Le rapport Balladur redessine la France territoriale sous les critiques

, mis à jour le 25.02.2009 à 16 h 47

Attendu avec inquiètude par bon nombre d'élus locaux, d'ores et déjà dénoncé par le Parti socialiste, le rapport Balladur sur la réforme des collectivités locales propose de remanier en profondeur la France des territoires.

Les onze membres du comité présidé par l'ancien Premier ministre, où figurent les socialistes Pierre Mauroy et André Vallini, se retrouvaient ce mercredi 25 février pour parachever le texte qui sera remis la semaine prochaine au président de la République. Vingt-sept ans après la première loi de décentralisation du 2 mars 1982, Nicolas Sarkozy avait demandé des propositions "audacieuses" pour simplifier le "mille-feuille" des collectivités.

Avant même leur publication, une partie des conclusions du rapport Balladur ont été diffusées dans la presse, et dénoncées notamment par le Parti socialiste. Il accuse la droite de visées électoralistes à l'heure où la quasi-totalité des régions et une majorité de départements sont contrôlés par la gauche.
Première évolution envisagée par le rapport : la réduction de 22 à une quinzaine du nombre de régions métropolitaines et la création d'un grand Paris à l'horizon 2014. La fusion des deux Normandie, l'intégration de la Loire-Atlantique à la Bretagne ou l'éclatement de la Picardie entre trois régions (Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais et Champagne-Ardenne) pourraient être envisagés.

M. Balladur proposerait deux projets législatifs, une loi-cadre dès l'automne, et un projet spécifique à l'Ile-de-France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte