Libérez Mitra Kadivar, psychanalyste iranienne!

Hospitalisée de force il y a presque sept semaines, elle fut d’abord attachée sur son lit d’hôpital. On lui administra des neuroleptiques par injections. On pensa un temps aux électrochocs. On renonça...

Depuis sa chambre, dans un hôpital psychiatrique de Téhéran où elle est enfermée, Mitra Kadivar rassemble en France les forces dont elle a besoin pour résister au traitement dont elle est désormais l’objet.

Hospitalisée de force il y a presque sept semaines, elle fut d’abord attachée sur son lit d’hôpital. On lui administra des neuroleptiques par injections. On pensa un temps aux électrochocs. On y renonça. Est-ce parce que, déjà, Jacques-Alain Miller (JAM), alerté par les étudiants de Mitra, veillait au grain depuis Paris? Est-ce parce qu’il avait proposé au psychiatre de Mitra (elle-même docteur en médecine) de lui envoyer, dans la journée, deux psychiatres français, membres, comme elle, de l’Association mondiale de psychanalyse[1] fondée par le même JAM il y a 20 ans? On l’ignore. On sait en revanche que les deux médecins français ne partiront pas, l’Etat français ne pouvant garantir leur sécurité. Et pour cause!

Pourtant, scandalisé par le sort de sa collègue et amie, et de plus en plus inquiet pour elle, voilà JAM qui s’agite depuis sept semaines pour la faire sortir de là. Et Mitra sortira!

Car, en France, Mitra rassemble. Elle rassemble la gauche (Mélenchon, Lang, Weber, Rebsamen) et la droite (Bruni-Sarkozy, Copé, Fillon). Elle rassemble les actrices les plus glamour (Léa Seydoux, Anna Mouglalis, Marina Hands) et les intellectuels les plus engagés (André Glucksmann, Claude Lanzmann, Alexandre Adler), elle rassemble le génie (Alain Françon, Amos Gitaï, Philippe Sollers) et la jeunesse prometteuse (Félix Moati, Elie Wajeman, Anne-Lise Heimburger)… Ceux-là se soucient de son sort. Ils sont émus par cette femme enfermée et bâillonnée.

Tous azimuts, on cosigne la lettre qui sera son sésame. Editeurs, journalistes, producteurs, directeurs (Jean-Paul Enthoven, Olivier Poivre d’Arvor, Laure Adler, Roger-Pol Droit ou encore Fabienne Servan-Schreiber) signent eux aussi pour exiger la libération de Mitra l’effrontée. Tous ceux-là font donc partie des 2.000 premiers signataires de la «Lettre aux psychiatres iraniens» que Jacques-Alain Miller et Bernard-Henri Lévy ont lancée le 7 février.

Mais de qui Kadivar est-il le nom?

Mitra, on l’aura compris, est iranienne. Aujourd’hui, ce n’est déjà pas rien. Mitra est, qui plus est, psychanalyste, analysée et formée à Paris, fondatrice de l’improbable Freudian Association de Téhéran. Elle répand encore les lumières de l’enseignement de Lacan dans le lugubre Iran des Ayatollahs. Tout un programme!

Cette psychanalyste s’est donc vue plongée dans une obscurité forcée. Elle savait qu’être psychanalyste, chef de file d’un mouvement lacanien à Téhéran n’était pas sans risque. La psychanalyse, même cent ans après son invention par Freud, reste chose subversive. Même en France où pourtant Lacan vécut et enseigna, on a quelques exemples récents du rejet dont elle peut faire l’objet. Alors en Iran, imaginez un peu! Il fallait oser se frotter à la doxa chiite du lieu!

A force de s’y frotter, Mitra, s’y est piquée. C’était le risque. Elle le savait et elle l’a pris. Etait-ce là pure folie? Sans doute, oui. Mais de ces folies dont on ne guérit pas à l’HP –et comment ne pas l’apprécier? De ces folies qui enthousiasment, suscitent l’admiration et le respect. De ces folies que l’on appelle aussi audace. Et quels que soient leurs opinions politiques, leurs goûts, leur sex appeal, les signataires de cette lettre (Jean-François, Carla, Amos, Léa, Jack et les autres) ne la dédaignent pas, cette audace.

Anaëlle Lebovits-Quenehen

Pour lire et signer la lettre, aller sur le site mitra2013.com

[1] Fondée, il y a 20 ans, l’AMP est, par le nombre de ses membres, la deuxième internationale de psychanalystes après l’IPA dont Freud est lui-même le fondateur. Retourner à la tribune.

Devenez fan sur , suivez-nous sur
L'AUTEUR
Anaëlle Lebovits-Quenehen Psychanalyste, membre de l’école de la Cause freudienne et de l’Association mondiale de psychanalyse, directrice de publication de la revue Le Diable probablement (Verdier). Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
À la une de Slate »
DÉBATS & IDÉES
Publié le 11/02/2013
Mis à jour le 11/02/2013 à 12h50