Vaisseaux de sauvetage cosmiques

Christopher Beam, mis à jour le 18.03.2009 à 18 h 52

Comment évacuer une station spatiale en cas de danger ?

Mission Atlantis, février 2008, NASA TV / REUTERS

Mission Atlantis, février 2008, NASA TV / REUTERS

Jeudi 12 mars, un débris flottant s'est dirigé vers la Station spatiale internationale (ISS). Son équipage s'est réfugié dans un «canot de sauvetage» au cas où il aurait fallu s'échapper d'urgence. Qu'est-ce qu'un canot de sauvetage spatial?

En fait, c'est une navette spatiale russe de type Soyouz. Le terme «canot de sauvetage», qui fait penser au Titanic, est trompeur dans la mesure où le Soyouz est conçu pour effectuer des voyages réguliers depuis et vers la Station spatiale internationale tous les deux ou trois mois. En cas d'urgence - par exemple, lorsque qu'un débris menace de percuter la station -, les trois membres de l'équipage reçoivent l'ordre d'intégrer le vaisseau Soyouz au cas où ils devraient effectuer une sortie rapide. Et comme ultime mesure de sécurité, ils doivent laisser son écoutille ouverte: ainsi, si le débris percute le Soyouz, ils peuvent regagner rapidement la station spatiale. Si c'est la station qui est touchée, il leur reste tout de même assez de temps pour pressuriser le vaisseau et procéder à son désamarrage (cette étape ne prend que quelques minutes).

Jusqu'ici, aucune sortie d'urgence n'a été nécessaire. Lorsque la station spatiale est sur une trajectoire de collision avec un objet étranger, le premier réflexe est d'effectuer une manœuvre d'évitement. Mais cela requiert un préavis suffisant, car il faut jusqu'à 30 heures pour prévoir et exécuter tout mouvement de l'astronef. Plusieurs pays doivent donner leur accord, on doit mesurer le niveau de carburant et, enfin, il faut déterminer une nouvelle orbite qui permette de continuer la mission. Idéalement, on essaie de s'éloigner de plusieurs kilomètres de la trajectoire du débris. Mais étant donné que la station spatiale et le débris orbitent à plusieurs milliers de kilomètres-heure, on ne peut pas toujours s'offrir le luxe d'une longue réflexion.

En théorie, l'équipage de la station spatiale pourrait aussi monter à bord d'une des navettes américaines qui assurent le transport des astronautes jusqu'à l'ISS: Discovery, Atlantis ou Endeavour. Mais ces navettes sont essentiellement utilisées pour livrer des équipements et réaliser des travaux de construction sur la station. Par ailleurs, leur puissance leur permet de rester en orbite seulement deux semaines environ. En revanche, le Soyouz est un appareil léger, à faible consommation d'énergie, qui peut rester amarré à la station spatiale jusqu'à six mois. Il y a toujours un Soyouz amarré à l'ISS - il y en a deux lorsqu'un nouvel équipage prend la relève.

Par le passé, on a tenté de concevoir des «nacelles» d'évacuation. A la fin des années 1990, la NASA a commencé à mettre au point un «véhicule de retour de l'équipage» pour les situations d'urgence. Mais elle a fini par renoncer à ce projet. En 2010, lorsque trois navettes des Etats-Unis ne seront plus en service, le Soyouz sera utilisé pour l'ensemble des trajets vers et depuis l'ISS. En tout cas, jusqu'à ce que la NASA ne lance sa nouvelle navette spatiale, Orion. Son premier vol est prévu en 2016.

Christopher Beam

Traduit par Micha Cziffra

Crédit photo; Nasa TV / REUTERS

Christopher  Beam
Christopher Beam (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte