Monde

Pour que la Hongrie arrête de réhabiliter les écrivains pronazis et antisémites

Union des étudiants juifs de France, mis à jour le 18.07.2012 à 11 h 42

L'Union des étudiants juifs de France s'allie avec les organisations hongroises pour dénoncer le culte voué à József Nyírö, István Sinka, Dezsö Szabó et Albert Wass.

La cérémonie d'hommage à József Nyírö, le 27 mai 2012 en Hongrie. REUTERS/Bogdan Cristel

La cérémonie d'hommage à József Nyírö, le 27 mai 2012 en Hongrie. REUTERS/Bogdan Cristel

Laszlo Csatary, 97 ans, a été retrouvé en Hongrie par des reporters du tabloïd britannique The Sun, grâce à des informations du Centre Simon-Wiesenthal. Néanmoins, le criminel de guerre nazi le plus recherché n'a pu être arrêté que le 18 juillet (il avait fui après la publication de l'article du Sun, le 15 juillet). Cet événement intervient dans un climat particulier. La Hongrie s’est récemment engagée dans une spirale nationaliste en réhabilitant des écrivains pronazis et antisémites.

L'UEJF signe et soutient une déclaration commune des alliances et organisations juives en Hongrie contre le culte des auteurs qui ont répandu la haine et l’antisémitisme. La voici:

Les signataires, représentants d’organisations juives, sont choqués par le fait que quatre auteurs connus pour leurs claires opinions antisémites soient inclus dans le programme scolaire hongrois. Jozsef Nyiro (1889-1953) était un partisan du terrifiant Parti des Croix fléchées (Parti national-socialiste dirigé par Ferenc Szálasi qui a dirigé le gouvernement hongrois dit «Gouvernement d’unité nationale» du 15 octobre 1944 au 28 mars 1945), dont le coup d'Etat a entraîné la mort de centaines de milliers de personnes. Il a continué son engagement dans le gouvernement des Croix fléchées et a soutenu Ferenc Szálasi (1897-1946) jusqu'à la toute dernière minute. Il a même utilisé son talent à Sopron (ville hongroise à la frontière avec l'Autriche) pour soutenir les hordes d’assassins dirigées par Szálasi, qui ont amené d'immenses souffrances au pays.

Nous trouvons inacceptable que le Parlement hongrois soit directement impliqué dans les accords de réhabilitation des partisans de ces meurtriers et ce faisant, tente de les faire idolâtrer par la nation hongroise (une commémoration a eu lieu en hommage à l'écrivain József Nyiro, à laquelle a assisté le Président de l'Assemblée nationale hongroise Kover László qui était lui-même un membre de l’organisation nazie et fasciste Croix fléchées, au parlement hongrois pendant la Seconde Guerre mondiale).

István Sinka (1987-1969), dont l’œuvre est particulièrement dure, et dont une partie des poèmes étaient antisémites exacerba l’antisémitisme en Hongrie contre les populations persécutées.

Dans les écrits de Dezsö Szabó (1879-1945), de nouvelles accusations contre les juifs réapparaissent. Son travail a grandement contribué à installer l’antisémitisme dans l’opinion publique et a facilité l’installation de lois antisémites en Hongrie.

Enfin Albert Wass (1908-1998) revendiquait fièrement son antisémitisme. Il a été condamné pour crime de guerre, sentence toujours en vigueur aujourd'hui.

Il est d’autant plus choquant qu'Imre Kertész, né en 1929 et rescapé des camps de concentration, seul Hongrois qui ait gagné un prix Nobel de littérature n'est pas inclus dans le programme scolaire hongrois traitant de la littérature hongroise, mais dans une section distincte dite des «prix littéraires». Cette distinction le pose ostensiblement hors de l’histoire de la littérature hongroise.

Nous appelons le gouvernement hongrois à reconsidérer immédiatement ces ajouts aux programmes scolaire, ainsi qu’à retirer les travaux de József Nyiro, István Sinka, Dezsö Szabó et Albert Wass, ces personnes ayant été des promoteurs du fléau de la haine et de l'antisémitisme, qui continue  aujourd’hui encore à faire effet.

Signataires:
 
Fondation «Marche des Vivants» (March of the Living Foundation)
 
B'nai B'rith de Budapest
 
Association culturelle juive hongroise (Hungarian Jewish Cultural Association)
 
Alliance sioniste de Hongrie (Zionist Alliance in Hungary)
 
Fédération des communautés juives en Hongrie (Federation of Jewish Communities in Hungary)
 
Comité des victimes des persécutions nazies (Committee for People Under Nazi Persecution)
 
Union européenne des étudiants juifs (European Union of Jewish Students - EUJS)
 
Union des étudiants juifs de France (UEJF)

(Tribune mise à jour avec l'arrestation de Laszlo Csatary)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte