France / Politique

Nina Hagen: contre les centrales et pour l'amour

Temps de lecture : 2 min

Des artistes et intellectuels étrangers sont venus vous parler de la France.

La danseuse Julie Romeuf lors d'une performance contre le nucléaire, le 11 mars 2012, devant la centrale de Cruas en Ardèche. REUTERS/Robert Pratta.
La danseuse Julie Romeuf lors d'une performance contre le nucléaire, le 11 mars 2012, devant la centrale de Cruas en Ardèche. REUTERS/Robert Pratta.

«Je suis venu vous parler de la France»: c'est la façon dont François Hollande a entamé son discours du Bourget, le 22 janvier dernier. Le 19 février suivant, Nicolas Sarkozy employait exactement la même formule.

Slate a demandé à des artistes et intellectuels étrangers de venir, eux aussi, nous parler de la France, en répondant à une question: «Qu'est-ce que la France pour vous aujourd'hui?» Voici la réponse de la chanteuse allemande Nina Hagen.

***

Salut! J'aime beaucoup la France, mais je déteste les centrales nucléaires françaises, c'est bien évidement aussi le cas pour l'Allemagne.

J'aime l'Allemagne, mais l'industrie nucléaire me désole.

En ce qui concerne Sarkozy, je trouve triste ça qu'il ait interdit aux femmes musulmanes de porter la burqa en France.

De mon point de vue, ce genre d'interdictions sont des atteintes à la liberté de religion, des mises sous tutelle.

C'est le genre de choses que je ne trouve pas bien du tout...

À part ça, si la France est encore le pays de la liberté, de Molière et de la culture...

Je pourrai seulement le dire quand j'aurai à nouveau l'occasion de passer à nouveau plus de temps chez vous en France,

et, espérons, de planter à nouveau mes tentes à Paris…

ce que j'aimerais beaucoup faire...

dès que je serai à nouveau en bonne santé...

Parce que je suis malheureusement encore en arrêt de travail et je suis follement impatiente d'être enfin complètement guérie et de pouvoir foncer en France.

Paris me manque énormément et je me réjouis déjà comme un petit enfant de mon retour dans ma France chérie!

1.000.000 grands bisous!

Vive l'amour! Vive la France!

Votre Nina Hagen

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters