Life

Les aliments périmés le sont-ils vraiment?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 21.03.2009 à 15 h 19

Oui. La consommation d'aliments dégradés est à l'origine de milliers d'intoxications alimentaires chaque année en France.

Le rayon alimentation d'un supermarché Target aux Etats-Unis   Rick Wilking / Reuters

Le rayon alimentation d'un supermarché Target aux Etats-Unis Rick Wilking / Reuters


«Bonjour, je vis a proximité de la porte de Bagnolet et je cherche des magasins vendant des produits alimentaires périmés. Pourriez-vous m'aider dans ma quête?». Il suffit de surfer quelques minutes sur les forums de la toile pour trouver des messages de ce genre par dizaines. La ruée vers les bonnes affaires semble s'être dirigée vers ces magasins et sites internet qui proposent des produits «périmés» à prix imbattables.

Mais cette nouvelle tendance soulève des questions. «Bonjour, je connais un petit magasin qui vend des aliments périmés et je voudrais savoir où et à qui doit-on dénoncer» peut-on lire sur ces mêmes forums, ou encore «J'ai mangé de la pate brisée périmée depuis 20 jours, croyez-vous que c'est grave? J'ai peur de transmettre un truc à bébé».

Qu'est-ce qu'un produit périmé ?

Il existe pour la plupart des produits alimentaires une date de péremption, qui peut être de deux types, DLUO ou DLC.

La DLUO est une date limite d'utilisation optimale. Cette mention se traduit sur les emballages par l'expression « à consommer de préférence avant » suivie d'une date pas toujours précise, qui peut s'exprimer en mois ou même en années. Les aliments qui comportent cette mention sont les produits d'épicerie, le café, les conserves, les boissons ou encore les surgelés. Passée la date indiquée, les produits peuvent encore être consommés, mais leurs qualités nutritionnelles et organoleptiques ne sont plus garanties. Ils risquent d'avoir moins de goût, d'être plus secs, plus mou ou encore de changer d'aspect mais ne représentent pas de danger pour ceux qui les ingurgitent.

Les produits à DLC, ou date limite de consommation, sont reconnaissables par la mention « à consommer avant le » ou « à consommer jusqu'au », suivie d'une date précise indiquée par le jour et le mois. Ils peuvent présenter un danger immédiat pour la santé après la date limite impérative. On retrouve dans cette catégorie les denrées alimentaires périssables comme les produits frais, viandes, plats cuisinés, laitages... Dès que la DLC est atteinte, le produit est considéré impropre à la consommation.

Enfin, certains produits ne sont  soumis à aucune obligation de faire figurer une date de péremption. Parmi eux, les boissons alcoolisées à plus de 10%, les fruits et légumes frais, les produits de boulangerie destinés à être consommés sous 24 heures ou encore les chewing-gums.

Ce que dit la loi

La loi est claire, il est interdit de vendre des produits périmés, c'est-à-dire ayant dépassé leur date limite de consommation (DLC). Les contrôles sont effectués par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. La découverte d'un ou deux produits périmés dans les rayons d'un magasin n'entraîne généralement pas de sanction, plutôt un simple rappel à la loi. Mais quand ce sont des lots entiers, l'addition peut s'avérer salée pour l'enseigne. Un manquement à la loi est passible d'une contravention de troisième classe qui peut aller jusqu'à 450 euros, une somme multipliée par le nombre de produits illicites trouvés. Des injonctions administratives peuvent également être prononcées contre les enseignes récidivistes.

La pratique, assez répandue, de vendre des produits à perte à l'approche de leur date de péremption est quand à elle légale. La vente de produit qui ont dépassé leur date limite d'utilisation optimale (DLUO) l'est également.

Les dangers pour la santé humaine

Le principal risque pour les consommateurs est le développement de bactéries et de toxines dans les aliments. La consommation d'aliments périmés est à l'origine de milliers d'intoxications alimentaires chaque année en France, qui sont dans la plupart des cas bénignes et de courte durée. Les symptômes les plus courants sont des crampes d'estomac, nausées, vomissements, diarrhées et fièvres.

La DLC est fixée par les industriels, qui prennent toutes les précautions pour que le risque de développement de bactéries soit moindre avant la date indiquée. Ainsi, ils prennent souvent une marge de sécurité pour la date limite de consommation, et anticipent des ruptures dans la chaîne du froid du produit.

Les risques bactériologiques dépendent du type d'aliment. Manger des yaourts industriels périmés de quelques jours n'est pas dangereux, car l'hygiène est bien maîtrisée tout au long de leur processus de fabrication. Au contraire, la consommation de viande avariée présente de réels risques. Les bactéries et toxines s'y développent rapidement. Parmi les bactéries les plus dangereuses, la fameuse listeria, qui se développe surtout dans les fromages. La listériose est une maladie rare, et peut être mortelle chez les populations à risque (femmes enceintes, personnes âgées, nourrissons).

Enfin, le mode de conservation est très important. Le respect de la chaîne du froid reste le meilleur moyen d'éviter le développement de bactéries.

Grégoire Fleurot

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte