Vos questions, nos réponses

, mis à jour le 10.02.2009 à 18 h 09

Nous avons reçu des commentaires, lu sur Twitter, Facebook et des blogs. Beaucoup de questions, d'interrogations, de petits tacles auxquelles nous souhaitons répondre.

Nous avons reçu des commentaires, lu sur Twitter, Facebook et des blogs. Beaucoup de questions, d'interrogations, de petits tacles auxquelles nous souhaitons répondre. Nous sommes un peu en surcharge aujourd'hui et nous répondrons rapidement, puis plus longuement et en détail dans les prochains jours.

Le site est planté? (reçu par mail, lu sur Twitter)

Johan Hufnagel : Oui. Malheureusement victime de notre succès!! Les articles rédigés par les principaux sites d'infos, des sites influents, ou les discussions sur twitter nous ont fait une publicité sympathique et beaucoup d'entre vous ont usé, voire abusé de la touche F5 / recharger la page : en résumé, trop de monde au même moment !

Je me demandais combien d'articles de Slate.com vous comptiez reprendre chaque semaine? Mais, au regard de l'identité des fondateurs, j'aimerais savoir comment vous allez pouvoir traiter des sujets comme le quotidien "Le Monde" ou encore le procès de l'Angolagate. D'autre part, qui finance "Slate.fr" ? (beber999)

Eric Leser : Nous comptons traduire en moyenne 2 à 3 papiers de Slate.com par jour. Mais nous ferons preuve de souplesse en fonction de l'actualité, notamment américaine, et des articles de Slate.com que nous jugerons incontournables.

Pour ce qui est des sujets éventuellement sensibles comme Le Monde ou l'Angolagate, nous n'allons tout simplement pas les traiter. Pourquoi, parce que nous sommes un site magazine dont la vocation est d'apporter de la valeur ajoutée dans la compréhension de l'actualité et de la société avec comme principal atout la distance. Dans les deux questions que vous évoquez, quelles que soient les précautions que nous prendrons et les murailles de Chine que nous respecterons, nous serons suspects de servir des intérêts ou de participer à une campagne. Autant consacrer notre énergie et nos moyens qui ne sont pas illimités à autre chose et notamment à établir notre crédibilité.

Pour ce qui est du financement de Slate.fr, il est de deux ordres : les fondateurs et un fonds d'investissement dont le nom sera révélé ultérieurement avec son accord. Par ailleurs, le groupe Washington Post propriétaire de Slate.com est au capital

Quelle est votre «ligne éditoriale» ?

Eric Leser : Il y a au sein de la rédaction de Slate.fr et parmi les chroniqueurs une grande diversité d'opinion. Il n'est pas question pour nous qui avons l'ambition de devenir un des lieux du débat en France de privilégier tel ou tel camp. En clair, nous ne sommes pas un site pro ou anti Sarkozy qui n'est pas le clivage qui nous préoccupe.

Un peu déçu par les pages intérieures.... je m'attendais à un truc plus smooth dans la navigation entre les pages 1 et 2 d'un même article..... peut-être y aura t il du nouveau en prod ? (Emmanuel)

Eric Leser : Concernant maintenant les remarques et les critiques sur la maquette. Elle est loin d'être finalisée. Nous avons accéléré la sortie du site et fait porter une contrainte considérable sur notre équipe technique parce que dans l'environnement économique et financier actuel, il est bien plus facile de convaincre des partenaires de nous rejoindre avec un site existant, même imparfait, qu'avec seulement un projet dans des cartons.

La maquette devrait beaucoup évoluer au cours des prochaines semaines et nous reviendrons souvent sur ce sujet et tiendrons compte de vos remarques et suggestions.

Je trouve que votre boîte à liens occupent sur la page d'accueil une place beaucoup trop importante. S'il est important de référer aux meilleurs des articles du net, il ne faut pas que l'on pense que c'est là votre mission prioritaire. Je pense que cela est lié à la taille des polices que vous utilisez, à savoir qu'elles sont peut-être trop grandes pour un site qui se veut élégant et aisément navigable. (Ludovic)

Johan Hufnagel : Notre mission est aussi de vous faire lire ce qui nous semble être le «meilleur du web». Et de vous proposer de nous aider. Nous ne souhaitons pas diminuer cette volonté. Au contraire. Mais peut-être que nous devons retoucher notre graphisme.

Il serait bon de s'inspirer du choix fait par slate.com de combiner en un carré unique mais avec des onglets les sections à la une, les articles les plus lus et les commentaires récents afin de condenser la longue colonne à droite de la page, elle aussi avec une taille de police de caractère que je trouve trop grande. Les lecteurs pourraient ainsi eux-mêmes du haut de la page choisir l'onglet qu'ils veulent explorer au lieu de devoir parcourir de haut en bas l'ensemble de la page (cela vous offrirait également un espace publicitaire en plus...) (Ludovic)

Johan Hufnagel : Vous avez peut-être raison. Et je crois que ce genre d'outils n'est compris que par les internautes les plus habitués au Net. Mais je retiens votre proposition.

On peut déjà déceler la confusion qui s'opèrent dans la barre des titres, ou plutôt la sous-barre des titres qui confond les chroniqueurs qui écrivent (Boucher, Colombani) et les thèmes ou personnalités qui sont abordés (Aubry, Sarkozy). S'il est très intéressant de mettre en avant les chroniqueurs qui vont faire vivre le site, il faudrait trouver un moyen de les différencier des sujets sur lesquels ils écrivent (quid du moment où Attali sera à la fois sujet d'articles et chroniqueur). J'ai rangé cette remarque dans la catégorie contenus mais elle peut s'appliquer au graphisme également. (Ludovic)

Johan Hufnagel : Vous avez raison. Ces tags correspondent pour l'instant à des essais de beta pas encore mis à jour. La chute du site après trop de connexions nous empêche de régler cela immédiatement.

Vous proposez la possibilité de publier des articles. Très bien mais quelle différence alors avec agoravox? Des articles peuvent-ils être refuser s'ils n'atteignent pas un niveau de réflexion convenable? Il m'a été impossible d'accéder à cette rubrique, j'ignore donc quelle sera votre politique.

Eric Leser : Nous mettrons en avant la qualité, nous sélectionnerons les meilleurs et solliciterons des contributeurs pour publier leurs articles ou leurs blogs.

Vous avez mis en avant dans des interviews pour la promotion du lancement, votre choix de traduire les articles de Slate.com. Très bonne initiative mais il manque une rubrique qui recense le personnel que vous employez à ces tâches. J'ai d'ailleurs une question à ce sujet: que pensez-vous de l'idée d'ouvrir largement aux internautes la possibilité de traduire les articles de slate.com contre une petite rémunération (à l'article par exemple)? Ne pensez-vous pas que déléguer ce travail peut être un angle original mettant en valeur les articles que les visiteurs veulent faire connaître aux autres, en même temps qu'il y aurait une source d'économie?

Johan Hufnagel : Oui, nous allons très vite ajouter cette rubrique qui vous donnera les contacts, les mentions légales, etc. Une question d'heure. Les traductions d'articles sont signées par leurs auteurs et leurs traducteurs. En revanche, pour la traduction, je pense que nos traducteurs, dont certains des traducteurs professionnels, ne voient pas votre initiative d'un bon œil. ;-)

Où sont les fonctions de partage (facebook, digg, mail, etc) ? (François)
Johan Hufnagel : Pas loin. On ne les a pas oubliées. Le site va aller en s'améliorant. Pour nous, l'essentiel est, je vous le répète, de pouvoir publier et pour vous, de pouvoir commenter et débattre.

 

Merci pour ces questions et ces suggestions pertinentes.
Cordialement,

Eric Leser et Johan Hufnagel, rédacteurs en chef.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte