France

Vos solutions pour sortir la Guadeloupe de la crise.

Slate.fr, mis à jour le 19.02.2009 à 17 h 03

 

Personne n'a de recette miracle pour sortir la Guadeloupe de la crise profonde qu'elle traverse, mais sur l'origine du mal, il y a unanimité. D'abord et avant tout: la vie chère.

Dans l'île, les habitants souffrent du coût des biens de consommation courante."La vie ici est très très chère. J'ai eu l'occasion de vivre en Métropole et j'étais, pour ainsi dire, comme une enfant dans un magasin de jouets, quand j'allais, notamment faire mes courses" explique Tati Danièle. "L'imposition de prix de vente ou de locations identiques à certains arrondissements parisiens" revient à un "véritable pillage" des terres guadeloupéennes résume L'oeil du cyclone. Pour lui, ces prix exorbitants viennent "des abus avérés d'une politique de fixation des prix résultant de positions monopolistiques et d'ententes illicites entre enseignes." Ca ne peut plus durer: l'Etat doit intervenir dans la politique des prix. "Tant que l'ananas réunionnais ou la banane de Guadeloupe vaudra plus cher que sur un étal de Métropole, il faudra recourir à l'appareil législatif afin de lisser les écarts" conclue-t-il.

Question de fraternité

Le problème est aussi, bien sûr, sociologique et historique. Les internautes reviennent sur la déchirure entre le métropole et les Dom-Tom. "Le manque de fraternité se voit encore chez certains français qui au lieu d’essayer de comprendre leur problème préfèrent adopter une attitude réactionnaire en réclamant de se débarrasser de ces colonies en leur donnant leur indépendance.", reproche Jatem. "Sauf que la Guadeloupe n’est pas une colonie mais un département donc elle est la France, on ne se sépare pas de la France comme cela, la République doit rester une et indivisible, essayons donc de trouver une solution en agissant comme si c’était n’importe quel autre département français." Lyza en convient: "La Guadeloupe (et les autres DOM) devrait selon moi enfin être traitée comme les autres départements français métropolitains : sans particulier favoritisme (réservé bien trop souvent à ceux qui sont déjà des nantis) mais avec une attention en profondeur ..." La Guadeloupe est un département français comme un autre, seulement un peu plus fissuré.

Car l'autre fissure, sur l'île elle-même, existe entre Noirs et Blancs. Certains, comme Jatem, considèrent que "contrairement à ce que l’on peut voir sur les médias le conflit n’est pas racial mais juste le respect de la justice sociale", que le racisme est sporadique, contingent ("comme partout, il y a des cons donc des racistes et la population guadeloupéenne n’y échappe pas mais de là à en faire une généralité, c’est exagéré" ); Didier971 approuve: "le problème n'est pas racial, il est économique et social comme en métropole." Mais ouaf ouaf est d'un avis opposé. Les divergences historiques de statut entre Noirs et Blancs sur l'île ont une part cruciale dans la crise. "Il y va d'une ultime demande sous-jacente : déposséder les propriétaires Blancs comme juste paiement de l'esclavage des ancêtres." soutient-il.

Pourrissement

Au travers des commentaires, autant que les facteurs historiques, le gouvernement est désigné comme le responsable de la dégradation continue de la situation depuis plusieurs semaines. Lyza s'insurge: "Il me paraît particulièrement scandaleux que le gouvernement ait ainsi laissé "pourrir" la situation avant d'intervenir ! C'est du bout des lèvres, et à la fin de son énième allocution que Sarkozy a daigné évoquer ce problème brûlant qui aurait dû depuis bien des jours requérir son intérêt!" Même point de vue de L'oeil du cyclone: "Les DOM, ces confettis de l'Empire, n'auront de cesse de subir leur insularité et leur isolement tant que la passivité des pouvoirs publics perdurera."

Le président, qui se penche sur le dossier jeudi 19 février en reçevant les élus de l'île, ferait bien, selon les internautes, d'y porter toute son attention, de même qu'aux autres territoires d'Outre-mer. Car, comme L'oeil du cyclone le rappelle, la crise économique qui sévit a fait des ravages ailleurs qu'en Guadeloupe. "Ces dernières semaines de revendications en Guadeloupe ne doivent pas être déconnectées des précédents soubresauts ayant eu lieu en Outremer. En effet, La Réunion a donné le ton fin 2008 avec une paralysie totale des axes de communication durant presque 3 semaines (...). La Guyane lui a emboîté le pas (...). Les Domiens de tous les océans (hors TOM) semblent s'être soudainement dotés d'une prise de conscience."

En attendant que d'autres départements français ne s'agitent? Depuis la Corse, Acqualo s'interroge: "Alors, à quand des primes de vie chère pour nous aussi? A quand des prises en charge périodiques pour nos voyages, que nous soyons malades ou pas, d'ailleurs?"

Continuez de nous envoyer vos commentaires: Comment sortir la Guadeloupe de l'ornière?

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte