France

La valeur attend parfois le nombre des années

Muriel Boulmier, mis à jour le 16.07.2012 à 15 h 37

Un quart des enfants nés en ce début de siècle doivent se préparer à devenir centenaires. Autant s'y accoutumer.

Rita Levi-Montalcini, en 2009 au Sénat italien. REUTERS/Max Rossi

Rita Levi-Montalcini, en 2009 au Sénat italien. REUTERS/Max Rossi

Je voudrais vous parler d’un club très fermé, qui s’ouvre peu à peu à notre société, mais ne compte encore que 16.000 membres en France. Etrangement, la moitié d’entre eux vivent chez eux, parfois dans l’anonymat le plus complet.

On peut les croiser, quotidiennement, sans savoir qu’ils «en sont», allant acheter une baguette de pain, se promenant dans la rue, dans un musée, au théâtre; moins fréquemment dans des stages de saut à l’élastique, mais pourquoi pas dans un cours d’aquagym ou de relaxation. Vous l’aurez compris, je veux vous entretenir ici des centenaires, une famille qui ne va cesser de s’agrandir au fil des ans.

Ce club est tenu par un bureau, plus sélect encore, dont l’accès est exclusivement réservé aux membres de plus de 110 ans: 70 spécimens –pas un de plus– nés avant 1902.

L’une des membres du bureau a défrayé la chronique mondiale voilà quelques années. Icône des actes de naissance, elle vécut 122 années, se prénommait Jeanne, a tapé du poing sur la table des viagers et en a fait remonter la grille à 120 ans. Une autre a été doyenne d’Europe pendant quelques jours en juin dernier et voilà que Paule Bronzini a fêté ses 112 ans le 7 juillet. C’est notre doyenne. Coquette, entourée, assumant sa notoriété, elle affirme joliment, et sa famille le répète à l’envi, que le Bon Dieu l’a oubliée. Veuve depuis 47 ans, elle reçoit la visite régulière de son fils aîné 92 ans et celle de sa fille de 76 ans.

Autant s’accoutumer à cette singularité, puisqu’un quart des enfants nés en ce début de siècle doivent se préparer à devenir centenaires.

J’aime à imaginer la multiplication de ces images élégantes comme Rita Levi-Montalcini, neurologue, prix Nobel de médecine en 1986, qui, du haut de ses 103 ans, vient s’acoquiner avec Karl Lagerfeld pour le défilé de mode Fendi Printemps/été 2012 qui lui rend hommage.

Un club très féminin

J’aime à imaginer le désarroi du zoo autrichien qui ne sait pas comment réconcilier Bibi et Poldi, un couple de tortues géantes, qui après 115 ans de vie commune, ne se supportent plus.

J’aime à imaginer comment la rigueur de la science, sa capacité de tout savoir sur tout dans l’instant de notre siècle, a dû faire une place au métier de chasseur de doyens. Comment connaître l’identité des membres du bureau des supercentenaires? Il existe bien une liste partagée entre l’Insee et la sécurité sociale: son secret se dévoile avec parcimonie, tous les deux ans en communiquant la liste des personnes disparues après 105 ans.

Hors de nos frontières, le podium de la longévité accueille une Américaine de 115 ans et deux Japonaises de 114. Laissons opérer l’exotisme indonésien qui nous présente une doyenne de l’humanité de 157 ans, mère adoptive d’une jeunette de 108 ans. Plus besoin de Blanche Neige pour arrêter le temps!

J’aime à imaginer les projets d’avenir formulés par les jeunes seniors de 70 ans, portés par l’élan d’une espérance de vie qui leur ouvre presqu’encore vingt ans de tribulations.

J’aime à imaginer qu’au lieu de s’impatienter derrière un déambulateur qui n’avance pas, d’aucuns rêvent d’adhérer un jour à ce club très fermé des super centenaires, très féminin, dont l’accès est simplement réservé à la fortune des ans.

Muriel Boulmier

Muriel Boulmier
Muriel Boulmier (4 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte