession au pouvoir de gouvernements de droite. Aujourd’hui, nous disons à la majorité que le changement est un long chemin à parcourir.

Certes, des réformes ambitieuses ont été mises en place depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir et nous nous en réjouissons: création de 150.000 emplois d’avenir, revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, encadrement des loyers, suppression du bouclier fiscal et de la TVA dite «sociale», remboursement à 100% de l’IVG pour les femmes mineures, adoption de la loi sur le mariage pour tous, etc.

Mais il faut aller beaucoup plus loin! Le droit de vote des étrangers aux élections locales, le non-cumul des mandats —notamment dans le temps—, l’instauration d’un récépissé d’identité lors des contrôles policiers, la mise en place d’un système de taxation sur le revenu mondial pour les évadés fiscaux, la fusion de la CSG et de l’IR, la refonte du Code des marchés publics, l’ouverture d’un débat sur la légalisation du cannabis, etc., sont autant de mesures à mettre impérativement en œuvre! Après de longues années passées dans l’opposition, nous devons créer, ensemble, un véritable élan en vue de l’application de réformes d’envergure.

Nous entendons prouver à l’opinion publique que les jeunes disposent d’une expertise et d’une réelle compétence. Non, la crise économique et sociale actuelle n’est pas une fatalité. Des solutions existent, elles doivent être appliquées sans tarder par le gouvernement! Et nos idées doivent servir de «boîte à outils» à la majorité.

Volontaires. Quelles que furent nos prises de position au cours des récentes campagnes électorales, nous devons œuvrer en faveur de la victoire idéologique durable de la gauche. Face à la dangereuse montée en puissance du populisme d’extrême droite, nous apportons ici notre contribution au combat en faveur du progrès! Notre rôle et notre ambition sont claires aujourd’hui: pousser les militants —quels que soient leurs obédiences, leurs chapelles, leurs modes d’action— à se réunir, à promouvoir collectivement leurs compétences respectives: en d’autres termes, à construire un projet commun.

Nous ne nous occupons pas de la «basse politique», ni de la cuisine partisane. Résolus à investir le terrain des idées, nous alertons:

«Notre parole est précieuse, elle prépare l’avenir, écoutez-nous!»

Occuper une place de premier plan

Nous voulons occuper une place de premier plan dans ce combat idéologique. Le gouvernement et la majorité doivent nous écouter. Si même les revendications des «Pigeons» —bardés de lobbyistes ultra-libéraux— sont prises en compte par les pouvoirs publics, nous nous devons de faire entendre les nôtres.

Alors, que dire? Que faire? Pourquoi?

Les personnalités politiques manquent parfois de liberté. C’est la raison pour laquelle nous décidons d’aller à la rencontre de notre génération. Nous venons devant vous afin de proposer la vision, les valeurs et les propositions d’une génération engagée. Notre parole est sérieuse, crédible et surtout ambitieuse.

Nous ne sommes certes pas les premiers à militer, ni les premiers à faire entendre notre voix: nous pensons à toutes ces forces vives et ces nouveaux militants engagés en faveur du progrès. Mais nous estimons que ceux-ci souffrent de l’absence d’une vision globale pour l’avenir. Nous, nous disons: «Nous savons où nous voulons aller!»

Nous avons vécu, l’an passé, un temps majeur du rythme démocratique français. En cette fin d’année 2013, restons combatifs et déterminés. Parce que les prochains mois ne doivent pas se contenter d’être ceux de la poursuite du changement, ils doivent être ceux de l’avènement d’une nouvelle ère progressiste. Aux actes, citoyens!

Les membres du comité de rédaction de l'ouvrage collectif Ayons de l'audace! L'Appel d'une jeunesse vigilante

Ce texte constitue une version légèrement amendée de l'introduction du livre. Les intertitres sont de la rédaction de Slate.fr.

Ayons de l'audace!
Ayons de l'audace! (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte