Monde

Au Moyen-Orient, l'automne entre le printemps et l'hiver

Yossi Gal, mis à jour le 22.09.2012 à 19 h 02

Le bilan de deux ans de Printemps arabe par Yossi Gal, ambassadeur d'Israël en France

Lors des manifestations du 13 septembre 2012 au Caire, qui ont conduit à l'attaque contre l'ambassade des Etats-Unis. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Lors des manifestations du 13 septembre 2012 au Caire, qui ont conduit à l'attaque contre l'ambassade des Etats-Unis. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

Près de deux ans sont passés depuis les premières manifestations du printemps arabe. Une courte période certes, mais si intensément vécue, si chargée d'espérances. Qui ne s'est pas enthousiasmé par les manifestations de tant de courage, de conviction et d'audace? Qui aurait pu rester indifférent à cette marée humaine déclamant qu'elle aussi à des droits, dont le droit à la liberté et au bonheur.

Quel bilan peut-on faire de ces deux années? Nombreux évoquaient hier les espoirs immenses d'un avenir souriant pour les peuples du Maghreb et du Moyen-Orient. Aujourd'hui, à une heure où beaucoup de commentateurs parlent d'illusion, d'incertitudes et de doutes, il n'est pas aisé de poser un bilan et peu importe quelle pourrait être la composition du jury, il aurait bien du mal à rendre un verdict avisé.

Il a paru évident que nous nous devions d'encourager le soulèvement des jeunes générations, désespérément en quête de meilleures conditions de vie, de libertés et d'opportunités nouvelles à la faveur de la démocratie naissante. A coté de cela, nous sommes témoins de l'émergence d'autorités prônant des dogmes religieux rigoureux, qui sont souvent en contradiction avec les valeurs d'égalité et de liberté que nous portons.

De notre point de vue, il est bien difficile de dresser un bilan enthousiaste. Au Liban, le leader du Hezbollah continue impunément de menacer Israël d'une nouvelle guerre alors qu'aucun conflit, territorial ou autre n'existe entre Israël et le Liban, entre le peuple israélien et le peuple libanais. Le Hezbollah s'illustre de façon sinistre par les attentats terroristes qu'il a fomentés et qu'il continue de planifier sur le sol européen et ailleurs dans le monde. Il apporte d'ailleurs un soutien sans faille au dirigeant syrien. Nous demandons depuis des années que cette organisation terroriste soit considérée comme telle par l'Union Européenne et répertoriée en ce sens.

Concernant la Syrie, nous saluons les incessants efforts de la France pour mettre un terme au régime de répression d'Assad qui n'hésite pas à assassiner des milliers de citoyens innocents. Il ne fait aucun doute que ce régime a perdu toute légitimité. Certes nous ne sommes hélas pas en mesure de prédire ce qui remplacera le régime actuel et quelles seront ses positions par rapport à Israël mais une chose est certaine: Assad doit s'en aller!

En Egypte, le président Morsi s'est exprimé dans ses récents discours en faveur de la pérennité des accords internationaux signes par l'Egypte. Israël a exprimé son engagement à travailler ensemble avec l'Egypte pour un avenir économique meilleur et accueillera avec enthousiasme toute initiative allant dans le sens du renforcement des relations entre les deux pays et du rapprochement, si vital pour l'avenir de la paix, entre les deux peuples.

Le président Hollande s'est exprimé sur l'avenir du processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Il a clairement réaffirmé son souhait de voir les deux parties revenir à la table des négociations au plus vite et sans conditions préalables. Il s'est également exprimé sur le droit d'Israël à la sécurité et celui des Palestiniens à l'auto-détermination. Nous sommes en total accord avec les convictions qu'il a énoncées.

Malheureusement, à Gaza, le régime terroriste du Hamas, équipé et formé par l'Iran, ne cesse d'œuvrer contre toute forme de tentative d'apaisement, donnant libre court aux activités terroristes à l'origine entre autre des centaines d'obus tirés vers le Sud et le centre d'Israël ces derniers mois, de façon aveugle et dans le but de causer un maximum de pertes en vies humaines. Ces actes de terrorisme portent atteinte à Israël mais également à l'Egypte, soucieux de conserver des frontières sures avec ses voisins.

En ce qui concerne l'Iran, la communauté internationale comprend aujourd'hui clairement qu'un Iran nucléaire représenterait une menace pour la paix mondiale et la stabilité de la région. Nul ne voudrait prendre le risque de voir le Moyen-Orient se livrer à une course à l'armement nucléaire ni se résoudre à ce que des armes nucléaires tombent entre les mains de terroristes. Le risque est bien réel.

C'est vrai, toutes les options sont sur la table, ce qui inclut également l'option diplomatique. Cependant, il doit être clair que le jeu mené par l'Iran ne pourra se poursuivre indéfiniment. L'Iran ne doit en aucun cas devenir une puissance nucléaire. Il en va de la stabilité du monde tout entier. De la même façon, le soutien clair de l'Iran au régime syrien est intolérable.

Israël et la France ont tissé des liens étroits ces dernières années. Des dizaines de milliers de citoyens français vivent en Israël, contribuant au fleurissement de la culture française. Nous nous réjouissons de ces relations d'amitié et de proximité, œuvrant au resserrement des liens dans des domaines variés et nombreux tels les sciences, la culture, l'économie. La coopération dans les domaines de l'innovation, de la recherche et du développent technologique sont essentiels notamment en cette période de crise économique.

Soixante sept cités israéliennes sont jumelées avec des villes françaises. Des centaines de milliers de touristes israéliens viennent chaque année découvrir et redécouvrir le riche patrimoine de l'hexagone.

Nous sommes persuadés que la France, en tant que puissance européenne et mondiale, a un rôle primordial à jouer pour la paix en Afrique du nord, au Liban, en Syrie et en Egypte. Pas uniquement à cause des liens historiques qui l'unissent à cette région, mais à cause de son influence sur le destin du monde.

Israël continuera à investir dans ce dialogue si prolifique avec la France et à renforcer encore davantage les liens entre les peuples français et israélien.

A l'occasion du nouvel an juif, alors que nous priions dans les synagogues de France, j'ai ajouté une prière toute particulière pour la pérennité des relations entre nos pays et nos peuples. Que vive l'amitié franco-israélienne!

Yossi Gal, ambassadeur d'Israël en France

Yossi Gal
Yossi Gal (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte