PresidentielleFrance

Le rassemblement des progressistes doit se poursuivre autour de François Hollande

Antonio Duarte, mis à jour le 28.10.2011 à 14 h 58

Une tribune d'Antonio Duarte, président du club DSK.

François Hollande, officiellement investi comme candidat à l'élection présidentielle, le 22 octobre 2011. REUTERS/Regis Duvignau

François Hollande, officiellement investi comme candidat à l'élection présidentielle, le 22 octobre 2011. REUTERS/Regis Duvignau

François Hollande vient d'être investi comme le représentant de la gauche à l'issue de primaires citoyennes qui ont mobilisé plus de trois millions de citoyens. Sa désignation démocratique a permis de régler à la fois les arbitrages idéologiques du projet socialiste et lui donnera toute la force et la légitimité qui sera nécessaire!

La France que nous laissera Nicolas Sarkozy en héritage sera un pays au bord du gouffre, miné par le chômage et la précarité, avec une dette publique abyssale qui plombe l'avenir de la jeunesse, une croissance et une compétitivité en berne, des injustices fiscales et sociales intolérables.

Si j'ai la conviction que la flamme renaîtra de ses cendres pour éclairer notre chemin, il est temps aujourd'hui de poursuivre le rassemblement des socialistes, démocrates, écologistes et républicains qui partagent cette nécessité autour d'un projet progressiste qui défende à la fois le souci de la vérité, le cCourage de la réforme et la nécessité d'une plus grande justice sociale!

Il est nécessaire de porter un message de vérité aux Français sur la crise économique, financière que la France traverse et dont elle a du mal à sortir à défaut d'un langage de vérité qui permet de comprendre l'effort collectif qui sera nécessaire.

Avec une forte augmentation de la dette publique qui représente 85% du PIB, un déficit du commerce extérieur record, un chômage élevé, une réforme des retraites injuste, la France ne peut plus masquer la réalité, elle doit l'affronter. Avec un taux d'épargne parmi les plus élevé du monde, les Français sont conscients de cette réalité et attendent des politiques courageuses.

Cette situation menace la notation de la France qui risque d'être dégradée, au risque d'augmenter encore le poids de la dette avec des intérêts plus élevés, dont les plus faibles feront les frais et les classes moyennes paieront la facture.

La gauche responsable, celle de Lionel Jospin et de Dominique Strauss-Kahn, a montré que l'on pouvait maîtriser la dette et réduire l'endettement public tout en privilégiant l'équité pour protéger les plus faibles.

Cela nécessitera un effort partagé, en particulier par les plus riches qui sont prêts à accepter une part de l'effort national.

Alors que les inéquités fiscales sont devenues monnaie courante, il est temps de mener une grande réforme de notre fiscalité pour diminuer le poids des charges sociales sur les salaires, pour taxer davantage les marchandises produites et importées sans protection sociale et environnementale, pour faciliter la croissance des PME qui investissent.

L'effort sera consenti s'il est juste et équitable. Il est également indispensable de remettre au premier plan notre investissement dans l'éducation pour mieux former notre jeunesse pour être plus innovants et créatifs dans un contexte de mondialisation avec la montée des pays émergents.

Il est temps d'avoir le courage de mener des réformes difficiles pour remettre au premier plan nos valeurs républicaines. Alors que la question des banlieues est négligée de longue date avec des politiques cosmétiques pour cacher la misère urbaine concentrée dans des ghettos qui cumulent toutes les inégalités territoriales. Alors que la loi SRU n'est toujours pas appliquée pour répartir plus équitablement les logements sociaux, permettre l'intégration éducative, culturelle et économique des populations défavorisées. Alors que la première métropole d'Europe n'est toujours pas dotée d'une intercommunalité à l'échelle du Grand Paris pour mettre en oeuvre des politiques urbaines communes, laissant les populations subir les incohérences du mille feuille territorial. Alors que les Français subissent durement la crise du logement due à une pénurie foncière délibérément entretenue par un conservatisme local et accrue par la croissance démographique de la population française. Le développement ne peut être durable que s'il est soutenable pour les habitants sur le plan social et écologique pour nos territoires.

L'écologie doit être intégrée à nos modes de production et à nos politiques publiques. Un changement de paradigme est nécessaire pour adapter nos modèles en respectant notre environnement et améliorer le bien-être de nos sociétés.

Après la déception du Grenelle de l'environnement, la question énergétique doit être au cœur du changement avec un rééquilibrage de notre mix énergétique. La baisse de la part nucléaire en France à l'ère post-Fukushima et l'augmentation des énergies renouvelables sont devenues nécessaires. L'engagement très fort de baisser d'un tiers la part du nucléaire à l'horizon 2050 est une révolution verte dont on doit mesurer l'ampleur et qui nécessitera des adaptations de notre tissu industriel et économique. Ce changement est une nécessité absolue pour protéger le bien commun de l'humanité.

Alors que l'Europe traverse une crise sans précédent et que nos politiques ne prennent pas les mesures nécessaires pour renforcer l'harmonisation fiscale et budgétaire, il est nécessaire de donner un nouvel élan à la construction européenne. L'Europe représente un atout considérable pour protéger notre modèle de civilisation à l'heure de la mondialisation. La France doit être moteur d'une nouvelle vision de l'Europe, plus protectrice, plus écologique, plus solidaire.

Ces réformes ne seront justes que si elles intègrent l'équité et la justice sociale sans laquelle le changement n'est pas acceptable.

Alors que les inégalités se sont accrues ces dernières années, il faut remettre au premier plan l'objectif d'égalité réelle qui est au coeur de notre projet républicain. Réduire les inégalités à la racine doit être une priorité pour favoriser le partage.

Cela passe par notre projet éducatif pour notre jeunesse afin de réduire les inégalités dès le plus jeune âge, quel que soit le sexe, la couleur de peau ou le quartier de l'enfant. L'égalité des chances doit être notre ligne d'horizon pour redonner un espoir à notre jeunesse.

Parce qu'il est temps de proposer une nouvelle voie aux Français, un réformisme qui traduise un langage de vérité, qui ne craint pas d'affronter le réel pour mieux incarner le rêve français.

Le temps est venu d'élargir ce rassemblement initié par François Hollande aux démocrates, aux écologistes et aux républicains qui partagent cette ambition et se retrouvent dans ces valeurs! Il est nécessaire de dépasser les vieux clivages politiques pour rassembler les Français autour d'une République réconciliée, solidaire et fraternelle!

Antonio Duarte 

Architecte-Urbaniste, Président du Club DSK, fondateur de Planète Verte

Antonio Duarte
Antonio Duarte (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte