En français s'il vous plait

Temps de lecture : 2 min

 

Des masters universitaires enseignés en anglais, des publicités envahies par les termes anglophones, Christine Lagarde qui parle en anglais avec leurs fonctionnaires. Pour le journaliste et universitaire québécois Jean-François Lisée, de passage à Paris, la France ne montre pas l'exemple pour les pays de la Francophonie.

Pour l'auteur, si «un pessimiste est un optimiste informé», «l'information s'acharne sur ceux qui ont de l'avenir de la Francophonie une vision optimiste».

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Reuters)

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Newsletters