Mariage pour tous: outrageons-nous pour l'égalité des droits

Les OUTragés de la République est un collectif rassemblant hétéros et homosexuels. Son objectif: dénoncer «les mensonges et les amalgames» véhiculés par les opposants au projet gouvernemental et lutter contre l'homophobie.

Manifestation pour le mariage pour tous, le 19 janvier 2013 à Strasbourg. REUTERS/Jean-Marc Loos

- Manifestation pour le mariage pour tous, le 19 janvier 2013 à Strasbourg. REUTERS/Jean-Marc Loos -

Comme nous pouvions nous y attendre, la «Manif pour tous» du 13 janvier a été couronnée de succès. Loin de minimiser la participation ou de rentrer dans le jeu de la bataille des chiffres, nous avons choisi d’aller à la rencontre de ces familles pour comprendre ce qui les motivait si puissamment à descendre dans la rue.

Pourquoi ces Français, dont la plupart n’ont pas la culture de la mobilisation, refusent-ils à une partie de la population d'obtenir les mêmes droits qu’eux?

Dans les paroles que nous avons recueillies, outre quelques rares débordements assez classiques, nous avons été sidérés par l’ignorance du contenu du projet de loi et l’immense part de fantasmes sur l’homosexualité que véhiculait leur discours.

Nous avons pris conscience de l'extrême toxicité de la parole des opposants médiatiques et de l'impact néfaste sur les citoyens des mensonges proférés à longueur d'antenne –la preuve en est le léger tassement des sondages d'opinion sur le sujet, depuis le début du débat.

C'est pourquoi nous avons décidé de nous constituer en collectif, nous, citoyens hétéros et homosexuels, pour porter haut et fort la parole de celles et ceux qui ne supportent plus les mensonges et les amalgames, qui sont excédés par la banalisation du discours homophobe et la prévalence de considérations religieuses dans le débat public.

Nous accusons donc les opposants au projet de loi, au premier rang desquels Virginie Tellenne alias Frigide Barjot, Christine Boutin, Jean-François Copé, ainsi que tous les responsables politiques qui se sont engagés contre l'égalité, de mentir éhontément et en connaissance de cause sur les points suivants:

1. Il suffit de substituer au mariage une «alliance civile», qui serait réservée aux stricts couples homosexuels.

MENSONGE. Une «alliance civile» réservée à une partie de la population, à l'exclusion d'une autre, serait inconstitutionnelle car elle instituerait une inégalité de traitement d'une partie des citoyens devant la loi.

Sans compter qu'un contrat réservé aux homosexuels créerait également de facto un fichier de personnes en fonction de leur préférence sexuelle, ce qui en France est strictement interdit.

2. Si les Français sont pour, pourquoi ne pas faire un référendum?

MENSONGE. Le pouvoir constituant a volontairement exclu les questions de droit civil du domaine référendaire pour ne pas instituer une situation qui conduirait l'ensemble des citoyens à s'exprimer sur les droits d'une seule partie d'entre eux.

Quant au référendum dit «d'initiative populaire», créé par le chef de l’État précédent... eh bien les députés de l'ancienne majorité n'en ont tout simplement pas voté la loi organique, qui en permettrait la mise en œuvre.

3. Le terme «père» et «mère» disparaîtront du code civil.

MENSONGE. Ces deux termes resteront inchangés, le terme «parent» (ni 1, ni 2, ni A, ni B) restera utilisé dans les articles où il recouvre les deux conjoint(e)s. Par ailleurs, le code civil est modifié en permanence, et s'adapte à chaque évolution de la société sur laquelle le Parlement a légiféré.

4. Ouvrir l'adoption aux couples homosexuels risque d'assécher (sic.) l'adoption pour les couples hétérosexuels.

MENSONGE. L'ouverture de l'adoption permettra avant tout aux personnes homosexuelles vivant en couple d'adopter l'enfant de leur conjoint et d'avoir donc une reconnaissance de parentalité légale qui est exclue du Pacs.

Cette mesure vise donc principalement à protéger les enfants et à permettre à ces foyers d'être reconnus et couverts par la loi.

Et pour finir par le pire...

5. Nous ne sommes pas homophobes, la preuve nous avons plein d'amis homosexuels.

Ah, la vieille antienne des discours réactionnaires! Virginie Tellenne et Christine Boutin se croient certainement sincères lorsqu'elles assurent qu'elles ne sont pas homophobes.

Mais qu'est-ce que militer pour une société dans laquelle une partie de la population n'a pas les mêmes droits que la majorité? C'est plaider pour une société discriminatoire. Or c'est parce que l'Etat est discriminant que les citoyens se sentent légitimes à discriminer à leur tour. Et c'est parce que la frange la plus intolérante et la plus violente de la société se sent légitime à discriminer qu'elle joint la parole à l'acte, et fait acte de violence à la minorité discriminée.

Refuser l'égalité, refuser le droit aux homosexuels de faire famille, c'est légitimer la violence verbale et physique contre les homosexuels.

Nous accusons donc les opposants au projet de loi sur le mariage et l'adoption pour tous de faire, a minima, le lit des homophobes, et d'être responsables de la hausse des agressions constatées par les associations d'écoute et d'accueil des personnes homosexuelles (le nombre d'appel à SOS Homophobie et au Refuge ont été multipliés par cinq depuis le début du débat).

Nous accusons également le chef de l’Etat et son gouvernement d'avoir bâclé la préparation de ce texte et du débat qui s'ensuit et d'avoir à force d'atermoiements, de reculades et de discours mal maîtrisés (la fameuse «liberté de conscience»...) contribué à renforcer le camp des opposants et abîmé le symbole que constitue l'égalité des citoyens devant la loi.

Nous regrettons enfin que trop peu de personnes LGBT visibles se soient engagées publiquement et nous déplorons la présence dans les rangs des opposants politiques de personnes homosexuelles qui vivent cachées, et qui prennent la parole pour diffuser des messages homophobes.

Tant que cette égalité stricte ne sera pas acquise, nous nous battrons sans relâche, nous exposerons avec la plus grande détermination l'intolérance, la discrimination et l'homophobie, et nous ne laisserons plus cette vision d'arrière-garde réactionnaire envahir le débat public. Tant que l'égalité n'est pas complète, nous resterons les OUTragés de la République.

Les OUTragés de la République

» Tribunes, enquêtes, analyses sur le mariage pour tous: un dossier pour en parler

Devenez fan sur , suivez-nous sur
L'AUTEUR
Les OUTragés de la République Les OUTragés de la République sont un regroupement de citoyennes et de citoyens dont les motivations ne sont ni religieuses, ni politiques. Ils défendent l'égalité totale des droits: mariage, adoption, filiation, PMA. Retrouvez-les sur Facebook Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
À la une de Slate »
DÉBATS & IDÉES
Publié le 24/01/2013
Mis à jour le 24/01/2013 à 10h19